Archive pour 3 février 2021

Ubuntu Core 20 disponible pour l’internet des objets (IoT)

Mercredi 3 février 2021

Canonical vient de publier Ubuntu Core 20, une version minimaliste et conteneurisée du système d’exploitation Ubuntu, destinée au secteur de l’embarqué et de l’IoT.

On le sait depuis 2016. Ubuntu Core 20 vient de sortir, deux ans après la version 18. Il s’agit d’une version conteneurisée minimale de la distribution Ubuntu 20.04 LTS (Focal Fossa).

Il s’agit également d’une version bénéficiant d’un support de très long terme, puisque les maintenances et correctifs seront garantis, sauf surprise, durant 10 ans. Traduction : Ubuntu Core 18 sera encore maintenue durant 8 ans !

Aujourd’hui, des dizaines de milliers d’appareils connectés utilisent déjà Ubuntu Core par des marques comme Bosch, DELL, ABB, Plus One Robotics et Jabil.

Ubuntu Core 20 : quoi de neuf ?

Ubuntu Core 20 ajoute la prise en charge des architectures récentes ARMv7 et ARMv8, notamment à destination du Raspberry Pi. La version 20 assure également la prise en charge expérimentale de MAAS 2 de Canonical.

Tous les détails techniques et pratiques se trouvent sur le blog de Canonical.

Lisez également

Voici à quoi va ressembler l’installation d’Ubuntu en 2022
Ubuntu 20.10 pour Raspberry Pi en mode micro-cloud : explications

Source toolinux.com

LibreOffice 7.1 : quoi de neuf dans la nouvelle version de la suite bureautique libre ?

Mercredi 3 février 2021

Ce mercredi, une nouvelle étape importante sera franchie dans le développement de LibreOffice pour Linux, macOS et Windows. La version 7.1 sort ce 3 février 2021 et voici les principales nouveautés.

LibreOffice 7.1 : les nouveautés

La nouvelle version de LibreOffice offre de nouvelles fonctionnalités à peu près partout dans les applications qui constituent la suite bureautique open source. Les performances globales devraient être nettement meilleures après la mise à jour, peut-on lire dans les notes de sortie.

Writer

Les nouveautés du traitement de texte :

Writer gère désormais l’ancrage des formes par rapport au bas du cadre du contenu de la page
L’ancre par défaut pour les images nouvellement ajoutées peut être définie
Writer gère désormais les modèles indépendamment de la « locale »

Calc

Le tableur apporte lui les améliorations générales suivantes :

Ajout d’une option permettant de désactiver le collage avec la touche Entrée
Possibilité de sélectionner des éléments dans la fenêtre de d’Auto-filtre en cliquant sur toutes les lignes de l’élément, pas seulement sur la case à cocher
Correction d’un problème dans la zone de saisie de formule lorsque Calc ne parvient pas à définir la référence de la formule si vous avez activé le gel des lignes/colonnes dans une feuille.

Math

Math gère désormais complètement les couleurs HTML. Certaines d’entre elles ont été ajoutées à l’interface utilisateur dans la section Attributs du panneau Élément.

Filtres Microsoft Office

C’est un objet d’attention constant. La version 7.1 de LibreOffice apporte des améliorations du filtre d’import/export DOCX, XLSX et PPTX, ainsi qu’une gestion des résultats de champs mis en cache dans Writer. On notera
plusieurs améliorations SmartArt lors de l’import d’un PPTX.

Quelle version de LibreOffice choisir ?

Pour les utilisateurs qui préfèrent une version qui a subi plus de tests et de corrections de bogues par rapport aux nouvelles fonctionnalités, The Document Foundation maintient la famille LibreOffice 6.4, qui comprend quelques mois de correctifs rétroportés. La version la plus récente, à l’heure où nous écrivons ces lignes, reste LibreOffice 6.4.7, sortie fin octobre.

Si vous privilégiez les nouvelles fonctionnalités et pouvez excuser quelques bogues, vous pouvez opter pour LibreOffice 7.1.

Télécharger LibreOffice 7

Si vous souhaitez télécharger la suite LibreOffice 7.1, rendez-vous sur le site officiel, à la rubrique Téléchargement. La suite bureautique est disponible pour Windows (32 et 64 bits), Linux (32 et 64 bits) et macOS X (64 bits).

Captures d’écran de LibreOffice 7.1

Lire aussi : « OpenOffice existe toujours et… prépare une nouvelle version »

Source toolinux.com

Linus Torvalds débranche Itanium du kernel Linux

Mercredi 3 février 2021

Face à l’abandon de la plateforme Itanium par HPE et Intel, Linus Torvalds a décidé de mettre fin à son support dans le kernel Linux.

L’affaire des puces Itanium va connaître un énième soubresaut et c’est du côté du noyau Linux que cela se passe. Linus Torvalds a indiqué dans un message, « HPE n’accepte plus de commandes pour du nouveau matériel Itanium et Intel a cessé d’accepter les commandes il y a un an.

Pourtant, Intel continue officiellement d’expédier des puces jusqu’au 29 juillet 2021. Il est peu probable que de telles commandes existent réellement. » et de conclure son propos par un lapidaire : « C’est mort, Jim ». En conséquence, le patron du noyau Linux propose de ne plus supporter les puces Intel Itanium en poussant un patch considérant la technologie comme orpheline.

L’histoire de l’architecture IA-64 – nom de code Merced – développée conjointement par Intel et HP avec un zeste d’Alpha a débuté dans les années 2000 avec pour ambition de remplacer les PA-Risc et concurrencer les PowerPC d’IBM et les Sparc de Sun. Connues sous le nom d’Itanium, ces puces étaient intégrées dans les serveurs HP Integrity (Tandem NonStop Himalaya à l’origine).

La première puce est sortie en 2001, mais les performances étaient décevantes par rapport à l’architecture x86-64 poussée tout d’abord par AMD et, avec retard, par Intel.

Un abandon progressif

Itanium a bénéficié du soutien de HP jusqu’à la sortie en 2017 de la puce 9700, « Kittson », mais la plateforme était déjà moribonde depuis plusieurs années avec la désaffection des éditeurs Microsoft (2010 avec la fin du support de Windows Server) et Oracle (2011 avec la fin du portage de sa base de données).

En lançant l’Itanium 9700, Intel avait indiqué que cette série « serait la dernière des puces Itanium » et orientait les clients vers des systèmes basés sur des Xeon.

En février 2019, la firme de Santa Clara a annoncé que la dernière livraison d’Itanium aurait lieu en juillet 2021. Sur la partie OS, la dernière version de Windows à prendre en charge Itanium était Windows Server 2008 R2, mais ceux qui possèdent des systèmes Itanium pourront continuer à bénéficier d’un support Unix via HP-UX 11 jusqu’au 31 décembre 2025.

Source lemondeinformatique.fr

Voici à quoi va ressembler l’installation d’Ubuntu en 2022

Mercredi 3 février 2021

C’est par le biais du compte Twitter de Martin Wimpress que la nouvelle est arrivée : un rafraîchissement de l’interface d’installation est lancé pour Ubuntu. Les premières images sont disponibles.

En sa qualité de directeur de l’ingénierie d’Ubuntu Desktop, Martin Wimpress a lancé une nouvelle discussion ce lundi sur le Discourse de Canonical. L’installation d’Ubuntu va changer de look.

Il faut dire que l’installateur actuel, Ubiquity, date de… 2006. Toujours fonctionnel, il ne répond plus tout à fait aux standards de 2021.

A new #Ubuntu Desktop Installer  is in the works https://t.co/Oo9mAKAPxX pic.twitter.com/7QMN6IKOCg

— Martin Wimpress (@m_wimpress) February 1, 2021

Le nouvel installateur va utiliser le kit de développement open source Flutter créé par Google. Cela va permettre aux développeurs de créer des interfaces beaucoup plus consistantes et cohérentes entre les différentes versions d’Ubuntu. Également pour Ubuntu Server, qui bénéficie depuis peu de sa propre interface d’installation et de configuration, Subiquity 61.

Il va toutefois falloir se montrer patient avant d’en profiter. Le nouvel installateur sera intégré à la version 22.04 LTS de la distribution Ubuntu, dont la sortie est prévue en avril 2022. Un cycle de test sera toutefois lancé en amont, probablement d’ici la fin de l’année.

En attendant, voici les 2 captures d’écran officielles publiées cette semaine:

Le chantier a bien démarré. Si vous êtes développeur, vous pouvez le suivre sur Github.

Source toolinux.com