Archive pour la catégorie ‘Mozilla’

Mozilla VPN : Vers un lancement en Allemagne et en France au premier trimestre 2021

Vendredi 5 février 2021

Mozilla VPN est actuellement disponible uniquement aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Nouvelle-Zélande, à Singapour et en Malaisie.

Mozilla devrait étendre son offre de réseau privé virtuel (VPN) en Allemagne et en France d’ici la fin du premier trimestre 2021, marquant ainsi le lancement du service au sein de l’UE.

Cette décision intervient alors que l’éditeur du navigateur a officiellement lancé le service Mozilla VPN l’été dernier aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Nouvelle-Zélande, à Singapour et en Malaisie.

Construit autour du protocole WireGuard

Le service Mozilla VPN, initialement lancé sous la forme d’une extension Firefox nommée Firefox Private Network, a été développé en client VPN complet, disponible pour les appareils Windows 10, macOS, Linux, Android et iOS.

Le service, construit autour du protocole WireGuard, utilise des serveurs fournis par Mullvad et est actuellement tarifé à 5 dollars par mois.

Selon Mozilla, le service VPN fonctionne actuellement sur plus de 280 serveurs, dans plus de 30 pays à travers le monde, avec des politiques de « no log » (pas de journalisation) et de « no bandwith restriction » (pas de restriction de bande passante).

Liste d’attente

Depuis son annonce en 2019 et après son lancement officiel en 2020, Mozilla VPN est l’une des offres VPN les plus attendues sur le marché, principalement en raison de la réputation de Mozilla en matière de respect de la vie privée.

L’éditeur du navigateur gère actuellement une liste d’attente où les utilisateurs peuvent s’inscrire et être informés du lancement du service VPN dans leur pays.

Le service VPN est également le premier produit entièrement commercial de Mozilla, lancé dans le cadre d’une nouvelle stratégie commerciale adoptée l’année dernière par l’éditeur de navigateurs. En août 2020, Mozilla a licencié plus de 250 employés et a pris ses distances sur plusieurs produits open source qui ne généraient pas de revenus, pour se concentrer sur le développement de ses propres sources de revenus. L’objectif est de disposer d’une alternative à son contrat de recherche Google qui a représenté la majeure partie du budget de l’organisation au cours de la décennie précédente.

Source : zdnet.com

Vos cadeaux de Noël vous espionnent-ils ? Vérifiez-le en ligne !

Lundi 28 décembre 2020

Vous avez peut-être reçu un objet connecté pour Noël, mais savez-vous ce que font ces appareils de vos données personnelles ? Mozilla publie une nouvelle édition de son guide annuel pour vous aider à y voir plus clair.

Enceintes connectées, lampes, thermostats, caméras, console de jeux, casques d’écoute, bracelets, montres : les objets connectés sont désormais partout dans notre quotidien.

Pas toujours simple d’y voir clair en matière de protection de la vie privée. Quelles sont les données collectées ? Sont-elles analysées ou vendues à des fins publicitaires ? Le micro est-il constamment allumé ? Pour le savoir, Mozilla publie une nouvelle édition de son guide Privacy Not Included, répertoriant un très grand nombre d’objets connectés sortis ces dernières années.

Voici quelques exemples d’appareils particulièrement… préoccupants :

Mozilla – privacy not included : site web en anglais.

Source toolinux.com

 

Firefox 84 : Mozilla apporte un support natif aux nouveaux Macbook d’Apple

Vendredi 18 décembre 2020

Mozilla vient de livrer une mise à jour de la dernière version de son navigateur Firefox. Celle-ci est destinée à apporter un support natif pour les nouveaux Macbook d’Apple équipés de puces M1.

Mozilla vient de publier Firefox 84, sa dernière mise à jour pour 2020, destinée à apporter un support natif pour les nouveaux Macbook équipé des nouvelles puces M1 d’Apple. Mozilla affirme que Firefox 84 apporte des « améliorations spectaculaires des performances », par rapport à la version non native livrée avec Firefox 83 dès novembre, une semaine après la sortie des premiers Mac M1.

Les résultats sont là : les tests de Mozilla utilisant SpeedoMeter 2.0 suggèrent que Firefox se lance maintenant plus de 2,5 fois plus vite, et que les applications web sont plus réactives.

Les utilisateurs de nouveaux Mac M1 doivent quitter complètement et redémarrer Firefox après la mise à niveau vers Firefox 84 pour faire fonctionner le navigateur sur la nouvelle architecture. Tout comme la prise en charge de Firefox pour les appareils M1 – la première série de SoC en silicium d’Apple – Firefox 84 devient la dernière version du navigateur à prendre en charge Adobe Flash. Tous deux rappellent l’influence que le cofondateur d’Apple, Steve Jobs, a exercé et continue d’exercer sur les logiciels et le matériel, neuf ans après sa mort.

Pour rappel, Steve Jobs avait abandonné Flash en 2010, alors que celui-ci était un logiciel Adobe à succès mais restait un produit « fermé créé à l’ère des PC – pour les PC et les souris » et qui ne convenait pas à l’iPad, alors flambant neuf, ni à aucun de ses anciens iPhone. Le célèbre dirigeant d’Apple avait alors déclaré que l’avenir du web passerait par le HTML5, le JavaScript et le CSS.

Source : zdnet.com

La santé balbutiante de la fondation Mozilla menace Firefox

Dimanche 13 décembre 2020

La mauvaise santé de la fondation Mozilla continue à menacer l’avenir du navigateur Firefox, lui-même en perte de vitesse. Une vraie menace pour ses utilisateurs.

Les nuages s’amoncellent au-dessus de la fondation Mozilla. Si son navigateur Firefox continue à être plébiscité par nombre d’utilisateurs, la fondation traverse aujourd’hui de graves turbulences. Et pas seulement d’ordre financier.

Dans son rapport annuel 2019, Mozilla parle beaucoup d’un « internet sain pour tous ». Mais cette bonne volonté affichée inclut-elle ses propres programmateurs ? Rappelons que Mozilla et Firefox produisaient encore jusqu’à il y a peu des travaux importants, comme les langages JavaScript, Rust et WebAssembly. Ils étaient également les champions de la sécurité et de la protection de la vie privée. Des projets comme DNS-over-HTTPS (DoH) et les améliorations générales de la sécurité s’annonçaient très intéressants. Jusqu’en 2020, année durant laquelle Mozilla a licencié de nombreux développeurs.

Pour commencer, la fondation a licencié certains de ses collaborateurs les plus expérimentés. Il s’agissait de développeurs de haut niveau, comme Liz Henry, alors responsable des versions de Firefox, et aujourd’hui responsable des versions de Twitch, la plateforme de streaming vidéoludique. Puis, en août, Mozilla a licencié près d’un quart de son personnel. L’équipe en charge de Rust a été particulièrement touchée. Mitchell Baker, PDG de Mozilla Corporation et président de la Fondation Mozilla, a attribué cette dernière vague à la pandémie de coronavirus.

Bâtir un nouveau modèle

Le dirigeant indiquait alors que « l’ancien modèle où tout était gratuit a des conséquences, ce qui signifie que nous devons explorer une série d’opportunités commerciales différentes et d’autres échanges de valeurs ».

Cependant, quelques jours seulement après les licenciements, Mozilla et Google ont prolongé de trois ans leur accord de recherche actuel. Ce nouvel accord garantira que Google reste le fournisseur de moteur de recherche par défaut dans le navigateur Firefox jusqu’en 2023, pour un montant estimé entre 400 et 450 millions de dollars par an.

Résultat : les revenus de Mozilla en 2019 ont été de 826,6 millions de dollars, soit une augmentation de 84 % d’une année sur l’autre, et sa meilleure année à ce jour. Pourtant, si l’on se penche de plus près sur l’exercice 2019 de la fondation, on remarque tout de même que Mozilla a comptabilisé 338 millions de dollars dans la rubrique « Autres revenus ». Cet argent provient de Verizon, dans le cadre d’un règlement judiciaire où Mozilla a choisi de se retirer de son contrat avec Yahoo après son acquisition par Verizon.

Une santé financière balbutiante

Si l’on laisse de côté les fruits de ce litige, la quasi-totalité des revenus de Mozilla, soit 92 %, provenait de son contrat de publicité avec Google de 2017. Si cela constitue une grosse somme, la vérité est que, sans elle, Mozilla est en fait en train de perdre de l’argent. La fondation a en effet perdu beaucoup plus qu’elle n’a gagné en 2018. En 2019, les dépenses de Mozilla se sont élevées à 495,3 millions de dollars, soit près de 5 millions de dollars de plus que ses revenus.

Le développement de logiciels, 304 millions de dollars, a constitué la majeure partie, 61 % des dépenses de Mozilla. Avec ses deux séries de coupes, le développement de logiciels pourrait ne plus représenter autant de dépenses en 2020. Mozilla n’a pas vu la nécessité de mentionner ces réductions dans son rapport financier et les documents associés.

Il est également intéressant de noter que dans le rapport 2019 de la Fondation Mozilla (formulaire 990), la Fondation Mozilla à but non lucratif – et non la société commerciale Mozilla Corp – a déclaré 28,4 millions de dollars de revenus et 21,9 millions de dollars de dépenses, ce qui signifie que la Fondation elle-même était dans le rouge. Une première explication pourrait passer par le traitement des salaires et autres rémunérations des employés, qui représentaient 9,4 millions de dollars de dépenses en 2019.

De mauvais chiffres

Mais dans d’autres domaines, Mozilla continue de réduire ses coûts. La fondation quittera ses bureaux de Mountain View lorsque son bail prendra fin en janvier. Le plus gros problème, que Mozilla n’a pas abordé dans son rapport annuel, n’est pas la réduction de ses effectifs, mais la baisse constante de sa part de marché des navigateurs web.

La part de marché de Firefox diminue depuis des années. En juillet 2012, Firefox avait commencé à reculer de son record historique de 23,75 %. En mars 2020, selon le programme d’analyse numérique (DAP) du gouvernement fédéral américain, qui nous donne un décompte des 90 derniers jours de visites sur les sites web du gouvernement américain, la part de marché de Firefox était tombée à seulement 3,6 %. Le 9 décembre 2020, quelques mois plus tard, la part de Firefox n’était plus que de 3,4 %.

Si cela ne suffisait pas, les chiffres du navigateur sur mobile n’ont jamais été aussi mauvais. Résultat : les seules coupes dans les infrastructures et ses meilleurs développeurs ne sauveront pas Mozilla. Et, avec la part de marché toujours décroissante de Firefox, elle ne pourra pas compter sur de futurs contrats publicitaires annuels de cent millions de dollars pour la sauver. Pour que Mozilla continue à compter, il lui faut une nouvelle gestion et un nouveau plan stratégique.

Source :zdnet.com

Extensions pour Firefox : des badges Par Firefox et Vérifié (… pour faire payer les développeurs)

Dimanche 18 octobre 2020

Mozilla ajoute de nouveaux badges pour les extensions de son navigateur Firefox. Des développeurs pourront payer pour l’évaluation de leurs extensions et leur promotion.

Avec les extensions – ou modules complémentaires – pour le navigateur Firefox, il existe un badge Recommandé qui signifie une conformité à des normes plus élevées de Mozilla en matière de sécurité et de performances.

Deux nouveaux badges ont été annoncés avec le portail officiel des modules pour Firefox, ainsi que dans le gestionnaire des modules complémentaires dans le navigateur lui-même. Un badge porte la mention Par Firefox (By Firefox) afin d’indiquer que le module complémentaire en question a été développé par Mozilla. Un autre badge porte la mention Vérifié.

Pour le moment, ce badge Vérifié entre dans le cadre d’un programme pilote débuté en septembre et jusqu’à la fin du mois de novembre. Au final, ce sera un programme payant pour les développeurs d’extensions.

Firefox-addons

» Les extensions vérifiées sont développées par des tiers et sont évaluées pour la sécurité et la conformité aux politiques. Les développeurs d’extensions vérifiées paient des frais pour faire évaluer leur code « , écrit Mozilla.

De telles extensions vérifiées pourront également faire l’objet d’une promotion sur la page d’accueil du portail de Mozilla pour les modules complémentaires et ailleurs.

Lors de l’introduction du programme Promoted Add-ons Pilot, Mozilla a justifié un objectif d’augmenter le nombre d’extensions qui peuvent être évaluées et vérifiées pour la conformité à ses politiques, et pour offrir aux développeurs des options visant à améliorer la découverte de leurs extensions.

Source generation-nt.com

Mozilla licencie 250 employés

Jeudi 13 août 2020

« Notre plan pré-COVID n’est plus réalisable » a expliqué la PDG Mitchell Baker. La Mozilla Corporation entend se recentrer sur ses produits commerciaux.

La Mozilla Corporation a annoncé aujourd’hui qu’elle licenciait environ 250 membres de son personnel afin de consolider l’avenir financier de l’organisation.

Les licenciements ont été annoncés publiquement dans un article de blog aujourd’hui. Les employés ont été informés quelques heures auparavant par un email [PDF] envoyé par Mitchell Baker, PDG de Mozilla Corporation et présidente de la Fondation Mozilla.

Le message de M. Baker mentionnait la nécessité pour l’organisation d’adapter ses finances à un monde post-COVID-19 et de recentrer l’organisation sur de nouveaux services commerciaux.

Baker a déclaré qu’après le début de la pandémie COVID-19, Mozilla a tenté de minimiser l’impact financier de la crise via « des mesures d’économie immédiates telles que l’interruption de nos embauche, la réduction de notre allocation de bien-être et l’annulation de nos réunions ».

Cependant, Baker a déclaré que le « plan pré-Covid » de Mozilla n’etait plus réalisable.

« Nous avons parlé de la nécessité d’un changement – y compris de la probabilité de licenciements – depuis le printemps. Aujourd’hui, ces changements deviennent une realité », a déclaré le PDG de Mozilla.

« Nous réduisons la taille de la main-d’œuvre de MoCo (Mozilla Corporation, organisation differente de la Fondation Mozilla, ndlr) d’environ 250 postes,ce qui comprend la fermeture de nos opérations actuelles à Taipei, Taiwan. Une soixantaine de personnes supplémentaires changeront d’équipe. Les personnes concernées par cette réduction sont à la fois de véritables Mozilliens et des professionnels hautement qualifiés, compétents et engagés. Cette action n’est en aucun cas une réflexion sur les qualités personnelles ou professionnelles « .

M. Baker a déclaré que les 250 employés et plus qui ont été licenciés aujourd’hui recevront une indemnité de départ pour le reste de l’année, ainsi que des primes pour le premier semestre 2020.

L’entreprise prévoit également de publier un « annuaire des talents » où elle compte faire connaître les compétences et l’expérience des membres du personnel qu’elle licencie aujourd’hui (si les employés acceptent que leur nom y figure).

À l’avenir, M. Baker a déclaré que Mozilla allait également repenser son modèle commercial de base et se concentrer davantage sur des produits financièrement viables.

« Reconnaître que l’ancien modèle où tout était gratuit a des conséquences, signifie que nous devons explorer une série d’opportunités commerciales différentes et d’autres échanges de valeurs », a déclaré M. Baker.

« Nous devons apprendre et développer de nouvelles façons de nous soutenir et de construire une entreprise qui n’est pas ce que nous voyons aujourd’hui. »

Cela inclut très probablement une plus grande attention à l’offre VPN de Mozilla, que Mozilla a officiellement lancée le mois dernier. Les applications de réseau privé virtuel (VPN) sont aujourd’hui l’une des plus grandes sources de revenus dans le domaine de la technologie, et Mozilla, malgré son arrivée tardive sur le marché, est en passe de devenir l’un des plus grands acteurs du marché, principalement en raison de sa réputation d’organisation privilégiant le respect de la vie privée et de défenseur des droits civils.

En outre, le contrat de Mozilla avec Google pour inclure Google comme fournisseur de recherche par défaut dans Firefox doit expirer plus tard cette année. Celui ci n’ayant pas été renouvelé, cela devrait paralyser le futur budget de l’organisation en 2021

Source : zdnet.com

Le VPN de Mozilla vient de sortir : est-il disponible pour vous ?

Jeudi 23 juillet 2020

En test aux Etats-Unis depuis plusieurs mois, le VPN de Mozilla est arrivé. La version finalisée est disponible dans quelques pays, dont le Royaume-Uni. Le service est payant.

Sortie de Mozilla VPN : où et quand ?

La sortie de Mozilla VPN est officielle depuis le 15 juillet aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, à Singapour, en Malaisie et en Nouvelle-Zélande. L’expansion internationale se poursuivra cet automne (en Europe notamment).

Il est possible de s’inscrire sur la liste d’attente.

Combien coûte Mozilla VPN ?

Le prix de Mozilla VPN est de 4,99$ par mois (environ 4,5€ par mois). Cette offre comprend un accès à des serveurs dans plus de 30 pays, pour 5 terminaux maximum. Le trafic semble illimité.

Mozilla VPN, c’est quoi ?

L’objectif poursuivi par Mozilla dans cette aventure est la sécurisation des connexions à internet, mais aussi le respect de la vie privée des utilisateurs, loin d’être garanti par de très nombreux prestataires de VPN, parfois gratuits.

Disponibilité : et Linux ?

Pour l’heure, seuls les systèmes Windows 10, Android et iOS sont concernés, mais macOS et Linux sont également prévus dans les mois à venir. Une extension Firefox est proposée en bêta test, également. Sur la page d’inscription sur la liste d’attente, on voit également la présence de ChromeOS.

Capture d’écran

Voici une capture d’écran de Mozilla VPN pour Android :

Mozilla VPN

Source toolinux.com

Mozilla se débarrassera définitivement de Flash dans Firefox 84

Mardi 19 mai 2020

Cette fois, c’est la bonne. Flash, la technologie d’Adobe, réputée pour être une vraie passoire en termes de sécurité, tirera définitivement sa révérence en fin d’année 2020.

Et Mozilla d’annoncer que Firefox 84, l’une des prochaines versions majeures de son navigateur Web, ne prendra plus en charge le format Flash qui, de toute façon, est déjà désactivé par défaut sur les versions actuelles.

Firefox 84 tire un trait sur Flash

Prévu pour le mois de décembre 2020, Firefox 84 ne permettra plus, d’aucune façon, de lire du contenu Flash.

Une décision qui était attendue, étant donnée l’intention d’Adobe d’abandonner purement et simplement sa technologie à l’horizon 2021.

En lieu et place, Adobe et Mozilla encouragent ainsi les administrateurs du Web à transiter rapidement vers du HTML5 ou tout autre langage leur permettant d’animer leurs pages Internet sans pour autant compromettre la sécurité des utilisateurs.

Pourquoi tant de haine pour Flash ?

Conçu en 1996, Flash était alors un format révolutionnaire. Pensez donc : il permettait d’animer des pages Web afin de les sortir — enfin ! — de leur immobilisme glacial.

Si toutes les tentatives d’animations ne se sont pas souvent traduites par de grandes réussites esthétiques, Flash est surtout un programme capricieux, qui demande à l’utilisateur de le télécharger et le maintenir à jour pour pouvoir lire le contenu inclus sur les sites Web.

En 2010, Apple met au jour un certain nombre de problèmes liés à l’utilisation de Flash. Outre des failles de sécurité qui commencent à inquiéter, la technologie a aussi tendance à drainer énormément d’énergie, et à consommer beaucoup de mémoire vive. Résultat : Flash n’a plus droit de cité sur aucun appareil Apple. Radical.

Citons également d’énormes problématiques en termes de sécurité et de confidentialité des données (Flash peut exécuter du code malveillant, activer le microphone et la webcam sans le consentement de l’utilisateur, etc.).

Aussi l’industrie commença doucement sa transition vers le HTML5, un langage qui permet peu ou prou les mêmes choses, sans poser les problèmes précités.

Bref : une page du Web qui se tourne, à n’en pas douter. Mais il est permis de douter que Flash manque à qui que ce soit.

Source clubic.com

Mozilla transparent sur la télémétrie

Jeudi 6 février 2020

Les utilisateurs de Firefox peuvent maintenant consulter toutes les données de télémétrie que le navigateur collecte lors de leur navigation.

Il existe désormais une page spéciale dans le navigateur Firefox où les utilisateurs peuvent voir quelles données de télémétrie Mozilla collecte à partir de leur navigateur. Accessible en tapant « about:telemetry » dans la barre d’adresse URL du navigateur, cette nouvelle section a été récemment ajoutée à Firefox.

La page présente des informations très techniques sur les paramètres du navigateur, les modules complémentaires installés, les informations sur le système d’exploitation et le matériel, les détails de la session du navigateur et les processus en cours d’exécution. Il s’agit des informations normales qu’un éditeur de logiciels collecte pour corriger les bugs et suivre les statistiques de sa base d’utilisateurs.

D’après un ingénieur de Firefox interrogé par ZDNet, la page a d’abord été créée pour des raisons internes, afin d’aider les ingénieurs à déboguer les installations de test de Firefox. Finalement, pour des raisons d’image, Mozilla a décidé de la rendre publique, afin de rassurer les utilisateurs sur le type de données que le navigateur collecte.

Un navigateur proche de ses utilisateurs

Cette décision fait écho aux décisions de Mozilla des deux dernières années. La marque a en effet décidé d’augmenter les contrôles de confidentialité de son navigateur, tout en s’ouvrant sur ses pratiques, contrastant fortement avec les pratiques des autres navigateurs.

Bien que Mozilla ait fait des faux pas – le plus notable étant l’incident de l’extension « Mr.Robot » – l’organisation a montré une grande ouverture dans ses relations avec ses utilisateurs. Avant même d’ajouter cette section à Firefox, l’organisation répertoriait déjà sur son site web tous les types de données télémétriques qu’elle recueillait auprès des utilisateurs, et les raisons pour lesquelles elle le faisait.

Mais outre le débogage et la mise en place de nouvelles versions, ces données télémétriques sont également à l’origine du Firefox Public Data Report, un portail web présentant des statistiques d’utilisation de Firefox mises à jour chaque semaine. Si malgré tout vous n’êtes pas à l’aise avec le fait de partager les données les plus élémentaires de votre navigateur, alors vous pouvez désactiver la fonction de télémétrie en allant dans Paramètres > Vie privée et sécurité > Collecte de données par Firefox et utilisation, et en décochant toutes les cases.

Source : zdnet.com

Mozilla:Thunderbird bientôt monétisé, une nouvelle filiale créée.

Samedi 1 février 2020

Le développement du client de messagerie Thunderbird sera transféré à une nouvelle filiale de Mozilla nommée MZLA Technologies Corporation.

La fondation Mozilla a annoncé mercredi qu’elle transférait le client de messagerie Thunderbird à une nouvelle filiale nommée MZLA Technologies Corporation.

Mozilla a déclaré que Thunderbird continuera à rester gratuit et open source, mais qu’en transférant le projet de sa fondation vers une société, ils pourront monétiser le produit et payer pour son développement plus facilement qu’auparavant.

Actuellement, Thunderbird est principalement maintenu en vie grâce à des dons caritatifs provenant de la base d’utilisateurs du produit.

« Le passage à MZLA Technologies Corporation permettra non seulement au projet Thunderbird de gagner en flexibilité et en agilité, mais nous permettra également d’exploiter la possibilité d’offrir à nos utilisateurs des produits et services qui n’étaient pas possibles sous la fondation Mozilla », a déclaré Philipp Kewisch, chef de produit Mozilla.

« Ce changement permettra au projet de collecter des revenus par le biais de partenariats et de dons non caritatifs, qui pourront à leur tour être utilisés pour couvrir les coûts de nouveaux produits et services », ajoute-t-il.

Le navigateur Firefox, principal produit de Mozilla, est également géré de manière similaire, par l’intermédiaire d’une société appelée Mozilla Corporation, une filiale de la fondation Mozilla.

Sauvé in extremis

Le nouveau statut de Thunderbird est radicalement différent. Le client de messagerie avait bien failli mourir en 2012. A l’époque, Mozilla avait annoncé qu’en raison d’un manque de financement, il arrêtait le développement des nouvelles fonctionnalités de Thunderbird, s’engageant à ne fournir que les mises à jour de sécurité à l’avenir.

Les choses s’étaient empirées en décembre 2015 quand la fondation Mozilla avait annoncé qu’elle prévoyait à l’époque de confier le projet à une nouvelle entité. En 2016, Mozilla avait même effectué un audit des nouveaux foyers possibles pour Thunderbird, identifiant la Software Freedom Conservancy (gestionnaire de Git, BusyBox, Samba et Wine) et la Document Foundation (gestionnaire de la suite bureautique LibreOffice) comme points d’atterrissage possibles.

Cependant, le destin de leur client de messagerie préféré a rallié la communauté Thunderbird. Les dons ont inondé Mozilla tout au long de 2016 et 2017, et la fondation a changé d’avis en mai 2017, en se réengageant dans le projet après avoir vu la volonté de la communauté d’apporter un soutien financier au projet.

« En fin de compte, ce déménagement vers MZLA Technologies Corporation permet au projet Thunderbird d’embaucher plus facilement, d’agir plus rapidement et de poursuivre des idées qui n’étaient pas possibles auparavant », a déclaré Philipp Kewisch à propos de la nouvelle entité corporative de Thunderbird.

Le projet a repris son développement actif en 2017, et a reçu de nombreuses nouvelles fonctionnalités, y compris le passage à une nouvelle base de code. La version actuelle de Thunderbird et la v68. Il a également annoncé récemment l’ajout d’une prise en charge intégrée des courriers électroniques cryptés.

Source : ZDNet.com