Archive pour la catégorie ‘Linux’

Quelle distribution Linux installer sur un ordinateur 32 bits ?

Mercredi 11 novembre 2020

Si certains systèmes Linux se concentrent désormais sur les architectures 64 bits, il reste possible de trouver des distributions Linux 32bits. Itsfoss en a déniché une dizaine pour vous. Voici la liste complète.

Dans un article publié le 5 novembre dernier, Itsfoss répond à un questionnement régulier : quelle distribution Linux pour un système 32 bits ?

Il faut dire que les principaux acteurs du domaine – Arch Linux, Ubuntu et Fedora – ont supprimé le support des anciennes architectures, mais toutes les distributions ne sont pas aussi radicales. Il reste possible d’utiliser Linux en 32 bits en 2020.

Distributions Linux 32 bits

Itfoss répertorie 11 distributions Linux 32 bits :

Debian
Slax
AntiX
openSUSE
Emmabuntüs (dont nous vous parlions ici)
NixOS
Gentoo Linux
Devuan
Void Linux
Q4OS
MX Linux
Mageia

Une présentation de chaque distribution Linux encore disponible en 32 bits est proposée, en anglais, dans cet article.

Source toolinux.com

Les emplois Linux et open source plus tendances que jamais

Mercredi 28 octobre 2020

Si vous cherchez à lancer votre carrière dans l’univers tech, il pourrait être intéressant de perfectionner vos compétences dans le domaine de Linux et des logiciels open source.

 

The Linux Foundation et edX, la principale entreprise de formation en ligne, ont publié ce 26 octobre le rapport 2020 sur les emplois de l’open source.

Une fois de plus, malgré la pandémie de Covid-19, la demande de compétences en matière de technologies open source est en augmentation. 37 % des responsables du recrutement disent qu’ils vont embaucher davantage de professionnels des technologies de l’information dans les six prochains mois.

L’open source est une priorité pour l’avenir

Plus précisément, 81 % des responsables du recrutement affirment que l’embauche de talents issus de l’open source est une priorité pour l’avenir. 56 % d’entre eux prévoient d’augmenter de recruter des professionnels de l’open source dans les six prochains mois.

Pourquoi ? La réponse à cette question est simple. Comme l’a révélé une récente enquête Red Hat, 86 % des responsables informatiques soulignent que les entreprises les plus innovantes utilisent des logiciels open source, citant comme raisons principales des solutions de meilleure qualité, un coût plus faible, une meilleure sécurité et des capacités natives cloud. Ainsi, même en ces temps difficiles, la demande de savoir-faire en matière de logiciels open source est plus forte que jamais.

A quel niveau ? 93 % des responsables du recrutement déclarent avoir du mal à trouver des employés qui connaissent les programmes open source. En effet, 63 % déclarent que leur organisation soutient ce type de projets avec du code ou d’autres ressources, juste pour pouvoir recruter des personnes ayant ces compétences logicielles. En 2018, seuls 48 % avaient cette démarche.

Le cas de SUSE

Il ne s’agit pas seulement d’entreprises qui sont nouvelles dans le domaine de l’open source et qui essaient de se présenter sous un jour favorable à des employés potentiels bien informés. SUSE, qui est l’un des principaux distributeurs de Linux depuis près de 30 ans, l’utilise. La directrice des ressources humaines de SUSE, Marie Louise van Deutekom, explique que « SUSE examine les contributions dans le cadre de notre stratégie de recrutement. C’est formidable de voir à quel point les gens contribuent réellement à ces communautés au fil du temps ».

Pourquoi ? « Parce que pour réussir dans une organisation open source », précise-t-elle, « il faut être fiable, digne de confiance et accessible. La crédibilité est extrêmement importante pour SUSE. Nous nous appuyons sur la transparence et utilisons cette stratégie lorsque nous travaillons avec nos clients et nos partenaires ».

De plus, poursuit-elle, « il est important de se considérer en apprentissage permanent, et de montrer sa volonté d’apprendre. L’une des conclusions du rapport de cette année est que 47 % des employeurs sont prêts à payer pour des certifications professionnelles, contre 33 % en 2016. Profitez de ces opportunités pour développer vos compétences et affiner votre expertise ».

L’importance du DevOps

Parmi les autres conclusions clés du rapport 2020 sur les emplois open source, on peut citer :

  • Le développement du DevOps : il s’agit des professionnels les plus recherchés, 65 % des entreprises cherchant à recruter davantage, contre 59 % en 2018.
  • Le nombre d’embauches est en baisse, mais elles ne sont pas gelées en raison de la Covid-19 : malgré la pandémie et le ralentissement économique, 37 % des responsables du recrutement prévoient d’embaucher davantage de professionnels de l’informatique prochainement.
  • La formation en ligne a gagné en popularité avec la pandémie : 80 % des employeurs indiquent qu’ils proposent aujourd’hui des formations en ligne pour permettre à leurs employés de maîtriser des logiciels open source, contre 66 % il y a deux ans.
  • Les certifications gagnent en importance : 52 % des recruteurs sont susceptibles d’embaucher une personne possédant une certification, contre 47 % il y a deux ans. Ils sont également prêts à payer pour des certifications. 74 % des employeurs proposent désormais de payer pour les certifications de leurs employés, contre 55 % en 2018, 47 % en 2017 et seulement 34 % en 2016.
  • Les technologies du cloud sont en vogue : en termes de domaines de connaissance, les recruteurs indiquent que la connaissance des technologies du cloud est parmi les principales compétences recherchées, 70 % d’entre eux étant susceptibles d’embaucher un professionnel possédant ces compétences, contre 66 % en 2018.

Le DevOps est devenu le premier critère de recherche : 65 % des entreprises cherchant à recruter des talents dans le domaine. La demande de développeurs passe donc au deuxième rang (59 %), pour la première fois dans l’histoire de ce rapport. Les ingénieurs restent en troisième position, avec 56 %, suivis par les architectes (41 %). Les administrateurs système ont connu une baisse massive, passant de 49 % en 2018 à 35 % aujourd’hui. Ce qui s’explique probablement par le fait que ces derniers sont passé de leur travail traditionnel, axé sur les serveurs, à un travail plus large, dans le spectre du DevOps.

Lorsqu’il s’agit de compétences spécifiques, les recrutent cherchent des candidats qui connaissent les technologies de l’informatique dématérialisée. 70 % d’entre eux sont susceptibles d’embaucher un professionnel possédant ces compétences, contre 66 % en 2018. Linux suit de près, avec 69 %. La sécurité est le troisième domaine de connaissance le plus recherché, par 48 % des recruteurs. Si vous maîtrisez ces trois domaines, vous pouvez rédiger votre propre descriptif de poste.

Plus de formation

« 2020 a été une année difficile pour tous, mais il est encourageant de voir que l’open source continue à offrir tant de possibilités », se réjouit Jim Zemlin, directeur exécutif de la Linux Foundation. « La Linux Foundation et nos membres continueront à travailler pour fournir des avancées technologiques qui profitent à tous, tout en s’efforçant de rendre plus accessibles les possibilités éducatives de l’open source. »

En effet, au cours de cette dernière année, la Linux Foundation a lancé nombre de nouvelles formations sur Linux et l’open source. Parmi elles figurent un Bootcamp pour les ingénieurs du cloud, une nouvelle certification informatique pour débutants et un Bootcamp avancé pour les ingénieurs du cloud. En 2020, la fondation a également accueilli le millionième étudiant dans sa formation gratuite d’introduction à Linux.

Le rapport se base sur des données provenant de plus de 175 responsables du recrutement de groupes, PME, administrations ou agences de recrutement du monde entier. Il s’appuie également sur les réponses de plus de 900 professionnels de l’open source.

Pour en savoir plus, le rapport complet est disponible ici en téléchargement.

Source : zdnet.com

Les cours d’introduction de la fondation Linux ont dépassé le million d’inscriptions

Vendredi 2 octobre 2020

La plateforme edX indique que le cours d’introduction à Linux, qui en est à sa sixième année, est un de ses dix cours les plus populaires.

La fondation Linux a annoncé que son cours sur edX d’introduction à Linux, qui en est à sa sixième année, a enregistré plus d’un million d’inscriptions.

Ce cours ne demande aucune connaissance ou expérience préalable, souligne la fondation, et il vise à donner aux étudiants une bonne connaissance pratique de Linux, en utilisant à la fois l’interface graphique et la ligne de commande, dans les principales familles de distribution Linux.

Des exemples d’étudiants devenus pros

L’introduction à Linux «a aidé d’innombrables personnes à lancer leur carrière informatique», affirme la fondation, qui cite deux exemples: Jules Bashizi Irenge «a terminé le cours, puis a suivi une formation intermédiaire Essentials of System Administration et a reçu une certification Linux Foundation Certified SysAdmin (LFCS). Il est maintenant un doctorant qui a contribué à plus de 200 correctifs au noyau Linux. Fabian Pichardo a également suivi le cours d’introduction avec Essentials of System Administration et LFCS, et il est maintenant employé à plein temps en tant que développeur de logiciels.»

Chez edX, le PDG Anant Agarwal salue la Linux Foundation comme «un partenaire incroyable» qui a apporté des dizaines de cours à la plateforme. L’introduction à Linux est un des dix cours les plus populaires d’edX.

La fondation propose une vingtaine de cours de formation gratuits sur des projets open source, notamment Linux, Kubernetes, Hyperledger, etc. en partenariat avec edX.

Source zdnet.fr

1Password débarque sous Linux : comment tester l’application

Jeudi 13 août 2020

Une application officielle de 1Password arrive sous Linux d’ici la fin de l’année. Cette première application native pour Linux entre en phase de tests.

Prévue en version finale avant la fin 2020, l’application Linux de 1Password est disponible depuis quelques jours. Tout n’est pas encore tout à fait stable et vous êtes encouragé à continuer d’utiliser l’extension pour le navigateur à ce stade, mais le projet avance rapidement et entre dans sa première phase de distribution publique.

Les développeurs précisent qu’ils ne s’agit pas d’un portage Electron pur, mais d’une application basée sur Rust. Elle introduit d’ailleurs le support du cryptage de bout-en-bout. 1Password version Linux s’intègre avec les principaux environnements de bureau et supporte le mode sombre GTK, le partage du presse-papier X11, ainsi que le déverouillage biométrique.

La présentation complète se trouve sur le forum de discussion de l’éditeur Agilebits.

Installer 1Password sous Linux

Si vous avez envie de tester 1Password sous Linux, vous pouvez télécharger et installer l’application depuis cette page.

1Password pour Linux est disponible :
Sur le Snap Store
Pour Debian et Ubuntu
Pour CentOS, Fedora et Red Hat
au format AppImage

Pour une version plus stable, vous pouvez également utiliser une extension pour votre navigateur web sous Linux.

Source toolinux.com

Quelle est la part de marché de Linux sur le bureau ? Et sur mobile ?

Jeudi 30 juillet 2020

Linux occupe aujourd’hui 2,18% du marché des systèmes d’exploitation de bureau, selon les chiffres de juin 2020. Android continue de dominer le mobile.

Les analyses sont tombées pour juin 2020. Nous savons, grâce à Net Marketshare, quels sont les systèmes d’exploitation les plus répandus, à la fois sur les ordinateurs, les mobiles et les tablettes.

Sur ordinateur

Windows continue de dominer le marché mondial avec 87,2% des ordinateurs de bureau ou portables. C’est un léger recul annuel : en 2019, le système d’exploitation de Microsoft était crédité de 88,45%.

Son plus proche concurrent s’appelle macOS et 9,42% de parts de marché. C’est mieux que les 8,98% de juin 2019.

Linux occupe la 3e place avec 2,18 %, légère progression par rapport à 2019 de 0,08%.

ChromeOS occupe aujourd’hui 0,42% du gâteau et BSD continue d’être utilisé par 0,01 % de la population (en usage « desktop »).

Quelles versions des OS ?

Windows 10 est le système d’exploitation le plus utilisé (54,76%) devant Windows 7 (27,41%). macOS 10.14 culmine à 3,58, soit 0,06% de plus que Windows 8. Le terme générique Linux (qui n’est pourtant pas une « version ») apparaît avec 1,2%, mais Ubuntu peut compter sur 0,9% de parts de marché.

Sur le mobile

Android est le premier système d’exploitation mobile sur mobile : il est crédité de 70,61% des terminaux en circulation, devant iOS à 28,79%. On trouve Linux à 0,04%, score identique à celui des Series 40 de Nokia.

Quant aux versions d’Android, elles avancent toujours en ordre très dispersé (et fragmenté). Android 9 domine : l’OS équipe 20,40% des terminaux, devant Android 8.1 à 10,75%. iOS 13.3 est juste derrière (9,42%).

Android 10, qui sera remplacé par Android 11 à l’automne, n’occupe à l’heure actuelle que… 7,04% des mobiles, c’est à peine 0,65% de plus qu’Android 8. Pour les iPhone plus anciens (ou non mis à jour), iOS 12.4 conserve 4,93 % du marché.

Sur tablette

Pour les tablettes, Android conserve la première place, mais avec un score moins élevé que sur smartphone : 53,33%. iOS et iPadOS cumulés ne sont pas bien loin (46,66%), preuve de la bonne santé de l’iPad sur le marché des tablettes. iPadOS est le nom donné à iOS pour l’iPad depuis le 24 septembre 2019.

En matière de fragmentation, les tablettes Android sont elles aussi clairement équipées de versions anciennes du système de Google (voire complètement dépassées) : ainsi, Android 4.4 occupe encore la première place avec 15,48%. Quant à Android 10, la version est créditée de 0,28% seulement, Android 9 réunissant 2,48% des tablettes Android actives dans le monde en juin 2020.

Source toolinux.com

Ubuntu 20.04, une interface macOS fait son apparition, détails

Lundi 29 juin 2020

Linux est un système d’exploitation capable d’offrir une alternative à Windows. Si la sécurité est souvent l’argument mis en avant une autre qualité est à souligner. Il offre en environnement hautement personnalisable.

C’est une vraie qualité car nous sommes nombreux à souhaiter apporter une touche personnelle au bureau. Le but est d’avoir un environnement à son image et répondant à ses besoins. Cela permet décroitre sa productivité et son efficacité lors de l’exploitation de sa machien. C’est aussi tout simplement « cool ».

Sur ce point Windows 10 s’accompagne de quelques options de personnalisation du bureau mais il y a de nombreuses limitations. Sous Linux c’est tout le contraire. En fait il n’y a pas vraiment de limite hormis votre imagination. Tout est quasiment possible.

La distribution Ubuntu 20.04 est disponible depuis peu. Un fan sur Reddit a décidé de retoucher l’interface afin de la faire ressembler à macOS. Cette transformation de Linux en l’un de ses rivaux peut-être mal perçue par les fans. Elle montre cependant les possibilités offertes en mettant en évidence à quel point tout est personnalisable.

L’auteur explique qu’il s’est appuyé sur de vraies icônes macOS et des versions « maison ». L’ensemble s’accompagne d’une série de modifications comme le remplacement de Nautilus par Nemo et l’installation de Plank pour alimenter le dock. Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici.

Source ginjfo.com

Sécurité de Linux : une enquête de la Linux Foundation

Lundi 22 juin 2020

Les logiciels open source et Linux sont à présent partout dans le monde IT. L’occasion pour Harvard et la Linux Foundation de lancer une grande enquête sur la sécurité des FOSS.

Pour David A. Wheeler, responsable de la sécurité de Linux Foundation, « nous devons aujourd’hui avoir une meilleure compréhension des enjeux pour rendre l’open source plus sécurisé encore ».

En 2020, vu la prolifération de Linux et des logiciels libres, l’Université de Harvard et la Fondation lancent une grande enquête auprès des DSI, des contributeurs et des développeurs. Objectif : identifier comment améliorer la sécurité et la pérennité de l’écosystème libre.

Le questionnaire a été élaboré et mis en place par la Core Infrastructure Initiative de la Linux Foundation, en collaboration avec le Laboratory for Innovation Science de Harvard. La participation se fait en anglais et prend entre 15 et 20 minutes. Vous avez jusqu’au début du mois d’août pour apporter votre son de cloche et vos impressions aux équipes en charge. En participant, vous aurez la possibilité de recevoir les conclusions de l’enquête lors de leur publication, avant l’automne.

Le questionnaire (en anglais).

Source toolinux.com

Noyau Linux 5.8, une « big » version selon Linus Torvalds

Vendredi 19 juin 2020

Le développement du noyau Linux 5.8 est en cours. A l’occasion de la sortie de la première « release candidate », Linus Torvalds annonce qu’il s’agit d’une importante version.

Ce nouveau noyau Linux est aux yeux de Linus Torvalds une importante version. Les premiers chiffres clés partagés confirment qu’il ne s’agit pas d’une évolution mineure. À ce stade, il y a plus de 14 000 fichiers modifiés, plus de 14 000 commits non unifiés et quelque 800 000 nouvelles lignes de codes. D’un certain point de vue ce noyau 5.8 rappelle la version4.9. A ce sujet Linus Torvalds explique

« A partir de cette RC1, nous sommes proche de la v4.9, qui a longtemps été notre plus grande version en nombre de commits. Oui, la 5,8-rc1 a un peu moins de commits mais à bien des égards c’est une version beaucoup plus complète. »

Noyau Linux 5.8, la RC1 débarque

Y a-t-il quelque chose de spécial dans cette version ? En fait pas vraiment. Bien que 5.8 se dessine progressivement comme une importante évolution il n’y a pas changement majeure en vue. Nous sommes surtout en présences d’une beaucoup de changements dont plusieurs concernant les pilotes.

Linus Torvalds souligne

“Dans 5.8, nous avons modifié environ 20 % de tous les fichiers du référentiel source du noyau. C’est vraiment un pourcentage important […]”

La première candidate (RC1 contraction de Release Candidate 1) est désormais disponible. D’avantages d’informations sont attendues dans les prochaines semaines en fonction de l’avancée du développement.

Source ginjfo.com

Pourquoi l’adoption de Linux explose en 2020 ?

Lundi 8 juin 2020

Linux est considéré comme une alternative à Windows. Cependant sa part de marché n’a jamais vraiment décollée sur le segment des ordinateurs de bureau. Depuis quelques mois la situation a changé. Sa cote de popularité de cesse d’augmenter, que se passe-t-il ?

La surprise est là et les chiffres confirment une tendance. Linux est de plus en plus populaire auprès du “Grand Public”. La situation peut surprendre car l’OS ne pas vraiment une image « gaming » et son approche peut paraitre différente de celle de Windows. Pourtant les dernières statistiques montrent que son adoption s’améliore à un rythme rapide.

Linux progresse et Windows recule sur le marché des ordinateurs de bureau !

Ce système d’exploitation est encore loin de dépasser Windows mais sa progression se poursuit. Il est possible que dans avenir plus ou moins lointain le choix d’un système d’exploitation ne se résume plus à deux noms « Microsoft » et « Apple ». Le mois de mai a permis de franchir une nouvelle étape avec une part de marché à 3.17%. Windows se situe à 86.69% et macOS à 9.68%.Une analyse de ces chiffres montre que la croissance de Linux est assurée par une distribution, Ubuntu. En mai 2020, Elle représente 64,98 % de toutes les installations Linux.

Alors, que ce passe-t-il au sujet de Linux ? Pourquoi devient-il de plus en plus populaire sur le marché des ordinateurs de bureau ?

Linux, pourquoi sa présence est en progression ?

Il y a essentiellement trois raisons à cela dont deux sont des conséquences des choix de Microsoft.

Tout d’abord, le géant a mis fin à l’existence de Windows 7. Malgré des dizaines de millions pour ne pas dire des centaines de millions d’ordinateurs sous cet environnement, il a été abandonné. En clair cet OS n’est plus concerné par la grande maintenance mensuelle de Redmond nommée Patch Tuesday. La situation est donc problématique car Windows 7 n’a pas de souci particulier. Il est capable de répondre parfaitement à la majorité des usages. Le passage à Windows 10 est ainsi mal perçu et pas vraiment justifiable surtout que la procédure n’est pas gratuite. Il n’est donc pas étonnant que beaucoup cherchent à prendre un certain recul face à Microsoft.

A cela s’ajoute la vision proposée par Windows 10. Le système d’exploitation souffre d’une maintenance problématique, d’une télémétrie intrusive et de publicité proposée au travers de son interface. Certains utilisateurs « Windows 7 » souhaitent donc conserver l’expérience de bureau traditionnelle ce qui Linux peut proposer.

Enfin le troisième point est a chargé du coté de Linux lui-même. Cet environnement a profité ces dernières années d’une communauté incroyable redoublant d’efforts et d’idée pour le rend plus convivial. C’est là un defit afin de conquérir le cœur des utilisateurs « Windows ». Pour de nombreuses distributions le plus grand défi et de proposer une environnement pour se sentir à la maison (Windows)

A ce sujet, il existe de nouvelles distributions Linux spécifiquement développées pour proposer un environnement connu et maitrisé aux utilisateurs de Windows.

Il n’est pas impossible que Linux poursuive sa croissance au point de se rappocher de macOS d’Apple.

Source ginjfo.com

 

Fedora Linux 32 : disponibilité, nouveautés, téléchargement

Samedi 9 mai 2020

Prête à équiper de nouveaux ordinateurs portables Lenovo (mais pas que), la nouvelle mouture de la distribution communautaire de Red Hat est déconfinée. Fedora 32 vient d’être publiée et elle est disponible gratuitement en ligne.

’annonce a été officialisée fin avril. Fedora 32 est à présent disponible et la communauté francophone s’est activéepour en livrer tous les secrets en français.

Qu’est-ce que Fedora ?

Fedora est une distribution Linux communautaire développée par le projet Fedora et sponsorisée par RedHat (IBM), qui lui fournit des développeurs ainsi que des moyens financiers et logistiques. Fedora peut se voir comme une sorte de vitrine technologique pour le monde du logiciel libre, c’est pourquoi elle est prompte à inclure des nouveautés.

Fedora 32 : quoi de neuf ?

Comme on peut le lire dans l’annonce officielle de l’association Fedora francophone, la version 32 de Fedora s’articule, entre autres, autour des éléments suivants :

Noyau Linux 5.6 ;
Passage à GNOME 3.36 Gresik, sorti en mars dernier ;
Plusieurs polices bitmaps sont converties en OpenType ;
Le service fstrim.timer est activé par défaut ;
Le gestionnaire de base de données MariaDB est mis à jour vers la version 10.4 ;
La suite de compilateurs GCC 10 est proposée ;

Les notes de sortie complètes et officielles sont disponibles en anglais sur cette page.

Trois versions disponibles

Comme toujours, trois éditions de Fedora sont disponibles pour trois types d’utilisation différents :

Fedora Workstation 32 pour le bureau (desktop), articulée autour de GNOME 3.36 ;
Fedora Server 32 pour les administrateurs système ;
Fedora CoreOS 32 est un système minimaliste destiné à une utilisation en conteneur.

Pour télécharger Fedora 32, rendez-vous sur le site web suivant : getfedora.org.

Source toolinux.com