Archive pour le mot-clef ‘Logiciels-Libres’

Voici le nouveau logo de Firefox (son éthique et ses valeurs)

Mardi 18 juin 2019


Cette semaine, la Fondation a dévoilé le nouveau logo et le nouveau « look » de Firefox. Il doit « accompagner l’évolution de sa gamme de produits. »

Où est passé le renard ?

Le renard fait place à une nouvelle icône, destinée à représenter l’ensemble des solutions proposées par la Fondation. Elle constitue une « invitation à rejoindre Firefox et à avoir accès à tout ce qu’il a à offrir« .

Cette mutation va accompagner la transformation du navigateur, sur le bureau comme sur le mobile. Mais aussi les services proposées autour de Firefox, notamment la version premium prévue cet automne, dont nous vous parlions en début de semaine ou encore Firefox Monitor, Firefox Send (envoi de fichiers) ou Lockwise (coffre-fort de mots de passe).

Voici ce que cela donne en images :

Les valeurs de Firefox se reflètent dans son nouveau logo

La marque revendique reposer sur quatre piliers (plutôt affirmés et forts) : radical, bienveillant, ouvert et dogmatique.

La Fondation explique que c’est « un acte radical de servir les autres avant soi-même ». La bienveillance consiste à « concevoir de meilleurs produits, engager des conversations, établir des partenariats, collaborer, éduquer et informer ». L’aspect ouvert est bien connu : « Open Source. Un livre ouvert. La transparence et notre vision globale font partie intégrante de notre marque. »

Enfin, sur le terme « dogmatique », Mozilla explique que les produits développés sont « animés par des convictions profondes » : « désormais, nous souhaitons faire connaître notre point de vue. Quand d’autres ne s’intéressent qu’aux aspects techniques, nous fondons tout sur notre éthique. »

Nouvelle identité de Mozilla :

Vidéo : Firefox Evolution of a Brand

 

 

 

 

 

 

Mozilla prépare une version premium de Firefox pour cet automne

Mardi 18 juin 2019

L’éditeur développe une version premium de Firefox comportant des fonctionnalités supplémentaires comme l’accès VPN et le stockage sécurisé. Les utilisateurs paieront en contrepartie un abonnement mensuel.

Dans une interview accordée au site allemand t3n, Chris Beard, PDG de Mozilla, a révélé son intention de lancer une version premium de Firefox plus tard cette année.

Cette version sera disponible sous forme d’un abonnement mensuel, précise le dirigeant, et les utilisateurs auront accès à une version standard de Firefox avec des services supplémentaires. Lesquels ?

Trois sources de revenus pour Mozilla

Les fonctions additionnelles ne sont pas encore arrêtées, mais Beard suggère que l’accès à un service VPN et à un espace de stockage sécurisé devraient figurer parmi la liste. Le PDG se veut rassurant cependant : les fonctionnalités gratuites resteront gratuites dans Firefox.

Mozilla prévoit de tester ce service d’abonnement en octobre. Il s’agit donc de la dernière tentative de Mozilla pour développer des solutions de monétisation du navigateur.

« Nous travaillons sur trois sources de revenus et nous voulons les rééquilibrer (…) Nous avons le Search, mais nous faisons aussi du contenu. Nous avons une société appelée Pocket qui découvre et conserve le contenu. Il y a aussi des contenus sponsorisés. C’est l’activité contenu » détaille son PDG.

« Et le troisième sur laquelle nous travaillons et développons (…) sont des niveaux premium pour certaines de ces offres (…) Vous pouvez imaginer quelque chose comme une solution de stockage sécurisé. »

Des services premium au prix d’un abonnement

« Nous avons également testé le VPN » annonce encore Beard, faisant référence à un test que Mozilla a effectué avec ProtonVPN l’automne dernier, aux États-Unis.

« Vous pouvez imaginer que nous allons offrir une solution qui nous donne à tous une certaine quantité de bande passante VPN gratuite et ensuite offrir un niveau supérieur contre un abonnement mensuel » explique le dirigeant de Mozilla.

« Nous voulons ajouter plus de services d’abonnement à notre offre et nous concentrer davantage sur la relation avec l’utilisateur pour devenir plus résilients sur les questions business. »

À l’heure actuelle, 90 % des revenus de Mozilla proviennent de ses partenariats avec des fournisseurs de moteurs de recherche, et principalement de son accord avec Google.

Source zdnet.fr

Chapril : des services gratuits pour vous passer des GAFAM

Mardi 18 juin 2019

Planification, édition collaborative, échange sécurisé : de nombreux services libres et gratuits sont déjà proposés par Chapril, à l’initiative de l’APRIL.

Ce site web est la contribution de l’April au Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires (CHATONS).

Source chapril.org

Logiciel libre, la technologie au service des villes et des citoyens

Vendredi 7 juin 2019

« Face à l’expansion des Gafam, le logiciel libre est une approche essentielle pour repenser la technologie au bénéfice des citoyens », déclarent plusieurs ténors du libre dans une tribune publiée par Libération cette semaine.

On doit cette tribune à Emmanuel Grégoire, Premier adjoint à la maire de Paris, Jean-Christophe Becquet, président de l’association April, François Elie, président de l’association Adullact, Jacob Green, fondateur de MossLabs.io, Jean-Baptiste Kempf, Président de VideoLAN et Cédric Thomas, Directeur Général du consortium OW2.

Extraits de la Tribune

« Cambridge Analytica, mise à mal de la neutralité du net, utilisation des données personnelles par les entreprises… les dernières années ont été marquées par un climat de méfiance généralisé de la part des citoyens face à des monopoles dont l’extension exponentielle semble hors de contrôle. Grâce au logiciel libre, les villes ne sont plus otages : elles possèdent les moyens de reprendre la main sur leurs services numériques, sans être obligées de passer par des opérateurs privés, qui contrôlent les données et sont susceptibles d’augmenter leurs prix en fonction de l’évolution du marché. Elles peuvent aussi plus facilement confier ces missions à des entrepreneurs locaux. »

« Face à l’expansion exponentielle des Gafam, à la faiblesse des entreprises européennes sur les grands services numériques et à des législations étatiques peu protectrices, le logiciel libre est une approche essentielle pour repenser la technologie au bénéfice des citoyens et au service du contrôle démocratique qu’ils doivent exercer. »

Lire la Tribune « Logiciel libre : il faut mettre la technologie au service des villes et des citoyens » sur le site de Libération.

Source toolinux.com

La protection contre le pistage par défaut dans Firefox (et une meilleure gestion des mots de passe)

Jeudi 6 juin 2019

Après avoir annoncé notre nouvelle approche anti-pistage l’an dernier, Mozilla présente cette semaine une fonctionnalité de protection améliorée contre le pistage. Elle sera désormais installée par défaut. Mozilla peaufine également Firefox Lockwise et Monitor.

Une fonctionnalité pratiquement invisible.

Firefox annonce l’installation, par défaut, d’une fonctionnalité contre le pistage. Vous n’allez probablement pas la remarquer et tant mieux. Seul signe notable, un bouclier apparaîtra dans la barre d’adresse du site, à côté de l’URL et de la petite icône « i ». Pour en savoir plus, il suffit de cliquer sur l’icône du bouclier, d’aller dans l’onglet « Blocage de contenu » puis « Cookies ». Il faut ensuite cliquer sur la flèche sur le côté droit et la liste apparaîtra.

Ceux qui installent Firefox pour la première fois bénéficieront de la protection améliorée contre le pistage par défaut et la fonction sera activée comme « Standard » dans les paramètres du navigateur. Firefox bloquera ainsi les cookies tiers de pistage tels que listés par Disconnect.

Si vous utilisez déjà Firefox, la protection améliorée contre le pistage sera installée par défaut au cours des prochains mois. L’installation peut, en attendant, se faire manuellement.



« Nous mettons également à jour une série d’outils renforçant la sécurité et la confidentialité des internautes, y compris une amélioration de l’extension Facebook Container, l’introduction d’une extension ordinateur pour Lockwise (l’application qui protège les mots de passe sur tous les systèmes d’exploitation et périphériques) et l’intégration d’un tableau de bord à Firefox Monitor (pour gérer plusieurs adresses électroniques). » Dave Camp

Autre nouveauté : Firefox Monitor intègre un tableau de bord pour gérer plusieurs adresses électroniques. Pour en savoir plus sur Firefox Monitor, reportez-vous à notre article du 27 novembre 2018.

 

Firefox Lockwise pour gérer vos mots de passe

Après avoir lancé Firefox Lockbox pour iOS et sur Android en mars dernier, place à une extension de Firefox pour ordinateur. Le module Firefox Lockwise offre un moyen supplémentaire de stocker, modifier et accéder aux mots de passe.

Lockwise permet la gestion de votre liste de mots de passe enregistrés : la nouvelle interface facilite la mise à jour et la gestion de vos mots de passe enregistrés. Vous avez accès à vos mots de passe de n’importe où, mais de manière sécurisée, grâce à l’application mobile.

Vous pouvez l’installer sur Android, iOS ou votre Firefox de bureau : les liens se trouvent ici.

Source toolinux.com

Pourquoi le bureau GNU/Linux a besoin d’un mode sombre authentique

Samedi 1 juin 2019

Dans un long plaidoyer, bien documenté et publié sur Medium, Cassidy James Blaede (elementaryOS) estime qu’il est temps pour le FreeDesktop (le « bureau libre ») de se doter d’un véritable mode sombre. Le travail est déjà bien avancé.

Le développeur américain Cassidy James Blaede explique que, ces dernières années, macOS, Windows, Android, Safari, Chrome et même Firefox ont annoncé un support à une forme de « dark mode », qu’il serait grand temps de généraliser dans les systèmes d’exploitation libres.

Il utilise, dans son article, l’expression “Dark Style Preference” (préférence de style sombre) à dessein : « Il est important que ce mode soit traité comme une préférence de l’utilisateur et non comme un mode imposé à lui. » D’ailleurs, poursuit-il, ce n’est pas un thème, mais » un moyen pour le système d’exploitation de répondre à une préférence de l’utilisateur en adaptant l’interface des applications en ce sens. »

D’autres plateformes que les environnements de bureau GNU/Linux ont montré la voie et clairement exprimé à quoi peut ressembler un mode sombre au niveau du système d’exploitation, tel que l’utilisateur peut le souhaiter. Il ne faut donc pas réinventer la roue.


Dark mode sous Linux : un travail en cours.

Dans son plaidoyer, Blaede ajoute qu’il a, ces derniers temps, suivi et collaboré aux efforts en ce sens effectués sur la distribution elementaryOS. Le travail est déjà en cours au sein du projet « Prefer Dark Style » (préférence pour un mode sombre) (et il ne se contente pas de forcer une feuille de style GTK différente).

Quelques exemples ci-dessous.

Le développeur estime que le travail porte déjà ses fruits. Traduction : il ne faudra pas attendre des années avant d’en profiter. Il reste toutefois de nombreux détails à régler : le dock toujours clair, comme les notifications ou encore l’intégration à Webkit(GTK). Il faudra également appliquer des correctifs à des applications multiplateformes comme Chrome, Electron ou Firefox

Pour bien comprendre l’enjeu et le travail accompli, vous pouvez
lire (en anglais) l’article « The Need for a FreeDesktop  Dark Style Preference  https://medium.com/elementaryos/the… sur Medium. Quant à la distribution elementaryOS, elle dispose d’un site web (partiellement) traduit en français.

Source toolinux.co

Appel à candidature pour l’organisation des RMLL 2020

Samedi 1 juin 2019

Le comité des RMLL annonce officiellement l’ouverture de la candidature à l’organisation des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre pour l’édition 2020.

La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 30 septembre 2019.

Annonce de la décision du comité : 31 octobre 2019

Si vous souhaitez vous porter candidats, vous pouvez consulter le « comment candidater aux RMLL » et dialoguer avec le comité à l’adresse suivante : comite@listes.rmll.info (vous devrez valider la demande de confirmation que vous recevrez par mail).

Source rmll.info

Mobilizon : l’arme libre contre les événements de Facebook est en campagne

Vendredi 24 mai 2019

L’association Framasoft lance une collecte pour le logiciel Mobilizon. 50 mille euros sont recherchés, mais plus de 50% de l’objectif a déjà été récolté. Chacun peut participer.

C’est quoi, Mobilizon ?

Dans le cadre de sa campagne Contributopia, l’association Framasoft avait annoncé qu’elle lancerait un nouveau service qui permettrait à des communautés de créer des espaces de publication d’événements, afin de mieux s’émanciper des géants du web.

En effet, lorsque l’on organise des regroupements avec les outils Facebook ou via des plateformes à la Meetup, on « abandonne à ces plateformes dévoreuses de données toutes les informations des membres du groupe », déclare Framasoft.

Une alternative libre et fédérée à Meetup et Facebook Évènements

Mobilizon se présente comme un logiciel libre éthique, « respectueux des libertés fondamentales des personnes désireuses de se rassembler ».
Les membres de l’association ont passé ces derniers mois à analyser les outils déjà existants afin d’en comprendre les différentes fonctionnalités et à d’interroger sur « comment nous pourrions les déployer en respectant les utilisateurs ».

Le logiciel fédéré doit permettre aux différentes communautés d’installer leur propre instance (site web de publication d’événements). Les instances Mobilizon auront la possibilité technique de se connecter les unes avec les autres et ainsi de favoriser les interactions entre les communautés et leurs utilisateur⋅ices.

Le protocole de fédération ActivityPub permettant l’interaction entre logiciels utilisant ce même protocole, Mobilizon pourra ainsi être en lien avec Mastodon (alternative à Twitter), PeerTube (alternative à YouTube) et bien d’autres outils similaires.

Le site web

Source toolinux.com

M.I.M Mutualisation Inter-Ministérielle Logiciels Libres.

Mardi 14 mai 2019
 MIMO                                             MIMPROD                                   MIMDEV
Outils pour poste de travail                   Outils de production                   Outils de développement
      Lire la suite                                            Lire la suite                                      Lire la suite

Site des groupes de travail sur les logiciels libres dans les administrations.

Pour dégager le maximum d’efficacité aussi bien économique qu’en terme de qualité,  il convient d’utiliser le logiciel libre de manière concertée et coordonnée. Un cadre de convergence des logiciels à privilégier dans le développement des systèmes d’information de l’Etat est proposé.  Cet ensemble des logiciels libres préconisés se nomme  Socle Interministériel de Logiciels Libres (SILL)

Trois groupes de travail composés de représentants de différents ministères élaborent chaque année le SILL qui s’articule autours de trois thématiques : Poste de Travail, Outils Serveurs (Production), Outils de Développement.

Le SILL propose des logiciels libres répondant aux besoins des administrations françaises.  Chaque logiciel du SILL est suivi par un ministère référent.

Le SILL est mis à disposition de tous sans garantie de l’État. Il peut être utilisé librement et gratuitement, à titre public, professionnel ou privé.  Il peut être copié et diffusé sans restriction

 

Télécharger le SILL 2019 (document PDF)

 

Urgent, mobilisez-vous, contactez sénateurs et sénatrices pour la priorité au logiciel libre dans l’éducation

Dimanche 12 mai 2019

L’examen en séance publique du projet de loi pour une école de la confiance va démarrer au Sénat mardi 14 mai 2019 à partir de 14h30. Deux amendements proposent que les logiciels mis à disposition des élèves dans le cadre du service public de l’enseignement soient en priorité des logiciels libres. L’April appelle chacun et chacune à contacter les sénatrices et sénateurs pour soutenir ces propositions. L’examen de ces amendements pourrait avoir lieu dès mardi 14 mai dans l’après-midi ou dans la soirée. Il est fondamental de se mobiliser rapidement pour encourager à l’adoption en priorité de l’amendement n° 187 rect. bis.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour une école de la confiance en séance publique 482 amendements ont déjà été déposés. L’amendement n° 187 rect. bis, déposé par Céline Brulin, Pierre Ouzoulias et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste (CRCE), propose d’inscrire la priorité au logiciel libre dans le cadre du service public de l’enseignement. Et, par cohérence, l’amendement propose de modifier l’article L. 131-2 du code de l’éducation, issu de la loi de 2013, qui concerne le service public du numérique éducatif et de l’enseignement à distance.

La sénatrice Françoise Laborde, membre du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE) a déposé un amendement n° 425 qui ne propose que de modifier l’article L. 131-2.

Il est probable que les deux amendements seront discutés en même temps. Le débat pourrait être dès mardi après-midi ou dans la soirée. Il est fondamental de se mobiliser rapidement pour encourager à l’adoption de l’amendement n° 187 rect. bis.

Détails de l’amendement n° 187 rect. bis

L’amendement 187 rect. bis a pour objet de créer un nouvel article au Code de l’éducation. Il propose de renvoyer la définition des modalités d’application du principe à un décret en Conseil d’État. Il s’agit d’un point très important participant à faire du principe de priorité un principe normatif fort et stable dans le temps.

Après l’article 1er bis G

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le code de l’éducation est ainsi modifié :

1° Le chapitre Ier du titre II du livre Ier de la première partie est complété par un article L. 121-… ainsi rédigé :

« Art. L. 121-…. – Les logiciels mis à disposition des élèves dans le cadre du service public de l’enseignement sont en priorité des logiciels libres. Les modalités d’application du présent article sont définies par décret en Conseil d’État. » ;

2° Au dernier alinéa de l’article L. 131-2, les mots : « tient compte de » sont remplacés par les mots « donne la priorité à ».

L’amendement propose également de modifier le dernier alinéa de l’article L. 131-2 du Code de l’éducation (issu de la loi pour la refondation de l’École de la République de 2013). Tel que cet article est actuellement rédigé, il ne fait qu’inciter les administrations à tenir compte de l’offre de logiciels libres. Rédaction sans aucune valeur normative qui ne relève que de la déclaration d’intention. Une politique se construit avec des priorités, pas avec des encouragements.

Rappelons qu’en 2013, avec l’adoption de la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, le Parlement inscrivait pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, celui de l’enseignement supérieur, avec la création de l’article L.123-4-1 du Code de l’éducation. Sans renvoi à décret, et en absence d’une politique publique volontariste en la matière, cette disposition n’a pas encore pu produire ses effets.

L’adoption de l’amendement 187 rect. bis apporterait une cohérence rédactionnelle au Code de l’éducation, donc une meilleure lisibilité de la Loi, et permettront de donner une nouvelle impulsion politique pour la défense, et la promotion, des libertés informatiques dans l’éducation.

Agir en faveur du logiciel libre pour une école de la confiance

Une manière d’agir est de relayer cette information concernant les amendements. En relayant cette page ou directement les amendements. Mais il faut se mobiliser rapidement.

Il est aussi possible d’agir en contactant par courriel et/ou par téléphone les parlementaires. L’ensemble des membres du Sénat ne participeront pas aux débats et aux votes, vous pouvez contacter en priorité :

  • le rapporteur du projet de loi Max Brisson
  • la présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication Catherine Morin-Desailly
  • les parlementaires qui ont déposé des amendements sur le projet de loi. Et notamment la première personne citée dans la liste, car c’est souvent elle qui défendra l’amendement en hémicycle et qui sera donc présente en séance.
  • les membres de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication qui seront les plus susceptibles d’être présents lors des discussions en séance publique

Vous pouvez leur expliquer l’importance du logiciel libre qui est en phase avec les missions du système éducatif et la culture enseignante de diffusion et d’appropriation par tous de la connaissance et des savoirs. Vous pouvez lire Former les citoyens de demain : lettre de l’April à Jean-Michel Fourgous (2009) ou encore notre cahier Candidats.fr sur l’éducation (2012), toujours d’actualité. Vous pouvez également consulter la page éducation sur l’Expolibre.

Mais surtout n’hésitez pas à utiliser votre propre argumentation. Un message personnel, ou mieux un appel téléphonique, aura infiniment plus de poids que l’envoi d’un mailing.

Un appel téléphonique est beaucoup plus efficace qu’un courriel. Un coup de fil est plus personnel et beaucoup plus dur à éviter. Une bonne technique consiste à envoyer un courriel, puis appeler quelques heures après pour demander s’il a bien été reçu, poser des questions à son sujet, demander ce que le parlementaire compte faire. Un courriel copié/collé à partir d’un courriel type un impact négatif : cela affaiblit le contenu et le fait ressembler à du spam. Il vaut toujours mieux envoyer des courriels personnalisés, même et surtout s’ils sont écrits dans un style personnel.

Pour trouver les coordonnées des parlementaires rendez-vous sur le site du Sénat ou sur le site NosSénateurs. Vous pouvez également appeler directement le standard du Sénat au 01 42 34 20 00 pour être mis en relation.

Source april.org