Archive pour juillet 2020

Quelle est la part de marché de Linux sur le bureau ? Et sur mobile ?

Jeudi 30 juillet 2020

Linux occupe aujourd’hui 2,18% du marché des systèmes d’exploitation de bureau, selon les chiffres de juin 2020. Android continue de dominer le mobile.

Les analyses sont tombées pour juin 2020. Nous savons, grâce à Net Marketshare, quels sont les systèmes d’exploitation les plus répandus, à la fois sur les ordinateurs, les mobiles et les tablettes.

Sur ordinateur

Windows continue de dominer le marché mondial avec 87,2% des ordinateurs de bureau ou portables. C’est un léger recul annuel : en 2019, le système d’exploitation de Microsoft était crédité de 88,45%.

Son plus proche concurrent s’appelle macOS et 9,42% de parts de marché. C’est mieux que les 8,98% de juin 2019.

Linux occupe la 3e place avec 2,18 %, légère progression par rapport à 2019 de 0,08%.

ChromeOS occupe aujourd’hui 0,42% du gâteau et BSD continue d’être utilisé par 0,01 % de la population (en usage « desktop »).

Quelles versions des OS ?

Windows 10 est le système d’exploitation le plus utilisé (54,76%) devant Windows 7 (27,41%). macOS 10.14 culmine à 3,58, soit 0,06% de plus que Windows 8. Le terme générique Linux (qui n’est pourtant pas une « version ») apparaît avec 1,2%, mais Ubuntu peut compter sur 0,9% de parts de marché.

Sur le mobile

Android est le premier système d’exploitation mobile sur mobile : il est crédité de 70,61% des terminaux en circulation, devant iOS à 28,79%. On trouve Linux à 0,04%, score identique à celui des Series 40 de Nokia.

Quant aux versions d’Android, elles avancent toujours en ordre très dispersé (et fragmenté). Android 9 domine : l’OS équipe 20,40% des terminaux, devant Android 8.1 à 10,75%. iOS 13.3 est juste derrière (9,42%).

Android 10, qui sera remplacé par Android 11 à l’automne, n’occupe à l’heure actuelle que… 7,04% des mobiles, c’est à peine 0,65% de plus qu’Android 8. Pour les iPhone plus anciens (ou non mis à jour), iOS 12.4 conserve 4,93 % du marché.

Sur tablette

Pour les tablettes, Android conserve la première place, mais avec un score moins élevé que sur smartphone : 53,33%. iOS et iPadOS cumulés ne sont pas bien loin (46,66%), preuve de la bonne santé de l’iPad sur le marché des tablettes. iPadOS est le nom donné à iOS pour l’iPad depuis le 24 septembre 2019.

En matière de fragmentation, les tablettes Android sont elles aussi clairement équipées de versions anciennes du système de Google (voire complètement dépassées) : ainsi, Android 4.4 occupe encore la première place avec 15,48%. Quant à Android 10, la version est créditée de 0,28% seulement, Android 9 réunissant 2,48% des tablettes Android actives dans le monde en juin 2020.

Source toolinux.com

Firefox 79 : exporter ses mots de passe est possible

Jeudi 30 juillet 2020

Le navigateur Firefox 79 est arrivé sur les serveurs ftp de Mozilla. Il sera déployé dès aujourd’hui via la fonction de mise à jour automatique du navigateur. Voici les nouveautés principales.

Le navigateur Mozilla Firefox 79 est déjà disponible. Il comporte, entre autres, un outil d’exportation de ses mots de passe. Il fallait jusqu’ici utiliser une extension un outil pour réaliser cette opération.

Exporter ses mots de passe depuis Firefox

Pour exporter ses mots de passe depuis Firefox, trois solutions sont possibles :

1. via la barre d’adresse : tapez l’adresse « about:logins » ;
2. via les menus du navigateur : allez dans Préférences, puis dans le menu Vie Privée et Sécurité. Ensuite, dans Identifiants et mots de passe, choisissez l’option Identifiants enregistrés. Sur cette nouvelle page, cliquez sur le menu «  » en haut à droite et choisissez Exporter les identifiants ;
3. Via Firefox Lockwise grâce à une option Export Logins ou Exporter les identifiants.

Bon à savoir : le fichier produit sera un fichier CSV, lisible par n’importe qui. Soyez vigilants : une fois le fichier utilisé, détruisez-le ou placez-le en lieu sûr.

Support de macOS : ce qui change

Dans la liste des changements dévoilée durant le cycle bêta, on apprend que Firefox 79 ne prendra plus en charge d’anciennes versions de macOS (10.9, 10.10 et 10.11). Solution : utiliser Firefox ESR 78.x pour continuer de recevoir des mises à jour de sécurité du navigateur.

Obtenir Firefox 79

Il est possible de télécharger Firefox 79.0 pour macOS, Linux et Windows – si vous utilisez le canal « stable » du navigateur – depuis le serveur ftp de la Fondation Mozilla ou via la fonction de mise à jour automatique de Firefox (si vous utilisez le canal « stable »).

Source toolinux.com

Cédric O, secrétaire d’État en charge de la transition numérique et des communications électroniques

Lundi 27 juillet 2020

 

Ce matin au Journal officiel, a été publiée la liste des secrétaires d’État. Cédric O est conforté. Pour l’occasion, son poste passe du « numérique » à « la transition numérique et aux communications électroniques ».

La liste des secrétaires d’État a (enfin) été rendue publique au Journal officiel. L’ancien secrétaire d’État au numérique Cédric O reste rattaché au ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, mais sera sous l’autorité de Bruno Le Maire et de Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires.

« Le confinement l’a montré : le numérique a pris une part prépondérante dans nos vies. Formation aux usages, emplois, souveraineté, réseaux sociaux, écologie… cette révolution, il nous faut l’accompagner pour que chacun en bénéficie. La France et l’Union européenne ont les atouts pour réussir ! » a réagi le principal intéressé.

Autre nouveauté : il est désormais « chargé de la transition numérique et des communications électroniques », avec une composante télécom plus appuyée donc. « Les télécoms sont l’épine dorsale de la transformation numérique. Sans connexion, pas d’usages. Hâte de travailler avec l’ensemble des acteurs de ce secteur qui a su faire face à ses responsabilités pendant la crise de la COVID-19 » a poursuivi Cédric O.

Le secrétaire d’État a été à la tête du projet StopCovid, l’application de traçage des contacts, destinée à alerter les personnes considérées à risque, celles ayant été pendant plus de 15 minutes, à moins d’un mètre d’un tiers déclarant avoir été contaminé. Un projet dont l’efficacité reste à démontrer aux yeux de la CNIL.

Dans sa délibération visant la solution, la Commission considère que l’atteinte à la vie privée « n’est admissible en l’espèce que si le gouvernement peut s’appuyer sur des éléments suffisants pour avoir l’assurance raisonnable que le dispositif (…) est utile à la gestion de la crise ». Seul hic, « l’évaluation formelle de l’effectivité de l’application » n’avait toujours pas débuté alors que l’autorité se plongeait à nouveau dans ses méandres, non sans exiger plusieurs correctifs.

Source nextinpact.com

Firefox Relay : alias et bouclier pour protéger son adresse e-mail

Jeudi 23 juillet 2020

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Fondation Mozilla ne cesse d’innover. Après son VPN, voici Firefox Relay, un service visant à préserver la confidentialité de votre adresse e-mail.

Firefox Relay, c’est quoi ?

Firefox Relay génère un alias d’e-mail pour garder sa véritable adresse électronique hors des listes de spam et loin des entreprises douteuses. Le service agit comme une boîte postale pour votre adresse physique.

Lorsqu’un formulaire nécessite votre adresse e-mail, mais que vous préférez ne pas la partager, Firefox Relay vous permet de créer un alias.

Firefox Relay redirige alors les courriels de l’alias vers votre véritable boîte de réception, en maintenir sa véritable adresse e-mail cachée.

Comment s’inscrire

Firefox Relay est actuellement en phase bêta expérimentale et fermée. Le service est gratuit pour l’instant, mais pourrait devenir payant comme le récent VPN lancé par la Fondation (voir notre article du 20 juillet).

Si vous souhaiter tester Firefox Relay, inscrivez-vous et recevez une invitation pour l’essayer grâce à votre compte Firefox.

Que faire si un alias Firefox Relay est compromis ?

Si vous utilisez un alias de messagerie avec Firefox Relay et qu’une fuite de données a lieu, vous pouvez éviter de compromettre la sécurité de votre adresse e-mail. Pour cela, vous pouvez désactiver ou supprimer l’alias. Votre adresse électronique principale est alors protégée.

Site web et liste d’attente (en anglais).

Source toolinux.com

APRIL : des podcasts sont disponibles pour « Libre à vous »

Jeudi 23 juillet 2020

Pour vous accompagner cet été, l’association propose de pouvoir écouter l’ensemble de ses productions radios sur Cause Commune au format podcast.

La disponibilité du podcast de l’APRIL permet d’écouter (ou de réécouter) les différents épisodes de « Libre à vous ! », une émission diffusée sur radio Cause Commune. L’occasion de mieux comprendre les enjeux du Libre et les actions entreprises au fil des mois.

L’équipe a bien travaillé : ce sont ainsi rien moins que 70 émissions et 5 émissions musicales, découpées en plusieurs sujets, qui sont désormais disponibles individuellement, avec des durées allant d’une dizaine de minutes à une heure complète.

« Au programme : les actions et le fonctionnement de l’April, l’Éducation nationale, les services libres et loyaux, l’achat de matériel, le financement de projets, la Gendarmerie nationale, l’ANSSI, les stratégies logiciel libre d’entreprises, les femmes et l’informatique, les espaces publics numériques, logiciel libre et collectivités, entreprises, associations, le métier du développement logiciel libre, téléphonie mobile et libertés, les distributions GNU/Linux, l’Open Bar Microsoft/Défense, les GULL (Groupes d’utilisateurs et d’utilisatrices de logiciel libre), la directive droit d’auteur, les données publiques, Wikipédia, Framasoft, Open Food Facts, OpenStreetMap, les DRM (menottes numériques)… et les chroniques de notre équipe. »

La liste des émissions est disponible sur cette page, ainsi que le lien vers le flux de podcast. Le format choisi est Ogg et la licence de publication est… libre.

Liens et téléchargement

Flux du podcast (XML)
Annonce complète

 

Thunderbird 78 : derrière le renouveau du client email, la simplification du chiffrement GPG

Jeudi 23 juillet 2020

Si Firefox a subi une cure de jouvence ces dernières années, avec une nouvelle base technique et de nombreuses évolutions de fond devant lui permettre de revenir dans la course, ça n’avait pas été le cas de Thunderbird. La version 78, disponible depuis quelques jours, introduit de grands changements. Notamment pour le chiffrement.

Avec Quantum, Firefox initiait il y a quelques années un travail en profondeur, progressif. Il devait mener à de nombreux changements, tant du côté des performances que des extensions et autres fonctionnalités. Ces derniers mois, le travail s’est notamment focalisé sur celles renforçant la gestion de la vie privée, nouveau terrain concurrentiel des navigateurs.

Thunderbird et Mozilla : c’est compliqué

Le client email Thunderbird n’a pas eu droit aux mêmes égards, tout du moins pas au même moment. Il faut dire que son histoire est chaotique. Lâché Rendu non prioritaire dès 2012, il était isolé en 2015. Deux ans plus tard, on découvrait les contours de la « nouvelle maison » du projet, administrativement rattaché à Mozilla, mais développé par la communauté.

Les liens avec Firefox et Quantum allaient néanmoins être renforcés à cette période. On a assisté à une sorte de prise de conscience de l’intérêt à faire perdurer le projet. Les précédents choix de Mozilla, tout critiquables qu’ils soient, ont fait office d’électrochoc. Les dons et l’envie étaient de retour.

Il fallait néanmoins prendre de grandes décisions, dont l’alignement du développement avec Firefox sur certains points. Thunderbird devait suivre certains mouvements du navigateur, comme le renouveau des extensions, du moteur, etc. Avec quelques années de décalage un travail de renouveau était lancé, comme une dernière chance.

Début 2019, on découvrait le plan de bataille : doté d’une équipe de huit personnes, recrutant, le projet Thunderbird allait à la fois réduire sa dette technique, améliorer son interface, ses options et même… sa gestion du chiffrement. Car bien que la tendance était à l’époque de vanter les applications de messagerie avec chiffrement de bout-en-bout, l’équipe avait conscience qu’une telle protection restait nécessaire pour les emails.

Il s’agit d’ailleurs d’un gros point fort de Thunderbird (via l’extension Enigmail), contrairement à des Courier, Outlook et autres webmails. Mais comme ProtonMail, au succès fulgurant chez les adeptes de la protection de la vie privée, il fallait faciliter toutes les étapes de gestion des clés, avec un fonctionnement natif.

Cap sur Thunderbird 78 et le renouveau du client email

Tout s’est accéléré début 2020. Tout d’abord la création d’une filiale désormais en charge du projet au sein de Mozilla : MZLA Technologies Corporation.

Niveau technique, c’est la branche 68, ouverte en 2019, qui continuait d’évoluer par petites touches. Le prochain grand saut était attendu pour l’été avec Thunderbird 78. L’équipe compte désormais 13 personnes, toujours en croissance selon ses annonces. En bêta depuis juin dernier, cette nouvelle version est désormais disponible.

Elle offre un support étendu (ESR) et apporte les nombreux changements promis dans l’interface du client email, mais surtout le passage aux WebExtensions. De quoi générer, comme aux débuts de Quantum pour Firefox, un décalage fonctionnel puisque nombreux seront les développeurs à ne pas avoir fait le travail de migration.

L’équipe a donc effectué un effort de réintégration sur certaines fonctions vitales, comme la gestion du calendrier ou des tâches, désormais parties intégrantes de Thunderbird. Il en est de même pour le chiffrement qui passe ici une première grande étape dans la route menant à sa gestion native.

L’occasion de redonner une chance à Thunderbird tout en redécouvrant les joies de GnuPG.

Télécharger Thunderbird

Source nextinpact.com

StopCovid : la CNIL met en demeure le ministère de la Santé de se conformer au RGPD

Jeudi 23 juillet 2020

Plusieurs irrégularités ont été décelées dans l’application de contact tracing, dont une deuxième version est déjà disponible.

L’application de contact tracing française n’est pas au bout de ses peines. Lors de ses travaux de vérification sur la nouvelle version de l’application StopCovid, la Cnil note que, si l’application respecte pour l’essentiel le RGPD et la loi Informatique et Libertés, elle soulève en revanche plusieurs irrégularités, notamment le recours au re-catcha Google dans l’information fournie au public et dans les contrats de sous-traitance.

Dans sa décision du 15 juillet 2020 rendue publique, l’autorité de régulation met le ministère des Solidarités et de la Santé en demeure d’y remédier dans un délai d’un mois.

StopCovid a été mise à jour à la suite des précédents contrôles réalisés par la Cnil au cours du mois de juin. Le régulateur avait en effet constaté dans la première version de l’application que l’adresse IP était régulièrement utilisée par le système de sécurité, dit anti-DDOS, déployé dans le cadre du service.

Si la première version de l’application faisait remonter l’ensemble de l’historique de contacts des utilisateurs au serveur central (et non les seuls contacts les plus susceptibles d’avoir été exposés au virus), la Cnil précise que ce problème est à présent résolu dans la nouvelle version déployée fin juin (version v1.1). « D’une part, la méthode d’authentification par captcha – qui permet de vérifier lors de l’activation initiale de l’application que cette dernière est utilisée par un être humain – qui reposait sur la technologie reCaptcha de la société Google, est désormais remplacée par la technologie captcha développée par la société Orange. D’autre part, une fonction de pré-filtre de l’historique des contacts de l’utilisateur qui se déclare positif au virus SARS-CoV-2, fondée sur des critères de durée et de distance du contact, est activée pour agir au niveau du téléphone de l’utilisateur. »

Mais l’autorité demande toutefois à ce que cette nouvelle version soit « généralisée à tous les utilisateurs de StopCovid » car à ce jour, les deux versions coexistent.

Manquement à l’obligation d’information

L’autorité estime aussi que certaines informations mériteraient d’être mentionnées. La Cnil constate en effet que l’information fournie aux utilisateurs du service est « quasiment conforme aux exigences du RGPD » et devrait être complétée sur quelques points, à savoir « les destinataires de ces données, les opérations de lecture des informations présentes sur les équipements terminaux (réalisées via le recaptcha) et le droit de refuser ces opérations de lecture », explique-t-elle.

La Cnil affirme, par ailleurs, que l’analyse d’impact relative à la protection des données réalisée par le ministère demeure incomplète concernant les « traitements de données réalisés à des fins de sécurité » (solution anti-DDOS collectant l’adresse IP et recaptcha). Or, selon l’autorité indépendante, « dès lors que cette solution de sécurité entraîne une collecte de données à caractère personnel, la description de cette opération de traitement doit apparaître dans l’analyse d’impact réalisée par le responsable de traitement ».

L’application StopCovid avait fait l’objet de fortes réticences dès son lancement. Le nombre d’utilisateurs de l’application a peiné à décoller : deux semaines après son lancement, celui-ci avoisinait difficilement les 1,7 million (soit 2 % de la population). Un chiffre guère suffisant pour impacter véritablement le mode de vie des utilisateurs. Le service toucherait dorénavant « près de 2 millions d’utilisateurs », précise la Cnil.

Source zdnet.fr

Le VPN de Mozilla vient de sortir : est-il disponible pour vous ?

Jeudi 23 juillet 2020

En test aux Etats-Unis depuis plusieurs mois, le VPN de Mozilla est arrivé. La version finalisée est disponible dans quelques pays, dont le Royaume-Uni. Le service est payant.

Sortie de Mozilla VPN : où et quand ?

La sortie de Mozilla VPN est officielle depuis le 15 juillet aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, à Singapour, en Malaisie et en Nouvelle-Zélande. L’expansion internationale se poursuivra cet automne (en Europe notamment).

Il est possible de s’inscrire sur la liste d’attente.

Combien coûte Mozilla VPN ?

Le prix de Mozilla VPN est de 4,99$ par mois (environ 4,5€ par mois). Cette offre comprend un accès à des serveurs dans plus de 30 pays, pour 5 terminaux maximum. Le trafic semble illimité.

Mozilla VPN, c’est quoi ?

L’objectif poursuivi par Mozilla dans cette aventure est la sécurisation des connexions à internet, mais aussi le respect de la vie privée des utilisateurs, loin d’être garanti par de très nombreux prestataires de VPN, parfois gratuits.

Disponibilité : et Linux ?

Pour l’heure, seuls les systèmes Windows 10, Android et iOS sont concernés, mais macOS et Linux sont également prévus dans les mois à venir. Une extension Firefox est proposée en bêta test, également. Sur la page d’inscription sur la liste d’attente, on voit également la présence de ChromeOS.

Capture d’écran

Voici une capture d’écran de Mozilla VPN pour Android :

Mozilla VPN

Source toolinux.com

Pacte du Logiciel Libre et Municipales 2020 : bilan de la campagne

Dimanche 12 juillet 2020

À l’occasion des élections municipales de 2020, l’April a proposé aux personnes candidates de signer le Pacte du Logiciel Libre afin de marquer leur engagement, si elles sont élues, à mettre en place une priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts dans leur collectivité. Le 28 juin 2020 – trois mois après le premier tour et dans le contexte particulier de la crise sanitaire – a eu lieu le second tour de ces élections à l’issu duquel 4 des signataires ont été élu⋅es maires de leur commune, dont 3 parmi les 10 villes les plus peuplées de France. L’Association a également pris part à l’initiative collective du Pacte pour la transition.

L’April félicite ainsi Michèle Rubirola, nouvelle maire de Marseille, Christian Gatard, réélu à Chambray-lès-Tours, Michaël Delafosse, nouveau maire de Montpellier et Grégory Doucet, maire nouvellement élu à Lyon. Elle félicite plus globalement l’ensemble des personnes signataires élues au sein des conseils municipaux. L’association n’a pas mené une campagne aussi active que lors des élections précédentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à cette campagne et qui ont pris contact avec les listes candidates ; grâce à leurs actions il y avait au premier tour 44 listes signataires (avec une personne candidate ou plus), dont 35 têtes de liste.

L’April prendra rapidement contact avec les équipes nouvellement mises en place, afin de voir comment elles entendent donner corps à leur engagement pour une priorité aux logiciels libres dans les mois et années à venir.

L’April avait également pris part à l’initiative du Pacte pour la Transition dont le but était de proposer des mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques, plus solidaires et plus démocratiques. Elle était porteuse d’une proposition : « Donner la priorité au logiciel libre dans le service public pour une informatique loyale au service de l’intérêt général » qui s’accompagnait de ressources utiles, d’argumentaires et d’exemples d’actions à mener au sein des collectivités. Vous pouvez retrouver les signataires du pacte par code postal. Un bilan détaillé devrait être disponible d’ici quelques semaines.

L’April encourage chacun et chacune à s’appuyer sur ces ressources pour porter les mesures du Pacte pour la transition, comme celles du Pacte du logiciel libre, auprès des majorités nouvellement élues tout au long de leur mandat.

Source april.org

L’April publie son rapport d’activité 2019

Mardi 7 juillet 2020

Avec quelques mois de retard sur le calendrier initial, l’April publie son rapport d’activité 2019 (77 pages) et vous invite à le consulter en ligne ou en version PDF.

Depuis 1996, l’April est animée par une ambition : « logiciel libre, société libre ». Soutenue notamment par les contributions de ses membres et les dons, l’April mène un important travail de défense et de promotion du logiciel libre. À l’heure où le Libre obtient une reconnaissance certaine nous devons redoubler d’efforts pour que les principes essentiels du logiciel libre ne se dissolvent pas dans les effets de mode et le pragmatisme indifférents à l’éthique du Libre. La menace sur nos libertés s’est globalement aggravée. L’engagement en faveur du Logiciel Libre est donc plus que jamais d’une importance fondamentale.

Copie écran commission d'enquête

 

Comme l’année précédente, en 2019 nous avons activement participé à la mobilisation contre le projet de directive européenne sur le droit d’auteur, notamment contre l’article 17 qui pouvait affecter les plateformes de développement logiciel. Si une exclusion de ces plateformes a bien été acquise, l’April est restée fortement mobilisée étant donné la menace globale pour les libertés en ligne. Malheureusement, malgré une incroyable mobilisation citoyenne le Parlement européen a validé la généralisation de la censure automatisée mardi 26 mars 2019.
Nous avons également notre travail d’enquête et de sensibilisation sur le dossier « Open Bar » entre Microsoft et le ministère des Armées.
Nous avons travaillé sur le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et pour une économie circulaire. Quelques avancées en termes de droit à l’information ont été obtenues, mais les propositions les plus ambitieuses ont été renvoyées à 2020 et à la transposition de deux directives.
L’April a été auditionnée par la commission d’enquête du Sénat sur la souveraineté numérique. Dans son rapport, la commission indique qu’il est urgent d’engager une réflexion au niveau interministériel sur la conduite d’une politique publique du logiciel libre.
L’association s’est également mobilisée pour tenter d’instaurer une priorité au logiciel libre dans l’Éducation via le projet de loi pour une école de la confiance, malheureusement sans succès. Mais ce n’est que partie remise.
Suite à notre action en 2019 et début 2020, parmi les 32 mesures proposées dans le Pacte pour la Transition pour les municipales 2020 figure la priorité au logiciel libre dans le service public.
L’April a fait partie du comité d’orientation et du jury pour l’attribution des labels « Territoire Numérique Libre » de l’Adullact, label qui a pour objectif de mettre en valeur l’utilisation des logiciels et systèmes d’exploitation libres au sein des collectivités territoriales.
Nous avons également agi sur le Health Data Hub (plateforme d’exploitation des données de santé) et sur d’autres dossiers, que vous pouvez découvrir dans le rapport d’activités.

Bannière Chapril

L’April participe depuis 2018 au collectif CHATONS (Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires) de Framasoft, en proposant des services libres et loyaux sur notre site Chapril. Neuf services (rédaction collaborative de textes en ligne, planification de rendez-vous, échanges de texte de manière sécurisée, visioconférence…) de notre Chapril sont disponibles et d’autres sont à venir. N’hésitez pas à tester et utiliser ces services.

En 2018, des réflexions avaient avancé concernant le développement d’un logiciel libre de gestion de la valorisation du bénévolat et sur l’usage des logiciels libres en milieu associatif. En 2019, ces réflexions ont conduit à la création de Bénévalibre, logiciel libre (dont une instance est accessible) destiné à faciliter la valorisation du bénévolat. L’April, par l’intermédiaire de son groupe de travail Libre Association et avec l’appui de temps salarié, a fortement contribué à l’aboutissement du projet dont la version 1 est désormais en production.

Image de l'Expolibre dans une bibliothèque

En 2019, le site de l’Expolibre, ainsi que les panneaux, ont été traduits en italien. L’Expolibre a été présente à plusieurs événements. Le groupe travail Sensibilisation de l’April produit des outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre. Le groupe travaille a commencé à travailler notamment sur « Le jeu du Gnou » (jeu coopératif et pédagogique) et sur un « Quiz enjeux de l’informatique » (questions autour du logiciel libre, les licences libres, etc).

Les membres de notre groupe de travail Trad GNU assurent les traductions en français du site du projet GNU et de la lettre d’information mensuelle publiée par la Fondation pour le Logiciel Libre. Près de 104 heures (contre 72 en 2018) de vidéos et d’émissions de radio ont été transcrites. Un total de 134 transcriptions relues, finalisées et publiées au cours de l’année 2018. Plus de 2 600 événements ont été référencés sur le site de l’Agenda du Libre (20% d’événements en plus par rapport à 2018), dont nous assurons la gestion et le développement.. PLus de 250 événements, nouveau record, ont été répertoriés dans le cadre du Libre en Fête 2019. L’édition 2020 n’aura pas le même succès, suite au confinement de la poluplation.

Photo stand April

En 2018, nous avions démarré une nouvelle action importante pour la promotion et la défense des libertés informatiques : une émission de radio sur Cause Commune. Libre à vous ! est une émission d’explications et d’échanges concernant les dossiers politiques et juridiques que l’April traite et les actions qu’elle mène. Une partie de l’émission est également consacrée aux actualités et actions de type sensibilisation. L’émission donne également très régulièrement la parole à des personnes, structures externes. Cette émission s’adresse à tout le monde. Pour pouvoir traiter encore plus de sujets et être réactif par rapport à l’actualité l’émission est devenue hebdomadaire en janvier 2019. 70 émissions ont été diffusées depuis mai 2018. Pour chaque émission sont mis à disposition le podcast de l’émission complète et un podcast pour chacun des sujets traités dans l’émission. La transcription est aussi disponible. Retrouvez l’ensemble des podcasts en ligne avec au programme notamment : l’Éducation nationale, les services libres et loyaux, l’achat de matériel, le financement de projets, la Gendarmerie nationale, l’ANSSI, les stratégies logiciel libre d’entreprises, les femmes et l’informatique, les espaces publics numériques, logiciel libre et collectivités, entreprises, associations, le métier du développement logiciel libre, téléphonie mobile et libertés, les distributions GNU/Linux, l’Open Bar Microsoft/Défense, les GULL (Groupes d’utilisateurs et d’utilisatrices de logiciel libre), la directive droit d’auteur, les données publiques, Wikipédia, Framasoft, Open Food Facts, OpenStreetMap, les DRM (menottes numériques)… et les chroniques de notre équipe. Abonnez-vous au podcast pour ne louper aucune émission.

Un grand merci aux membres de l’April, à l’équipe salariée, à nos soutiens qui nous permettent d’avoir une association vivante et active pour la promotion et la défense du Logiciel Libre.

L’April sera ce que vous et nous en ferons. Pour mener ses actions, l’April a besoin de votre soutien. Vous pouvez soutenir le logiciel libre et les actions de l’April en faisant un don maintenant ou en adhérant maintenant à l’April.

Ensemble, continuons à développer l’informatique libre !

Rejoignez l’April dès maintenant !

Source april.org