Archive pour le mot-clef ‘Linux’

Linux Mint 20 disponible : pas de snap, 64 bits

Vendredi 3 juillet 2020

Contrairement à Ubuntu, dont elle reste un dérivé, la populaire distribution Linux Mint a choisi de se passer du format snap. Une question de sécurité, mais aussi une volonté d’indépendance par rapport à Canonical.

C’est quoi, Linux Mint ?

Linux Mint figure aujourd’hui parmi les distributions Linux les plus populaires du monde. Le SE est créé à partir d’Ubuntu – dont la propre base reste Debian -. Il se veut moderne, élégant et capable de rivaliser avec les autres grands OS du marché que sont Windows, macOS X et, désormais, ChromeOS.

Linux Mint 20 disponible

La distribution Linux Mint 20 (nom de code Ulyana) est prête. Les éditions MATE, Cinnamon et Xfce ont été publiées ces derniers jours et sont accessibles en téléchargement.

64 bits…. uniquement

La surprise vient du retrait des éditions 32 bits au profit des 64 bits, mais elle s’explique : Canonical a en effet décidé de ne plus prendre en charge l’architecture 32 bits des versions 19.10 et 20.04 d’Ubuntu et Mint n’avait d’autre choix que de suivre le mouvement, puisque la distribution est dérivée d’Ubuntu.

Les nouveautés de Mint 20

Linux Mint 20 embarque plusieurs nouveautés, dont voici un aperçu :

Prise en charge optimisée de NVIDIA Optimus ;
Warpinator, une nouvelle implémentation de Giver pour le partage des fichiers ;
Améliorations esthétiques dans la « Tray » de la barre des tâches ;
L’environnement de bureau Cinnamon 4.6 ;
Améliorations dans les XApps (Xed, Xviewer, Xreader) ;
Des révisions dans le thème Mint-Y par défaut (notamment au niveau des couleurs).

La liste complète se trouve sur cette page.

Snap, c’est terminé

Linux Mint suit les cycles de mise à jour d’Ubuntu LTS. Or, elle se passera du format de fichiers snap, comme l’annonce de mai l’a clairement indiqué :

« J’ai l’honneur de vous confirmer que Linux Mint, comme les éditions précédentes, ne comportera aucun snap et/ou snapd installés d’origine. » – Clément Lefèbvre

Pour rappel, comme AppImage et Flatpak, Snap permet d’installer et mettre à jour plus simplement des applications Linux de manière transversale sur plusieurs distributions. Le format snap intègre à la fois l’application et les bibliothèques nécessaires, dans un seul paquet.

Ce qui est reproché à Snap

Pour les concepteurs de Linux Mint, le Snap Store écrase une partie de la base APT de la distribution. C’est donc un grand « non » qui a été annoncé en mai dernier : pas question de permettre à Chromium de s’installer dans le dos des utilisateurs, sans leur consentement, créant ainsi une « porte dérobée » dans le système d’exploitation en le connectant à l’Ubuntu Store.

Linux Mint->https://blog.linuxmint.com/?p=3906

« Les applications de ce store ne peuvent pas être auditées, épinglées ou corrigées. Vous avez autant de contrôle sur ces fichiers qu’avec un système propriétaire, c’est-à-dire… aucun contrôle. Il s’accorde les droits root et s’installe sans vous le demander. »

Conséquence : dans Linux Mint 20, APT empêche snapd d’être installé.

Source toolinux.com

Ubuntu 20.04, une interface macOS fait son apparition, détails

Lundi 29 juin 2020

Linux est un système d’exploitation capable d’offrir une alternative à Windows. Si la sécurité est souvent l’argument mis en avant une autre qualité est à souligner. Il offre en environnement hautement personnalisable.

C’est une vraie qualité car nous sommes nombreux à souhaiter apporter une touche personnelle au bureau. Le but est d’avoir un environnement à son image et répondant à ses besoins. Cela permet décroitre sa productivité et son efficacité lors de l’exploitation de sa machien. C’est aussi tout simplement « cool ».

Sur ce point Windows 10 s’accompagne de quelques options de personnalisation du bureau mais il y a de nombreuses limitations. Sous Linux c’est tout le contraire. En fait il n’y a pas vraiment de limite hormis votre imagination. Tout est quasiment possible.

La distribution Ubuntu 20.04 est disponible depuis peu. Un fan sur Reddit a décidé de retoucher l’interface afin de la faire ressembler à macOS. Cette transformation de Linux en l’un de ses rivaux peut-être mal perçue par les fans. Elle montre cependant les possibilités offertes en mettant en évidence à quel point tout est personnalisable.

L’auteur explique qu’il s’est appuyé sur de vraies icônes macOS et des versions « maison ». L’ensemble s’accompagne d’une série de modifications comme le remplacement de Nautilus par Nemo et l’installation de Plank pour alimenter le dock. Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici.

Source ginjfo.com

Sécurité de Linux : une enquête de la Linux Foundation

Lundi 22 juin 2020

Les logiciels open source et Linux sont à présent partout dans le monde IT. L’occasion pour Harvard et la Linux Foundation de lancer une grande enquête sur la sécurité des FOSS.

Pour David A. Wheeler, responsable de la sécurité de Linux Foundation, « nous devons aujourd’hui avoir une meilleure compréhension des enjeux pour rendre l’open source plus sécurisé encore ».

En 2020, vu la prolifération de Linux et des logiciels libres, l’Université de Harvard et la Fondation lancent une grande enquête auprès des DSI, des contributeurs et des développeurs. Objectif : identifier comment améliorer la sécurité et la pérennité de l’écosystème libre.

Le questionnaire a été élaboré et mis en place par la Core Infrastructure Initiative de la Linux Foundation, en collaboration avec le Laboratory for Innovation Science de Harvard. La participation se fait en anglais et prend entre 15 et 20 minutes. Vous avez jusqu’au début du mois d’août pour apporter votre son de cloche et vos impressions aux équipes en charge. En participant, vous aurez la possibilité de recevoir les conclusions de l’enquête lors de leur publication, avant l’automne.

Le questionnaire (en anglais).

Source toolinux.com

Noyau Linux 5.8, une « big » version selon Linus Torvalds

Vendredi 19 juin 2020

Le développement du noyau Linux 5.8 est en cours. A l’occasion de la sortie de la première « release candidate », Linus Torvalds annonce qu’il s’agit d’une importante version.

Ce nouveau noyau Linux est aux yeux de Linus Torvalds une importante version. Les premiers chiffres clés partagés confirment qu’il ne s’agit pas d’une évolution mineure. À ce stade, il y a plus de 14 000 fichiers modifiés, plus de 14 000 commits non unifiés et quelque 800 000 nouvelles lignes de codes. D’un certain point de vue ce noyau 5.8 rappelle la version4.9. A ce sujet Linus Torvalds explique

« A partir de cette RC1, nous sommes proche de la v4.9, qui a longtemps été notre plus grande version en nombre de commits. Oui, la 5,8-rc1 a un peu moins de commits mais à bien des égards c’est une version beaucoup plus complète. »

Noyau Linux 5.8, la RC1 débarque

Y a-t-il quelque chose de spécial dans cette version ? En fait pas vraiment. Bien que 5.8 se dessine progressivement comme une importante évolution il n’y a pas changement majeure en vue. Nous sommes surtout en présences d’une beaucoup de changements dont plusieurs concernant les pilotes.

Linus Torvalds souligne

“Dans 5.8, nous avons modifié environ 20 % de tous les fichiers du référentiel source du noyau. C’est vraiment un pourcentage important […]”

La première candidate (RC1 contraction de Release Candidate 1) est désormais disponible. D’avantages d’informations sont attendues dans les prochaines semaines en fonction de l’avancée du développement.

Source ginjfo.com

EmmaDE3 1.02 accueille les environnements Xfce/LXQt

Vendredi 19 juin 2020

Le Collectif Emmabuntüs annonce la mise à jour de l’Emmabuntüs Debian Édition 3 1.02 (32 et 64 bits). La distribution lancée ce lundi est basée sur la Debian 10.4 Buster et les environnements Xfce/LXQt.

La nouvelle mise à jour publiée en début de semaine reprend les améliorations de l’Emmabuntüs DE4, à savoir l’ajout :

de l’environnement LXQt à la place de LXDE, avec une installation de base dans l’ISO sans avoir la nécessité d’une étape supplémentaire de post-installation ;

du navigateur Internet Falkon, permettant ainsi une utilisation avec seulement 1 Go de RAM sous LXQt ;
des utilitaires inxi/inxi-gui pour améliorer l’entre-aide sur notre forum ;

de gThumb à la place de Nomacs pour permettre la gestion facile des photothèques ;

de l’application SMTube et des utilitaires font-manager, mediainfo-gui et mdadm pour faciliter la prise en main de notre distribution ;

des utilitaires KeePassXC et Onboard qui remplacent les applications maintenant obsolètes KeePassX et Florence.

En plus de ces évolutions contenues dans l’Emmabuntüs DE4, on saluera l’arrivée de plusieurs utilitaires : VeraCrypt pour permettre la sécurisation de vos données personnelles dans un container chiffré et transportable, ainsi que GtkHash pour faciliter le vérification des sommes de contrôle de vos fichiers et des ISO.

La liste complète des nouveautés se trouve sur le site web du projet.

 

Linux Mint 20 disponible en bêta, avec son Warpinator

Vendredi 19 juin 2020

Comme à chaque fois, trois déclinaisons de cette édition LTS nommée Ulyana sont mises en ligne, selon

l’environnement : Cinnamon, MATE et Xfce.

Dans les nouveautés, on note bien entendu la mise de côté de snapd ou l’applet destiné aux machines Optimus avec un GPU NVIDIA. Mais également Warpinator.

Il s’agit d’une version repensée du Giver développé aux débuts de la distribution, devant faciliter l’échange de fichiers directs au sein du réseau local.

D’autres retouches de l’interface, corrections de bugs et améliorations des performances sont au programme, en complément des nouveaux fonds d’écran.

La plupart des ordinateurs Lenovo seront certifiés Linux à l’avenir

Vendredi 12 juin 2020

Lenovo va certifier une grande partie de ses ordinateurs de bureau et portables Thinkpad pour Red Hat Linux et Ubuntu. L’idée : encourager au déploiement de Linux dans l’entreprise.

La plupart des ordinateurs Lenovo seront certifiés Linux à l’avenir

Nous vous parlions, début mai, de l’arrivée de Fedora Linux sur des ordinateurs portables Thinkpad. Le constructeur chinois poursuit dans cette voie avec la certification de nouveaux ordinateurs de bureau ThinkPad et ThinkStation Workstation. Il sera désormais possible d’y installer Red Hat Linux ou Ubuntu LTS.

250 millions d’ordinateurs personnels sont vendus chaque année et environ 7,2 millions le sont avec Linux selon NetMarketShare. Une niche dans laquelle Lenovo compte bien se positionner en certifiant ses propres machines pour une utilisation optimale des principales distributions Linux.

L’idée de Lenovo est de certifier l’ensemble des ordinateurs de bureau et portables ThinkStation et ThinkPad série P pour qu’ils tournent sous Ubuntu Linux ou Red Hat Linux Entreprise (ainsi que Fedora). Le constructeur explique que les modèles offriront désormais un support complet allant « des correctifs aux pilotes en passant par des optimisations au niveau du bios« .

Le support de Linux sur les ordinateurs Lenovo sera assuré sur le web et via des forums Linux. Pour l’heure, cette section n’est disponible qu’en anglais.

Lire également

Des portables Lenovo Thinkpad avec la distribution Linux Fedora 32

Source toolinux.com

Pourquoi l’adoption de Linux explose en 2020 ?

Lundi 8 juin 2020

Linux est considéré comme une alternative à Windows. Cependant sa part de marché n’a jamais vraiment décollée sur le segment des ordinateurs de bureau. Depuis quelques mois la situation a changé. Sa cote de popularité de cesse d’augmenter, que se passe-t-il ?

La surprise est là et les chiffres confirment une tendance. Linux est de plus en plus populaire auprès du “Grand Public”. La situation peut surprendre car l’OS ne pas vraiment une image « gaming » et son approche peut paraitre différente de celle de Windows. Pourtant les dernières statistiques montrent que son adoption s’améliore à un rythme rapide.

Linux progresse et Windows recule sur le marché des ordinateurs de bureau !

Ce système d’exploitation est encore loin de dépasser Windows mais sa progression se poursuit. Il est possible que dans avenir plus ou moins lointain le choix d’un système d’exploitation ne se résume plus à deux noms « Microsoft » et « Apple ». Le mois de mai a permis de franchir une nouvelle étape avec une part de marché à 3.17%. Windows se situe à 86.69% et macOS à 9.68%.Une analyse de ces chiffres montre que la croissance de Linux est assurée par une distribution, Ubuntu. En mai 2020, Elle représente 64,98 % de toutes les installations Linux.

Alors, que ce passe-t-il au sujet de Linux ? Pourquoi devient-il de plus en plus populaire sur le marché des ordinateurs de bureau ?

Linux, pourquoi sa présence est en progression ?

Il y a essentiellement trois raisons à cela dont deux sont des conséquences des choix de Microsoft.

Tout d’abord, le géant a mis fin à l’existence de Windows 7. Malgré des dizaines de millions pour ne pas dire des centaines de millions d’ordinateurs sous cet environnement, il a été abandonné. En clair cet OS n’est plus concerné par la grande maintenance mensuelle de Redmond nommée Patch Tuesday. La situation est donc problématique car Windows 7 n’a pas de souci particulier. Il est capable de répondre parfaitement à la majorité des usages. Le passage à Windows 10 est ainsi mal perçu et pas vraiment justifiable surtout que la procédure n’est pas gratuite. Il n’est donc pas étonnant que beaucoup cherchent à prendre un certain recul face à Microsoft.

A cela s’ajoute la vision proposée par Windows 10. Le système d’exploitation souffre d’une maintenance problématique, d’une télémétrie intrusive et de publicité proposée au travers de son interface. Certains utilisateurs « Windows 7 » souhaitent donc conserver l’expérience de bureau traditionnelle ce qui Linux peut proposer.

Enfin le troisième point est a chargé du coté de Linux lui-même. Cet environnement a profité ces dernières années d’une communauté incroyable redoublant d’efforts et d’idée pour le rend plus convivial. C’est là un defit afin de conquérir le cœur des utilisateurs « Windows ». Pour de nombreuses distributions le plus grand défi et de proposer une environnement pour se sentir à la maison (Windows)

A ce sujet, il existe de nouvelles distributions Linux spécifiquement développées pour proposer un environnement connu et maitrisé aux utilisateurs de Windows.

Il n’est pas impossible que Linux poursuive sa croissance au point de se rappocher de macOS d’Apple.

Source ginjfo.com

 

Fedora Linux 32 : disponibilité, nouveautés, téléchargement

Samedi 9 mai 2020

Prête à équiper de nouveaux ordinateurs portables Lenovo (mais pas que), la nouvelle mouture de la distribution communautaire de Red Hat est déconfinée. Fedora 32 vient d’être publiée et elle est disponible gratuitement en ligne.

’annonce a été officialisée fin avril. Fedora 32 est à présent disponible et la communauté francophone s’est activéepour en livrer tous les secrets en français.

Qu’est-ce que Fedora ?

Fedora est une distribution Linux communautaire développée par le projet Fedora et sponsorisée par RedHat (IBM), qui lui fournit des développeurs ainsi que des moyens financiers et logistiques. Fedora peut se voir comme une sorte de vitrine technologique pour le monde du logiciel libre, c’est pourquoi elle est prompte à inclure des nouveautés.

Fedora 32 : quoi de neuf ?

Comme on peut le lire dans l’annonce officielle de l’association Fedora francophone, la version 32 de Fedora s’articule, entre autres, autour des éléments suivants :

Noyau Linux 5.6 ;
Passage à GNOME 3.36 Gresik, sorti en mars dernier ;
Plusieurs polices bitmaps sont converties en OpenType ;
Le service fstrim.timer est activé par défaut ;
Le gestionnaire de base de données MariaDB est mis à jour vers la version 10.4 ;
La suite de compilateurs GCC 10 est proposée ;

Les notes de sortie complètes et officielles sont disponibles en anglais sur cette page.

Trois versions disponibles

Comme toujours, trois éditions de Fedora sont disponibles pour trois types d’utilisation différents :

Fedora Workstation 32 pour le bureau (desktop), articulée autour de GNOME 3.36 ;
Fedora Server 32 pour les administrateurs système ;
Fedora CoreOS 32 est un système minimaliste destiné à une utilisation en conteneur.

Pour télécharger Fedora 32, rendez-vous sur le site web suivant : getfedora.org.

Source toolinux.com

L’environnement de bureau MATE en version 1.24 : ce qu’il faut savoir

Samedi 22 février 2020

Qu’est-ce que l’environnement MATE ?

MATE est un fork de GNOME 2. Il fournit un environnement de bureau intuitif en se basant sur les métaphores traditionnelles pour GNU/Linux et d’autres systèmes d’exploitation similaires à Unix.

Nouveautés de MATE version 1.24

L’environnement MATE 1.24 est disponible depuis le 10 février 2020. Ses nouveautés principales sont la prise en charge de Wayland par le panneau MATE et le visionneur EOM (Eye of MATE). On ajoute également la compatibilité avec le format WebP.

Une meilleure prise en charge des affichages HiDPI est intégrée. Quant aux greffons Pluma (plugins), ils ont été portés sous Python 3. La liste complète des améliorations se trouve sur le site web officiel.

Quelles distributions Linux supportent MATE ?

MATE est disponible via les dépôts officiels pour les systèmes GNU/Linux suivants :

Alpine Linux
AOSC
Arch Linux
Debian
Fedora
Gentoo
GNU Guix et GNU GuixSD
Linux Mint
Mageia
Manjaro
openSUSE
Parrot Security OS
PCLinuxOS
PLD Linux
Sabayon
Salix
Solus
Trisquel GNU/Linux
Ubuntu
Ubuntu MATE
Uruk GNU/Linux
Vector Linux
Void Linux

Les instructions d’installation de MATE sont disponibles sur cette page.

Source toolinux.com