Archive pour 27 février 2021

De nouvelles fonctions professionnelles dans Tutanota

Samedi 27 février 2021

Le service de courrier électronique crypté open source Tutanota lance de nouvelle fonctions à destination des clients professionnels, dont le répondeur automatique et les invitations de calendrier.

C’est quoi Tutanota ?

Tutanota est un service d’e-mail chiffré, sécurisé et respectueux de la vie privée par conception. Sa conception est open source. Outre le courriel, il gère le calendrier et les contacts, également de manière sécurisée. Le développement de Tutanota est centralisé en Allemagne.

Nouvelles fonctions professionnelles

Les nouvelles fonction Business sont accessibles aux utilisateurs professionnels payants dans ’Settings’ -> ’Subscription’ -> ’Extensions’.

Quoi de neuf ?

Notifications d’indisponibilité (out of office)
Envoi d’invitations d’agenda
Possibilité d’ajouter plusieurs noms de domaine

La prochaine fonction à être mise à disposition sera les ’Templates’ (modèles). Ils permettront d’envoyer des e-mails préparés pour répondre à des demandes standardisées. La disponibilité est une question de semaines.

La feuille de route de Tutanota précise que les prochaines évolutions seront le fin du stade bêta pour les clients de bureau (Linux, macOS et Windows), l’identification biométrique dans les applications mobiles et un mode hors-ligne. L’importation des e-mails depuis un autre compte n’est toujours pas possible. C’est l’une des demandes les plus formulées, pourtant.

Lisez également

Pourquoi l’open source continue d’inspirer (et de s’imposer à) Tutanota
Tutanota, service d’e-mail crypté le plus sûr au monde ?

Source toolinux.com

Images libres ou pas libres: un passage en revue

Samedi 27 février 2021

Un libriste contributeur de Linuxfr a épluché les licences et conditions d’utilisation de 24 banques d’images: des très, un peu ou pas du tout libres.

Le robot mobile Perseverance (un bel usage sur Mars de logiciels libres!) sur son site d’atterrissage martien avec en arrière-plan les falaises de la bordure interne du cratère Jezero (photomontage). Image: NASA/JPL-Caltech / Wikimedia Commons / domaine public

Illustrer proprement une page web, une diapositive (slide en néofrançais) ou un document imprimé, c’est souvent légèrement casse-tête quand on veut respecter les conditions d’usage des images. Si bien d’ailleurs que même des professionnels (au hasard: des journaux…) ont parfois tendance à piocher des images libres sans en respecter la licence, par exemple sans citer l’auteur – ce qui est quand même un minimum (sauf domaine public) pour une image par ailleurs gratuite…

Recherches par licences CC dans Wikimedia Commons et Flickr

Aussi vous signalé-je, ô chers lecteurs et lectrices de ce blog, la recension minutieuse que vient de publier un libriste sur Linuxfr (Oliver H. est aussi un wikipédien, qui indique placer ses contributions dans l’encyclopédie sous licence Art Libre).

Il y présente des sources très connues comme Wikimedia Commons (la médiathèque de Wikipédia et des projets associés compte près de 69 millions de fichiers ce jeudi, dont une grande majorité de photos, aux côtés de vidéos, sons, graphiques…) – on peut y faire une recherche par licence Creative Commons -, Flickr (qui répertorie ses images sous Creative Commons, dont 89 millions en licence paternité – CC by -, 46,3 millions sous licence paternité-partage selon les conditions initiales – CC by-sa – et 23,5 millions sous licence paternité-pas de modification – CC by-nd), ou encore feu Fotopedia (heureusement archivé par des libristes), des sites aux images sous licence Creative Commons Zéro (ou CC0, qui laisse pratiquement toute latitude à la reprise, n’exigeant même pas la mention de l’auteur), des cas particuliers comme Pixabay (on peut en reprendre le contenu, mais pas le vendre, ce qui n’est donc pas libre) et d’autres sites non libres ou assez équivoques dans leurs conditions.

Recherche par licence dans Flickr

Dans sa dépêche, Oliver H. mentionne aussi le cas des sites qui changent leur licence. Le sujet est aussi très discuté dans les commentaires sous son texte: en théorie, une image sous licence libre le reste pour celui qui l’avait téléchargée avant qu’elle change de licence… mais il faut pouvoir prouver qu’elle était alors libre, et qu’elle a été téléchargée avant le changement de licence, ce qui est tout sauf évident!

Source zdnet.fr