Archive pour le mot-clef ‘Logiciels-Libres’

Tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau Firefox 86

Jeudi 25 février 2021

La nouvelle version 86 stable de Firefox est arrivée pour votre ordinateur. Elle introduit, entre autres, une protection totale contre les cookies et des nouveautés dans l’incrustation vidéo.

Quoi de neuf dans Firefox 86 ?

Firefox avance deux nouvelles nouvelles fonctionnalités principales : la fonction « multiples incrustations vidéo » (multi-PiP) et une optimisation de la protection de la vie privée.

Multi-PiP

Dans la nouvelle version, Firefox a ajouté la fonction multiples incrustations vidéo, disponible sur Mac, Linux et Windows, avec des commandes clavier pour accélérer l’avance et le retour en arrière.

Mettre fin au suivi des cookies

Mozilla annonce également la mise en place de la fonctionnalité Protection totale contre les cookies pour Firefox. Elle empêche les cookies de vous traquer sur le web en créant une boîte à cookies distincte pour chaque site web.

Voici comment cela fonctionne :

 

Télécharger Firefox 86

Pour télécharger Firefox 86, rendez-vous sur cette page, où vous trouverez les modules d’installation pour Linux, macOS et Windows.

Source toolinux.com

Tails 4.16 : quoi de neuf pour la distribution Linux anonyme ?

Mercredi 24 février 2021

Le système d’exploitation popularisé par Edward Snowden poursuit son évolution avec la sortie d’une version de maintenance ce 22 février 2021. Voici ce qu’il faut savoir sur Tails 4.16.

Après avoir publié sa feuille de route pour 2021, le projet Tails diffuse la seconde version de l’année, Tails 4.16.

C’est quoi, Tails ?

Tails (The Amnesic Incognito Live System) est une distribution Linux sécuritaire basée sur Debian. Elle entend préserver l’anonymat de ses utilisateurs en ne laissant aucune trace numérique sur la machine. Toutes les connexions réseau transitent via Tor ou sont bloquées.

L’OS peut être lancé via une clé USB depuis la plupart des ordinateurs (fabriqués durant la dernière décennie, Mac compris).

Comment ça marche ?

Pour utiliser Tails, vous éteignez l’ordinateur et le démarrez depuis votre clé USB Tails, à la place de Windows, macOS ou même… Linux. Quand Tails démarre, vous êtes face à une page blanche : tout ce que vous faites disparaît automatiquement lorsque vous éteignez Tails. Vous pouvez toutefois enregistrer des fichiers et certaines configurations dans un stockage persistant, mais il sera chiffré sur la clef USB

Quels logiciels dans Tails ?

Plusieurs logiciels sont inclus dans la distribution Tails :

Tor avec uBlock (navigateur sécurisé basé sur Firefox avec bloqueur de publicité)
Thunderbird (courriel chiffré)
KeePassXC (mots de passe forts)
LibreOffice
OnionShare (partage de fichier via Tor)

Tails 4.16 : les nouveautés

La version 4.16 de Tails apporte plusieurs nouveautés :

Mise à jour vers Tor Browser 10.0.12 et Thunderbird to 78.7.0 ;
Noyau Linux 5.10.13 pour la compatibilité avec les périphériques et le matériel récents ;
Mise à jour de Tor en version 0.4.5.5

La liste des changements est disponible à cette adresse.

La prochaine mise à jour – Tails 4.17 – est programmée le 23 mars 2021.

Comment installer Tails sur mon ordinateur ?

Trois options s’offrent à vous pour installer Tails : clé USB, DVD ou machine virtuelle.

Vous pouvez installer Tails en moins de 30 minutes en suivant les instructions sur cette page. Vous avez besoin pour cela d’une clé USB (8 Go min.) et allez rapatrier 1,2 GB de données depuis votre ordinateur (Linux, Windows, macOS).

Vous pouvez également graver Tails sur un support DVD ou utiliser Tails dans une machine virtuelle.

Où trouver de la documentation sur Tails ?

Une abondante documentation est disponible sur le site officiel, dont une grande partie est proposée en français.

Source toolinux.com

Le site du projet Debian se prépare à une refonte, un développeur fait une proposition

Mercredi 24 février 2021

En décembre, l’équipe annonçait des changements mis en place et d’autres à venir, invitant la communauté à participer, notamment à travers sa liste de diffusion ou IRC.

Comme repéré par Cyril Brulebois, Lucas Marçal Coutinho a pris l’invitation au sérieux en proposant une évolution en profondeur du site. Il s’est basé sur le travail de Juliette Taka, à l’origine du thème graphique de Debian 11, homeworld. Un aperçu est visible ici.

Reste à voir si certains éléments seront repris. Dans tous les cas, n’hésitez pas à faire vos propres propositions pour rendre le site plus agréable à l’œil et à la navigation.

Source nextinpact.com

April Camp

Mercredi 17 février 2021

Le prochain « April Camp » aura lieu le samedi 6 et le dimanche 7 mars 2021 en distanciel. Tout le monde, membre ou pas de l’association, peut participer en fonction de son temps disponible, de ses compétences, de ses envies.

Le pad pour vous inscrire, proposer des thèmes de travail : https://pad.april.org/p/aprilcampmars2021

La page wiki du Camp pour les liens utiles et le programme prévisionnel à jour : https://wiki.april.org/w/April_Camp_mars_2021

N’hésitez pas à transmettre l’information dans les groupes de travail ou plus largement autour de vous.

Rappel sur ce qu’est un « April Camp » :

L’idée d’un « April Camp » est de se réunir pendant plus de deux jours entre membres et soutiens de l’April pour faire avancer des projets en cours, lancer de nouveaux projets. Les projets peuvent être de nature technique, des outils de communication, etc.

Tout le monde, membre ou pas de l’association, peut participer en fonction de son temps disponible, de ses compétences, de ses envies.

L’« April Camp » a lieu physiquement à un endroit (jour et nuit si c’est faisable) quand les conditions le permettent, mais également en ligne.

Des outils pour participer en ligne sont disponibles : IRC, bloc-notes, pont téléphonique, visio-conférences, audio-conférences.

Librement,

April – Promouvoir et défendre le logiciel libre

https://www.april.org

Linux 5.11 est sorti avec les améliorations d’AMD et d’Intel

Mardi 16 février 2021

Linus Torvalds annonce la sortie de la version 5.11 du noyau Linux avec de nombreuses mises à jour de support pour le matériel Intel, AMD et Arm.

Le créateur de Linux, Linus Torvalds, a annoncé la disponibilité de la version 5.11 du noyau Linux, marquant la première version stable du noyau pour 2021.

La version est arrivée dimanche, le jour de la Saint-Valentin, avec seulement quelques changements par rapport à la version précédente. En cours de développement avant décembre, elle prend en charge les Intel Software Guard Extensions (SGX), un environnement d’exécution fiable et isolé du matériel pour les applications permettant de stocker et de traiter des secrets dans des enclaves.

Comme le souligne le site d’information Phoronix sur Linux, le support SGX dans le noyau Linux a pris des années pour être réalisé. Linux 5.11 apporte également de meilleures performances d’AMD et une meilleure gestion de l’énergie pour les processeurs basés sur Zen d’AMD, grâce aux correctifs des ingénieurs de Google.

Linus Torvalds se dit satisfait

Linus Torvalds semble satisfait de cette version stable car il n’y a pas eu de problèmes majeurs depuis la RC7. « En fait, c’est un ensemble d’engagements plus petits que la moyenne de rc7, ce qui me rend heureux. Et j’ai déjà plusieurs demandes d’extraction en attente pour la suite, donc nous sommes tous prêts pour que la fenêtre de fusion commence », a commenté Linus Torvalds pendant le week-end.

« Mais en attendant – et oui, je sais que c’est la Saint-Valentin ici aux Etats-Unis – peut-être donner à cette version un bon test avant de retourner jouer avec les noyaux de développement. D’accord ? »

Linux 5.11 apporte également une prise en charge supplémentaire des dispositifs d’Arm, y compris une prise en charge plus large pour divers Chromebook.

Source : znet.com

Noyau 5.11 de Linux : le résumé des nouveautés

Lundi 15 février 2021

Après la sortie de la version 5.10 LTS en décembre, place au kernel 5.11. Il a été officialisé ce dimanche 14 février.

 

Linus Torvalds a confirmé ce 14 février la sortie de la version 5.11 du noyau Linux (kernel) :

« Rien d’inattendu ou de particulièrement effrayant ne s’est produit cette semaine, nous voilà donc avec une version 5.11 étiquetée et prête à l’emploi. L’ensemble de commits a été plus petit que la moyenne entre la rc7 et cette édition finale. »

Quoi de neuf dans Linux 5.11 ?

Les points forts de ce nouveau noyau Linux 5.11, qui succède à la version LTS 5.10, sont les suivants :

Prise en charge des GPU AMD « Van Gogh » et « Dimgrey Cavefish » dans le pilote AMDGPU
Prise en charge de KASAN sur ARM (32 bits)
Prise en charge d’Intel SGX (Software Guard Extensions)
Un tout nouveau « bus » virtuel pour les périphériques multifonctions
De nouvelles options de montage pour le système de fichiers Btrfs pour la récupération d’un disque et des données.

Les informations complètes devraient être à jour dans le courant de la journée ce 15 février sur le site officiel.

Source toolinux.com

Canonical plus que jamais la tête dans les containers et Openstack

Samedi 13 février 2021

Un an après la sortie de la LTS 20.04 de sa distribution Ubuntu, Canonical s’apprête à lancer la v21.04 intermédiaire, Hirsute Hippo. Pour séduire les entreprises, la société mise sur bien d’autres produits orientés autour des containers, d’Openstack mais aussi de l’internet des objets.

« On maintient un très haut niveau de sécurité pour être sur d’adresser toutes les dernières vulnérabilités et on permet de gérer et orchestrer l’orchestration des containers sur K8S mais aussi des workloads traditionnels et de l’infrastructure elle-même », explique Thibault Rouffineau, directeur marketing de Canonical. (crédit : Canonical)

 

Iconique société du monde open source avec sa distribution Ubuntu, Canonical a depuis sa création en 2004 par Mark Shuttleworth, pris le virage vers le cloud. Objectif : accompagner les entreprises vers leurs projets de transformation numérique et répondre à la fois à leurs besoins tant en termes d’agilité que de scalabilité. Autrefois pierre angulaire de sa stratégie, la distribution Ubuntu, n’est plus seule au catalogue et d’autres solutions et technologies sont poussées depuis quelques années. En particulier dans les domaines clés que sont les containers, Openstack et l’internet des objets. « Canonical est connu comme éditeur d’Ubuntu, mais le nombre de produits que l’on a est nettement supérieur à cela, dans l’infrastructure mais aussi dans le monde applicatif », nous a indiqué Thibault Rouffineau, directeur marketing de Canonical. « Le gros de notre portfolio va du datacenter au cloud public avec des partenariats avec Azure, AWS et Google ».

Pour ce qui est de la prochaine version d’Ubuntu 21.04 prévue le 22 avril 2021, à quoi faut-il s’attendre ? Pas au nouveau bureau GNOME 40 ni de GTK4, mais plutôt à de modestes changements comme l’afficheur Wayland par défaut ainsi que le support par défaut de Python 3.9, et du noyau Linux 5.11. De même des améliorations de sécurité sont prévues avec un home folder privé par défaut. En termes de pénétration d’Ubuntu actuellement, difficile d’en savoir beaucoup, la société ne communiquant pas sur ces chiffres. Mais en termes de projets, la grande tendance qui se dessine pour Canonical est autour de Kubernetes, d’abord aux Etats-Unis avec une évolution ensuite pour le reste du monde. « Du point de vue des coûts on ne se base sur aucune licence ou souscription mais uniquement sur un prix par CPU », argumente Thibault Rouffineau. « En gérant la stack logicielle avec Charms, on permet aux entreprises de diminuer les coûts de maintenance et d’éviter d’installer un cloud spaghetti car tout est plus facile à upgrader ».

Des grands projets de remplacement de clouds privés internalisés

Côté Ubuntu, la version Core dédié aux environnements IoT commence aussi à monter en puissance. « Elle a été lancée il y a 6 ans autour de la robotique et poursuit son adoption dans le monde industriel », indique Thibault Rouffineau. Mais encore une fois, difficile d’obtenir plus d’indicateurs chiffrés. 50 à 70% des workloads tournant sur des clouds publics fonctionneraient sur Ubuntu. Parmi les éléments différenciateurs de cette distribution, outre le tarif par CPU, la sécurisation des images Docker au niveau des repository ou du Docker Hub constituent aussi des points forts. « On maintient un très haut niveau de sécurité pour être sur d’adresser toutes les dernières vulnérabilités et on permet de gérer et orchestrer l’orchestration des containers sur K8S mais aussi des workloads traditionnels et de l’infrastructure elle-même », avance Thibault Rouffineau.

Les grands projets d’équipements sont également amorcés pour installer Ubuntu, Charms et d’autres piles d’infrastructures ou applicatives dans les entreprises. « Nous travaillons sur des projets de remplacement pour des grands comptes de 9 cloud privés internalisés dont 5 en Europe pour un coût total sur 3 ans à un sixième du prix », nous a expliqué quant à lui Reg Deraed, responsable Europe du Sud chez Canonical. Au coeur de ce changement de modèle, on trouve Openstack Charms 18.04, qui a séduit les entreprises aussi bien pour son coût de support « bien moindre » avec des économies opérationnelles quantifiables immédiatement d’après l’éditeur, mais ce n’est pas le seul. « La tendance de nos clients c’est aussi d’aller vers le IaaS et le container as a service, et ce que l’on voit c’est une tendance à fusionner les projets Kubernetes et Openstack », poursuit Reg Deraed.

Le cloud native passé de projet tactique à stratégique

Qu’en est-il de la France ? « La tendance est clairement autour de Kubernetes et du cloud native avec beaucoup de migration de projets existants, avec aussi beaucoup de grandes sociétés qui passent leurs postes de travail vers de l’Ubuntu. Ce qui était tactique auparavant d’allers vers du cloud native, est aujourd’hui un projet stratégique », souffle Reg Deraed. Et à ce petit jeu, Canonical semble bien tirer son épingle du jeu avec l’annonce de la sortie récente de SuSE sur Openstack. « Même si SuSE ne vendait pas beaucoup de solutions Openstack, cela fait un interlocuteur de moins pour les clients, ce qui améliore notre position concurrentielle », poursuit Red Jarry.

Mais c’est surtout sur sa propre force technologique que Canonical veut avant tout convaincre les entreprises de se tourner vers son offre, plus que profiter d’un effet d’aubaine de marché : « la grande différence c’est que pour exploiter Openstack d’un point de vue opérationnel on containerise le control plane et le fait de livrer avec Kubernetes le code pour le customiser et le configurer, cela donne une agilité que le concurrent n’a pas », indique Reg Deraed.

BNP Paribas, Docaposte et TDF friands d’Openstack Ubuntu

En termes business, difficile – mais on s’en doutait encore – d’obtenir des chiffres précis de marché pour la France qui reste toutefois pour Canonical « une des plus grosses économies » pour des ventes effectuées aussi bien en direct qu’en indirect En France, parmi ses plus gros clients, on trouve en particulier BNP Paribas (Openstack couplé à Kubernetes et du support applicatif) ou encore Docaposte pour du cloud infogéré par Canonical, ou encore TDF pour un projet Openstack avec support 24/7. Si une introduction en bourse n’est toujours pas dans les tuyaux à court terme – plutôt à horizon de quelques années – Canonical compte étoffer ses équipes dont en France, actuellement d’une vingtaine de personnes, et lance un appel pour du recrutement d’ingénieurs pour des missions clients et de l’appui à l’installation, plus que de l’avant-vente uniquement.

Source lemondeinformatique.fr

Libre en Fête 2021 : découvrir le logiciel libre à l’arrivée du printemps !

Mercredi 10 février 2021

 

Pour la vingtième année consécutive, l’April lance l’initiative nationale Libre en Fête. Pour accompagner l’arrivée du printemps, des événements de découverte des logiciels libres et de la culture libre en général sont proposés partout en France autour de 20 mars, dans une dynamique conviviale et festive. L’édition 2021 du Libre en Fête aura lieu du samedi 6 mars au dimanche 4 avril.

 

 

 

À l’occasion du Libre en Fête, tous les groupes d’utilisateurs et utilisatrices de logiciels libres (GULL), les espaces publics numériques (EPN), les bibliothèques et médiathèques, les clubs informatiques, les fablabs et hackerspaces, et toutes les organisations ayant à cœur la promotion du logiciel libre et de la culture libre en général sont invitées à organiser des évènements à destination du grand public. Le site du Libre en Fête donne toutes les informations nécessaires pour participer à l’initiative.

Les événements organisés dans le cadre du Libre en Fête peuvent prendre de multiples formes : conférence de découverte, atelier d’initiation (à un logiciel libre, à un service en ligne libre ou à un projet collaboratif dérivé des principes du Logiciel Libre comme Wikipédia ou OpenStreetMap), fête d’installation1, exposition de panneaux sur le logiciel libre comme par exemple l’Expolibre, diffusion de vidéos ou films sur le logiciel libre, mise à disposition de postes informatiques sous logiciel libre, de jeux vidéos libres, etc. Bien sûr, il est possible de proposer plusieurs activités au sein d’une même journée de découverte. Et si un fond musical est prévu pour les moments les plus informels, le choix de morceaux diffusés sous licence libre est recommandé.

La coopération entre différentes structures au niveau local est vivement encouragée. Les groupes d’utilisateurs et utilisatrices de Logiciels Libres (GULL) peuvent notamment être sollicités en raison de leurs connaissances et leur expertise en matière de Logiciel Libre. D’autres structures peuvent mettre à disposition d’autres ressources telles que les locaux, le matériel informatique et multimédia, voire des compétences en communication et/ou animation. Ainsi, le Libre en Fête, c’est aussi l’occasion de nouer de nouveaux partenariats et/ou de renforcer des liens existants. Des liens utiles pour la recherche de partenaires sont disponibles sur le site de l’initiative.

Lors de l’édition de 2020, la plupart des événements ont dû être annulés à cause de l’épidémie de Covid-19. À l’heure où nous publions ces lignes, nous ne pouvons savoir si des événements en présentiel pourront avoir lieu autour du 20 mars, dans quelles modalités et avec quelles contraintes. C’est pour cette raison que nous encourageons les organisations souhaitant participer à l’initiative Libre en Fête à prévoir, quand cela est possible, des événements de secours en ligne.

Proposer un événement pour le Libre en Fête 2021

Une liste de diffusion a été mise en place pour que les structures participant à l’initiative puissent échanger leurs expériences et idées. L’inscription à cette liste est libre.

Pour toute question sur le Libre en Fête, vous pouvez contacter l’équipe de coordination.

Faites circuler cette annonce, merci !

Source april.org

Le gouvernement va créer une mission logiciels libres et communs numériques

Mardi 9 février 2021

Jean Castex a annoncé que cette mission, qui fait suite au rapport Bothorel, sera créée au sein de la direction interministérielle du numérique (Dinum).

Lors du 5e comité interministériel de la transformation publique (CITP), vendredi 5 février à Mont-de-Marsan, le gouvernement a mis en avant sa stratégie autour des données publiques. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé de nouvelles ouvertures de bases de données, «à la suite des travaux du député Eric Bothorel». Le rapport qu’avait remis fin décembre le député LREM, «Pour une politique publique de la donnée» soulignait entre autres les insuffisances de l’État en matière de logiciel libre.

« Une première pierre », demandée dans le rapport Bothorel

Or, rapporte le site Acteurs publics, «concernant l’ouverture des codes sources et l’utilisation des logiciels libres par l’administration, le gouvernement a annoncé, lors du CITP, la création prochaine d’une mission “Logiciels libres et communs numériques”. (…)

Une mission verra ainsi le jour au sein de la direction interministérielle du numérique (Dinum), sans que ses modalités organisationnelles ne soient encore arrêtées. Une manière de faire en sorte que la stratégie de l’État en la matière ne soit plus impensée et qu’elle ne dépende pas des volontés individuelles ou de services plus ou moins actifs sur le sujet. Hormis la politique de contribution aux logiciels libres formalisée en 2018, rien n’organise ni ne valorise aujourd’hui la contribution des agents publics, pour certains très investis, à la constitution et à l’amélioration de projets de “communs numériques”.»

Dans son rapport, la mission Bothorel notait:

«S’agissant de l’ouverture des codes et de l’utilisation de logiciels libres, il faut structurer la communauté du secteur public et renforcer l’appui qui lui est apporté. (…) La mission considère que la création d’un Open Source Program Office (OSPO), visible et pérenne, au sein de la DINUM, serait une première pierre pour relever ce défi.»

Etienne Gonnu, responsable affaires publiques à l’April, souligne devant l’annonce qu’il faut que «la « mission logiciel libre » envisagée dispose de moyens humains dédiés, de ressources propres et s’inscrive dans une stratégie globale; de l’utilisation à la contribution.»

Source zdnet.fr

Ce qu’il faut savoir sur la mise à jour de Debian 10.8 et la future version 11

Lundi 8 février 2021

En attendant Debian 11, le projet Debian a publié ce samedi 6 février la huitième mise à jour de sa distribution stable Debian 10 (nom de code Buster). Cette nouvelle édition corrige plusieurs problèmes importants de sécurité de la branche stable.

L’annonce officielle a été publiée ce 6 février 2021.

Quoi de neuf dans Debian 10.8 ?

La liste des éléments mis à jour se trouve sur le site officiel de Debian, à cette adresse, d’atftp à wireshark.
Les mises à jour de sécurité s’y trouvent également.

Télécharger Debian 10.8

Pour télécharger et installer Debian Buster 10.8, de nouvelles images d’installation ont fait leur apparition Une liste complète des miroirs est disponible à l’adresse suivante.

Le serveur FTP français de Debian est accessible ici. Le système est disponible pour un grand nombre d’architectures (y compris en 32 bits).

PC 64 bits (amd64)
ARM 64 bits (AArch64)
EABI ARM (armel)
ARM avec unité de calcul flottant (armhf)
PC 32 bits (i386)
MIPS (gros-boutiste)
MIPS (petit-boutiste)
MIPS 64 bits (petit-boutiste)
PowerPC 64 bits (petit-boutiste)
System z

Faut-il mettre à jour Debian en 10.8 ?

Tout dépend de l’état de votre distribution Debian 10.

La mise à jour Debian 10.8 ne constitue pas une nouvelle version de Debian 10 en soi, mais constitue plutôt une mise à niveau complète de certains des paquets qu’elle contient.

D’ailleurs, si vous installez fréquemment les mises à jour à partir de security.debian.org, la plupart des éléments mis à niveau le seront déjà. Il n’est donc pas nécessaire de télécharger et réinstaller Debian 10.

Quelle sera la prochaine version de Debian ?

La prochaine grande version de Debian sera Debian 11 BullsEye. C’est l’actuelle version de test de la distribution communautaire.

Quand sort Debian 11 ?

Debian 11 devrait sortir au printemps 2021. La date de sortie de la version finale n’est pas encore planifiée à l’heure où nous écrivons ces lignes (8 février 2021). Il est possible de suivre le développement depuis cette page.

Créée en juillet 2016, Debian 11 BulssEye devrait subir un « Soft freeze » ce vendredi 12 février. Le gel définitif du code « Hard freeze » est planifié le 12 mars 2021.

Lisez également « Quoi de neuf dans Debian 10.6 Buster ? »

Source toolinux.com