Archive pour le mot-clef ‘Logiciels-Libres’

Appel d’offres de la Centrale d’Achat de l’Informatique Hospitalière sur le logiciel libre

Mardi 18 août 2020

La CAIH (Centrale d’Achat de l’Informatique Hospitalière) vient de lancer un appel d’offres pour proposer des logiciels libres à ses 1 200 membres établissements de santé. C’est une bonne nouvelle et l’April encourage les entreprises du libre à se saisir de cette opportunité. La date de clôture est le 25 septembre 2020 à 12 h 30.

Pour rappel, la CAIH a un accord-cadre avec Microsoft depuis 2015, renouvelé en 2019 pour quatre ans. Cet appel d’offres est donc plutôt un bon signe d’une volonté de la CAIH de proposer une alternative respectueuse des libertés et des données personnelles. L’appel d’offres porte sur la fourniture 1:

  • D’étude de faisabilité, de chiffrage et d’analyse de risque de migration d’un pan fonctionnel du SI de santé vers de l’Open Source ;
  • De solutions « clients », « serveurs » et services en ligne « Open Source » agréé HDS ou opérés sur des cloud HDS de nos adhérents ;
  • De prestations de migration depuis les technologies « Oracle » et « Microsoft » vers de l’Open source ;
  • De services de maintenance, de tierce maintenance applicative, de prestations autours de technologies Open Source ;
  • De services d’infogérance de solutions Open Source.

Le CCTP (cahier des clauses techniques particulières) détaille les besoins fonctionnels et les unités d’œuvre : étude de faisabilité de migration vers le libre ; poste de travail libre ; serveurs ; visioconférence ; espace collaboratif ; suite bureautique libre et logiciels métiers ; base de données pour remplacer Oracle… C’est un marché qui couvre donc de très nombreuses technologies libres.

Le contrat est un accord-cadre mono-attributaire non alloti 2. L’April regrette ce choix. L’accord-cadre multi-attributaire est la règle par défaut de la commande publique. Notamment parce que cela permet de renforcer la concurrence en permettant aux entreprises type PME d’accéder plus largement aux marchés publics. Et le monde du logiciel libre est avant tout constitué de PME. Espérons que cela n’empêchera pas des réponses à cet appel d’offres, soit par une entreprise unique soit par un groupement d’entreprises.

Tous les documents utiles pour répondre à cet appel d’offres sont disponibles sur la plateforme des achats de l’État.

Source april.org

Le logiciel libre arrive au sein de la Centrale d’achat de l’informatique hospitalière

Samedi 15 août 2020

La CAIH vient de lancer un appel d’offres. Objet ? Proposer des logiciels sous licence libre à ses 1 200 membres établissements de santé. Un mouvement qu’avait réclamé Olivier Véran, du moins lorsqu’il était député.

En février 2018, Olivier Véran questionnait la ministre de la Santé Agnès Buzin sur l’accord-cadre en vigueur jusqu’à fin 2019, passé entre Microsoft et la Centrale d’achat de l’informatique hospitalière (CAIH). Le parlementaire LREM voulait alors savoir si sa reconduction était toujours prévue, « et si oui dans quelles conditions ».

Il interrogeait surtout la ministre sur l’éventualité d’un calendrier de migration des systèmes d’informations des établissements publics de santé vers des logiciels libres outre « la généralisation et la rationalisation de l’utilisation des formats ouverts ».

En guise de plaidoyer, il s’armait de la loi pour une République numérique, qui « appelle les administrations à encourager l’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts ». Il citait le RGI, ou référentiel général d’interopérabilité, qui « a déclassé le format propriétaire OOXML de Microsoft lui assignant le statut « en observation » et recommande le format ouvert Open Document ». Non sans se souvenir de la validation par la Cour des comptes du recours aux logiciels libres au sein de l’État.

Le parlementaire y ajoutait des considérations plus politiques, mâtinées de RGPD et sécurité : « À l’aune des débats sur les données personnelles, dont celles de santé sont particulièrement sensibles, et considérant les enjeux de sécurité informatique notamment mis en exergue par la faille Wannacry qui avait affecté de nombreux hôpitaux à travers le monde utilisant des logiciels Microsoft, cette question de souveraineté informatique des établissements publics de santé mérite une attention particulière ».

L’attention est devenue moins particulière au fil des mois. Sa question fut automatiquement retirée le 31 mars 2020 pour cause de « fin de mandat ». Et jamais elle n’a trouvé de réponse, pas même lorsque le même Olivier Véran fut nommé… ministre à la place d’Agnès Buzin, un mois et demi plus tôt. Fin 2019, l’accord-cadre avec Microsoft était dans le même temps reconduit jusqu’en 2023.

En plein mois d’août, le mouvement est toutefois enfin engagé. La décision revient non au ministère, mais à la Centrale d’achat de l’informatique hospitalière. L’association loi 1901, intervenant en matière de nouvelle technologie pour le compte plus de 1 200 établissements de santé, a en effet lancé un appel d’offres, sous forme d’un accord-cadre conclu pour 4 ans en faveur du libre.

Source nextinpact.com

Mozilla licencie 250 employés

Jeudi 13 août 2020

« Notre plan pré-COVID n’est plus réalisable » a expliqué la PDG Mitchell Baker. La Mozilla Corporation entend se recentrer sur ses produits commerciaux.

La Mozilla Corporation a annoncé aujourd’hui qu’elle licenciait environ 250 membres de son personnel afin de consolider l’avenir financier de l’organisation.

Les licenciements ont été annoncés publiquement dans un article de blog aujourd’hui. Les employés ont été informés quelques heures auparavant par un email [PDF] envoyé par Mitchell Baker, PDG de Mozilla Corporation et présidente de la Fondation Mozilla.

Le message de M. Baker mentionnait la nécessité pour l’organisation d’adapter ses finances à un monde post-COVID-19 et de recentrer l’organisation sur de nouveaux services commerciaux.

Baker a déclaré qu’après le début de la pandémie COVID-19, Mozilla a tenté de minimiser l’impact financier de la crise via « des mesures d’économie immédiates telles que l’interruption de nos embauche, la réduction de notre allocation de bien-être et l’annulation de nos réunions ».

Cependant, Baker a déclaré que le « plan pré-Covid » de Mozilla n’etait plus réalisable.

« Nous avons parlé de la nécessité d’un changement – y compris de la probabilité de licenciements – depuis le printemps. Aujourd’hui, ces changements deviennent une realité », a déclaré le PDG de Mozilla.

« Nous réduisons la taille de la main-d’œuvre de MoCo (Mozilla Corporation, organisation differente de la Fondation Mozilla, ndlr) d’environ 250 postes,ce qui comprend la fermeture de nos opérations actuelles à Taipei, Taiwan. Une soixantaine de personnes supplémentaires changeront d’équipe. Les personnes concernées par cette réduction sont à la fois de véritables Mozilliens et des professionnels hautement qualifiés, compétents et engagés. Cette action n’est en aucun cas une réflexion sur les qualités personnelles ou professionnelles « .

M. Baker a déclaré que les 250 employés et plus qui ont été licenciés aujourd’hui recevront une indemnité de départ pour le reste de l’année, ainsi que des primes pour le premier semestre 2020.

L’entreprise prévoit également de publier un « annuaire des talents » où elle compte faire connaître les compétences et l’expérience des membres du personnel qu’elle licencie aujourd’hui (si les employés acceptent que leur nom y figure).

À l’avenir, M. Baker a déclaré que Mozilla allait également repenser son modèle commercial de base et se concentrer davantage sur des produits financièrement viables.

« Reconnaître que l’ancien modèle où tout était gratuit a des conséquences, signifie que nous devons explorer une série d’opportunités commerciales différentes et d’autres échanges de valeurs », a déclaré M. Baker.

« Nous devons apprendre et développer de nouvelles façons de nous soutenir et de construire une entreprise qui n’est pas ce que nous voyons aujourd’hui. »

Cela inclut très probablement une plus grande attention à l’offre VPN de Mozilla, que Mozilla a officiellement lancée le mois dernier. Les applications de réseau privé virtuel (VPN) sont aujourd’hui l’une des plus grandes sources de revenus dans le domaine de la technologie, et Mozilla, malgré son arrivée tardive sur le marché, est en passe de devenir l’un des plus grands acteurs du marché, principalement en raison de sa réputation d’organisation privilégiant le respect de la vie privée et de défenseur des droits civils.

En outre, le contrat de Mozilla avec Google pour inclure Google comme fournisseur de recherche par défaut dans Firefox doit expirer plus tard cette année. Celui ci n’ayant pas été renouvelé, cela devrait paralyser le futur budget de l’organisation en 2021

Source : zdnet.com

LibreOffice 7.0 est disponible : voici les nouveautés

Samedi 8 août 2020

C’est une étape importante pour la suite bureautique open source : la version 7.0 de LibreOffice est arrivée pour Linux, macOS et Windows. Qu’est-ce qui va changer pour vous au quotidien ?

La Document Foundation annonce la mise à disposition de LibreOffice 7.0, une nouvelle version qualifiée de majeure offrant de nouvelles fonctionnalités.

LibreOffice 7.0 : les nouveautés

Le principales nouveautés sont :

La prise en charge du format OpenDocument Format 1.3 (ODF 1.3) ;
Le moteur graphique Skia ;
L’accélération basée sur le GPU Vulkan ;
Compatibilité améliorée avec les fichiers DOCX, XLSX et PPTX de dernière génération.

Compatibilité ODF 1.3

OpenDocument, le format natif ouvert et standard de LibreOffice pour les documents bureautiques, a été récemment mis à jour vers la version 1.3 en tant que spécification du comité technique OASIS.

Les nouvelles fonctionnalités les plus importantes sont la signature numérique des documents et le chiffrage OpenPGP des documents XML, avec des améliorations dans des domaines tels que le suivi des modifications, et des détails supplémentaires dans la description des éléments des premières pages, du texte, des nombres et des graphiques.

Graphisme et accélération

La suite bureautique a soigné la fluidité de ses applications, grâce notamment au moteur graphique Skia et à l’accélération basée sur le GPU Vulkan. Le moteur graphique Skia a été implémenté grâce au parrainage d’AMD, et est désormais la valeur par défaut sur Windows. Skia est une bibliothèque de graphiques 2D open source qui fournit des API communes qui fonctionnent sur une variété de plates-formes matérielles et logicielles, et peuvent être utilisées pour dessiner du texte, des géométries et des images. Vulkan est une API graphique et de calcul.

Compatibilité Microsoft Office renforcée

Malgré une montée en force des formats Google Docs, LibreOffice choisit de poursuivre son engagement dans l’interopérabilité des formats, avec une meilleure compatibilité avec les fichiers DOCX, XLSX et PPTX de Microsoft.

DOCX enregistre désormais en mode natif 2013/2016/2019, au lieu du mode de compatibilité 2007, pour améliorer l’interopérabilité avec plusieurs versions de la suite Office, sur la base de la même approche Microsoft.

LibreOffice inclut des filtres pour de nombreux formats de documents anciens.

Quelle version de LibreOffice choisir ?

Pour les utilisateurs qui préfèrent une version qui a subi plus de tests et de corrections de bogues par rapport aux nouvelles fonctionnalités, The Document Foundation maintient la famille LibreOffice 6.4, qui comprend quelques mois de correctifs rétroportés. La version actuelle est LibreOffice 6.4.5.

Si vous privilégiez les nouvelles fonctionnalités et pouvez excuser quelques bogues, vous pouvez opter pour LibreOffice 7.0.

Télécharger LibreOffice 7

Si vous souhaitez télécharger la suite LibreOffice 7.0, rendez-vous sur le site officiel, à la rubrique Téléchargement. La suite bureautique est disponible pour Windows (32 et 64 bits), Linux (32 et 64 bits) et macOS X (64 bits).

Nouveautés en vidéo

watch?v=XusjjbBm81s&feature=emb_logo

Source toolinux.com

 

Linus Torvalds livre la version 5.8 du noyau Linux

Samedi 8 août 2020

Il n’y aura pas de RC8 pour Linux 5.8. Le créateur du système d’exploitation a estimé qu’il n’était pas utile d’attendre une semaine de plus pour livrer la dernière version du noyau.

Linus Torvalds a décidé de livrer Linux 5.8 sans faire de release candidate 8. Après l’avoir envisagé « jusqu’à la dernière minute », le créateur du noyau a estimé dans son billet du 2 août qu’il n’était finalement pas très utile de passer par cette étape, compte-tenu du peu de problèmes qui restaient encore à régler. Il a de nouveau souligné l’intérêt qu’il y aurait à disposer d’un outil pour supprimer automatiquement les dépendances de fichiers d’en-tête. Sinon, parmi les derniers changements sur la 5.8, la semaine dernière a principalement été consacrée aux fonctionnalités réseau, notamment pilotes mellanox, selftests et autres « petites choses », ainsi qu’à des corrections sur le mécanisme de synchronisation RCU. Le reste des modifications a consisté en de petits ajustements sur les pilotes (gpu, rdma, pinctrl principalement) et sur l’architecture (arm, x86, powerpc), explique le mainteneur principal de Linux.

En juin dernier, au moment de la RC1, Linus Torvalds avait annoncé que la version 5.8 du noyau Linux était l’une des plus grosses mises à jour jamais réalisées pour le système d’exploitation open source, avec 800 000 nouvelles lignes de code et plus de 14 000 fichiers modifiés. Cela correspond à une révision d’environ 20% des fichiers du noyau. Linux 5.8 est donc là avec ses mises à jour pour étendre le support matériel, renforcer la sécurité, notamment sur l’architecture ARM64 (Shadow Call Stack, Branch Target Identification) et améliorer la prise en charge des pilotes graphiques (Radeon…). Des évolutions concernent aussi les processeurs Power10 et AMD (pilote de consommation d’énergie pour les CPU Zen/Zen2 et nouvelles capacités de compression F2FS).

La version 5.8 du noyau devrait être celle que l’on va trouver sur les distributions Linux de l’automne, comme Ubuntu 20.10.

Source lemondeinformatique.fr

Quelle est la part de marché de Linux sur le bureau ? Et sur mobile ?

Jeudi 30 juillet 2020

Linux occupe aujourd’hui 2,18% du marché des systèmes d’exploitation de bureau, selon les chiffres de juin 2020. Android continue de dominer le mobile.

Les analyses sont tombées pour juin 2020. Nous savons, grâce à Net Marketshare, quels sont les systèmes d’exploitation les plus répandus, à la fois sur les ordinateurs, les mobiles et les tablettes.

Sur ordinateur

Windows continue de dominer le marché mondial avec 87,2% des ordinateurs de bureau ou portables. C’est un léger recul annuel : en 2019, le système d’exploitation de Microsoft était crédité de 88,45%.

Son plus proche concurrent s’appelle macOS et 9,42% de parts de marché. C’est mieux que les 8,98% de juin 2019.

Linux occupe la 3e place avec 2,18 %, légère progression par rapport à 2019 de 0,08%.

ChromeOS occupe aujourd’hui 0,42% du gâteau et BSD continue d’être utilisé par 0,01 % de la population (en usage « desktop »).

Quelles versions des OS ?

Windows 10 est le système d’exploitation le plus utilisé (54,76%) devant Windows 7 (27,41%). macOS 10.14 culmine à 3,58, soit 0,06% de plus que Windows 8. Le terme générique Linux (qui n’est pourtant pas une « version ») apparaît avec 1,2%, mais Ubuntu peut compter sur 0,9% de parts de marché.

Sur le mobile

Android est le premier système d’exploitation mobile sur mobile : il est crédité de 70,61% des terminaux en circulation, devant iOS à 28,79%. On trouve Linux à 0,04%, score identique à celui des Series 40 de Nokia.

Quant aux versions d’Android, elles avancent toujours en ordre très dispersé (et fragmenté). Android 9 domine : l’OS équipe 20,40% des terminaux, devant Android 8.1 à 10,75%. iOS 13.3 est juste derrière (9,42%).

Android 10, qui sera remplacé par Android 11 à l’automne, n’occupe à l’heure actuelle que… 7,04% des mobiles, c’est à peine 0,65% de plus qu’Android 8. Pour les iPhone plus anciens (ou non mis à jour), iOS 12.4 conserve 4,93 % du marché.

Sur tablette

Pour les tablettes, Android conserve la première place, mais avec un score moins élevé que sur smartphone : 53,33%. iOS et iPadOS cumulés ne sont pas bien loin (46,66%), preuve de la bonne santé de l’iPad sur le marché des tablettes. iPadOS est le nom donné à iOS pour l’iPad depuis le 24 septembre 2019.

En matière de fragmentation, les tablettes Android sont elles aussi clairement équipées de versions anciennes du système de Google (voire complètement dépassées) : ainsi, Android 4.4 occupe encore la première place avec 15,48%. Quant à Android 10, la version est créditée de 0,28% seulement, Android 9 réunissant 2,48% des tablettes Android actives dans le monde en juin 2020.

Source toolinux.com

Firefox 79 : exporter ses mots de passe est possible

Jeudi 30 juillet 2020

Le navigateur Firefox 79 est arrivé sur les serveurs ftp de Mozilla. Il sera déployé dès aujourd’hui via la fonction de mise à jour automatique du navigateur. Voici les nouveautés principales.

Le navigateur Mozilla Firefox 79 est déjà disponible. Il comporte, entre autres, un outil d’exportation de ses mots de passe. Il fallait jusqu’ici utiliser une extension un outil pour réaliser cette opération.

Exporter ses mots de passe depuis Firefox

Pour exporter ses mots de passe depuis Firefox, trois solutions sont possibles :

1. via la barre d’adresse : tapez l’adresse « about:logins » ;
2. via les menus du navigateur : allez dans Préférences, puis dans le menu Vie Privée et Sécurité. Ensuite, dans Identifiants et mots de passe, choisissez l’option Identifiants enregistrés. Sur cette nouvelle page, cliquez sur le menu «  » en haut à droite et choisissez Exporter les identifiants ;
3. Via Firefox Lockwise grâce à une option Export Logins ou Exporter les identifiants.

Bon à savoir : le fichier produit sera un fichier CSV, lisible par n’importe qui. Soyez vigilants : une fois le fichier utilisé, détruisez-le ou placez-le en lieu sûr.

Support de macOS : ce qui change

Dans la liste des changements dévoilée durant le cycle bêta, on apprend que Firefox 79 ne prendra plus en charge d’anciennes versions de macOS (10.9, 10.10 et 10.11). Solution : utiliser Firefox ESR 78.x pour continuer de recevoir des mises à jour de sécurité du navigateur.

Obtenir Firefox 79

Il est possible de télécharger Firefox 79.0 pour macOS, Linux et Windows – si vous utilisez le canal « stable » du navigateur – depuis le serveur ftp de la Fondation Mozilla ou via la fonction de mise à jour automatique de Firefox (si vous utilisez le canal « stable »).

Source toolinux.com

Firefox Relay : alias et bouclier pour protéger son adresse e-mail

Jeudi 23 juillet 2020

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Fondation Mozilla ne cesse d’innover. Après son VPN, voici Firefox Relay, un service visant à préserver la confidentialité de votre adresse e-mail.

Firefox Relay, c’est quoi ?

Firefox Relay génère un alias d’e-mail pour garder sa véritable adresse électronique hors des listes de spam et loin des entreprises douteuses. Le service agit comme une boîte postale pour votre adresse physique.

Lorsqu’un formulaire nécessite votre adresse e-mail, mais que vous préférez ne pas la partager, Firefox Relay vous permet de créer un alias.

Firefox Relay redirige alors les courriels de l’alias vers votre véritable boîte de réception, en maintenir sa véritable adresse e-mail cachée.

Comment s’inscrire

Firefox Relay est actuellement en phase bêta expérimentale et fermée. Le service est gratuit pour l’instant, mais pourrait devenir payant comme le récent VPN lancé par la Fondation (voir notre article du 20 juillet).

Si vous souhaiter tester Firefox Relay, inscrivez-vous et recevez une invitation pour l’essayer grâce à votre compte Firefox.

Que faire si un alias Firefox Relay est compromis ?

Si vous utilisez un alias de messagerie avec Firefox Relay et qu’une fuite de données a lieu, vous pouvez éviter de compromettre la sécurité de votre adresse e-mail. Pour cela, vous pouvez désactiver ou supprimer l’alias. Votre adresse électronique principale est alors protégée.

Site web et liste d’attente (en anglais).

Source toolinux.com

Thunderbird 78 : derrière le renouveau du client email, la simplification du chiffrement GPG

Jeudi 23 juillet 2020

Si Firefox a subi une cure de jouvence ces dernières années, avec une nouvelle base technique et de nombreuses évolutions de fond devant lui permettre de revenir dans la course, ça n’avait pas été le cas de Thunderbird. La version 78, disponible depuis quelques jours, introduit de grands changements. Notamment pour le chiffrement.

Avec Quantum, Firefox initiait il y a quelques années un travail en profondeur, progressif. Il devait mener à de nombreux changements, tant du côté des performances que des extensions et autres fonctionnalités. Ces derniers mois, le travail s’est notamment focalisé sur celles renforçant la gestion de la vie privée, nouveau terrain concurrentiel des navigateurs.

Thunderbird et Mozilla : c’est compliqué

Le client email Thunderbird n’a pas eu droit aux mêmes égards, tout du moins pas au même moment. Il faut dire que son histoire est chaotique. Lâché Rendu non prioritaire dès 2012, il était isolé en 2015. Deux ans plus tard, on découvrait les contours de la « nouvelle maison » du projet, administrativement rattaché à Mozilla, mais développé par la communauté.

Les liens avec Firefox et Quantum allaient néanmoins être renforcés à cette période. On a assisté à une sorte de prise de conscience de l’intérêt à faire perdurer le projet. Les précédents choix de Mozilla, tout critiquables qu’ils soient, ont fait office d’électrochoc. Les dons et l’envie étaient de retour.

Il fallait néanmoins prendre de grandes décisions, dont l’alignement du développement avec Firefox sur certains points. Thunderbird devait suivre certains mouvements du navigateur, comme le renouveau des extensions, du moteur, etc. Avec quelques années de décalage un travail de renouveau était lancé, comme une dernière chance.

Début 2019, on découvrait le plan de bataille : doté d’une équipe de huit personnes, recrutant, le projet Thunderbird allait à la fois réduire sa dette technique, améliorer son interface, ses options et même… sa gestion du chiffrement. Car bien que la tendance était à l’époque de vanter les applications de messagerie avec chiffrement de bout-en-bout, l’équipe avait conscience qu’une telle protection restait nécessaire pour les emails.

Il s’agit d’ailleurs d’un gros point fort de Thunderbird (via l’extension Enigmail), contrairement à des Courier, Outlook et autres webmails. Mais comme ProtonMail, au succès fulgurant chez les adeptes de la protection de la vie privée, il fallait faciliter toutes les étapes de gestion des clés, avec un fonctionnement natif.

Cap sur Thunderbird 78 et le renouveau du client email

Tout s’est accéléré début 2020. Tout d’abord la création d’une filiale désormais en charge du projet au sein de Mozilla : MZLA Technologies Corporation.

Niveau technique, c’est la branche 68, ouverte en 2019, qui continuait d’évoluer par petites touches. Le prochain grand saut était attendu pour l’été avec Thunderbird 78. L’équipe compte désormais 13 personnes, toujours en croissance selon ses annonces. En bêta depuis juin dernier, cette nouvelle version est désormais disponible.

Elle offre un support étendu (ESR) et apporte les nombreux changements promis dans l’interface du client email, mais surtout le passage aux WebExtensions. De quoi générer, comme aux débuts de Quantum pour Firefox, un décalage fonctionnel puisque nombreux seront les développeurs à ne pas avoir fait le travail de migration.

L’équipe a donc effectué un effort de réintégration sur certaines fonctions vitales, comme la gestion du calendrier ou des tâches, désormais parties intégrantes de Thunderbird. Il en est de même pour le chiffrement qui passe ici une première grande étape dans la route menant à sa gestion native.

L’occasion de redonner une chance à Thunderbird tout en redécouvrant les joies de GnuPG.

Télécharger Thunderbird

Source nextinpact.com

Le VPN de Mozilla vient de sortir : est-il disponible pour vous ?

Jeudi 23 juillet 2020

En test aux Etats-Unis depuis plusieurs mois, le VPN de Mozilla est arrivé. La version finalisée est disponible dans quelques pays, dont le Royaume-Uni. Le service est payant.

Sortie de Mozilla VPN : où et quand ?

La sortie de Mozilla VPN est officielle depuis le 15 juillet aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, à Singapour, en Malaisie et en Nouvelle-Zélande. L’expansion internationale se poursuivra cet automne (en Europe notamment).

Il est possible de s’inscrire sur la liste d’attente.

Combien coûte Mozilla VPN ?

Le prix de Mozilla VPN est de 4,99$ par mois (environ 4,5€ par mois). Cette offre comprend un accès à des serveurs dans plus de 30 pays, pour 5 terminaux maximum. Le trafic semble illimité.

Mozilla VPN, c’est quoi ?

L’objectif poursuivi par Mozilla dans cette aventure est la sécurisation des connexions à internet, mais aussi le respect de la vie privée des utilisateurs, loin d’être garanti par de très nombreux prestataires de VPN, parfois gratuits.

Disponibilité : et Linux ?

Pour l’heure, seuls les systèmes Windows 10, Android et iOS sont concernés, mais macOS et Linux sont également prévus dans les mois à venir. Une extension Firefox est proposée en bêta test, également. Sur la page d’inscription sur la liste d’attente, on voit également la présence de ChromeOS.

Capture d’écran

Voici une capture d’écran de Mozilla VPN pour Android :

Mozilla VPN

Source toolinux.com