Archive pour 8 janvier 2021

David Recordon : un homme de l’Open Source à la Maison Blanche

Vendredi 8 janvier 2021

Il n’a pas 35 ans et sera le prochain responsable des technologies de la Maison Blanche. David Recordon est un « pur produit » de la mouvance des logiciels libres. Retour sur son impressionnant parcours.

Alors que son mandat débutera le 20 janvier prochain, le futur président Joe Biden a choisi son directeur de la technologie. David Recordon quittera bientôt San Francisco pour rejoindre Washington DC.

Né en septembre 1986 à Portland (Oregon), il est un fervent défenseur de l’open source et des standards ouverts. Il fut d’ailleurs le plus jeune lauréat du prix Google-O’Reilly Open Source en 2007.

La communauté des logiciels libres le connait bien, puisqu’il a fortement influencé le développement d’OAuth et OpenID.

Un parcours impressionnant dans le domaine de l’open source

Ingénieur et développeur, il a été l’architecte de l’IT et de la sécurité au sein de la Fondation de Chan Zuckerberg. Il a également contribué à la mise en place des plates-formes ouvertes de Six Apart (Movable Type et TypePad) avant de devenir directeur de l’ingénierie de Facebook (Phabricator).

Recordon a également dirigé un autre projet open source, Cassandra. Ce système de gestion de base de données de type NoSQL est conçu pour gérer des quantités massives de données sur un grand nombre de serveurs.

Après Obama, au service de Biden

Cette semaine David Recordon a été nommé directeur de la technologie au de l’administration de Joe Biden et du vice-Kamala Harris, mais il n’est pas un inconnu à bord, puisqu’il a dirigé ces dernières semaines les opérations technologies de l’équipe de transition.

De plus, avant de rejoindre la Fondation de la pédiatre et philanthrope épouse de Mark Zuckerberg, il a occupé un poste de directeur IT au sein de l’administration Obama.

Sa réputation ne semble pas avoir été entachée par son passage chez Facebook, tant sa contribution aux logiciels libres et aux standards semble faire l’unanimité auprès de ses pairs, comme auprès des dirigeants américains.

Source toolinux.com

Linux : où trouver la liste des GULLS francophones ?

Vendredi 8 janvier 2021

Tout est parti d’une anecdote. Le rédacteur du Site Du Manchot cherchait un GULL après avoir déménagé. Problème : les listes étaient obsolètes. D’où l’idée de créer une liste actualisée, déjà disponible pour la France.

Que signifie GUL (ou GULL) ?

Le terme GUL signifie « groupes d’utilisateurs locaux de Linux » (et/ou de logiciels libres).

Nouvelle liste de GUL francophones (France)

On connaît cette liste publiée par l’AFUL pour l’ensemble des pays francophones. « Le Site Du Manchot » publie désormais sa propre liste actualisée.

Pour chaque site web, le site fournit une description et une éventuelle adresse web, mais aussi le situation du GULL : active, en sommeil, disparu voire… « hackée ». Cet annuaire est libre de droits et peut être utilisé et/ou relayé à l’envi.

Liste des GULLs par département (France).

Source toolinux.com

Avec Linux 5.11, Linus Torvalds se focalise sur AMD

Vendredi 8 janvier 2021

Une semaine après la rc1 de Linux 5.11, Linus Torvalds livre une toute petite rc2 au sortir des fêtes de fin d’année. Peu de changements, mais plusieurs éléments de la version 5.11 concernent les puces AMD.

Linus Torvalds a continué à travailler à la 2ème release candidate de Linux 5.11 pendant la trêve des confiseurs. Il vient de la livrer une semaine après la rc1 du 27 décembre. Il y a peu de corrections dans cette rc2 (surtout du côté de SCSI et des périphériques blocs), qui se trouve donc assez réduite et que le créateur de Linux enjoint à tester lorsque chacun émergera de la période de repos de fin d’année. « OK, soyons honnête, il ne s’est pas passé grand-chose au cours des deux dernières semaines », reconnaît-il dans son billet du 3 janvier en s’attendant à ce que la rc3 soit également réduite.

Dans la version 5.11 de l’OS open source, le principal apport de code concerne « un énorme déchargement de fichiers de description d’en-tête sur les GPU AMD qui éclipsent complètement les vrais changements », avait indiqué Linus Torvalds dans son billet du 27 décembre. Les ajouts de fichiers AMD « Van Gogh » représentent environ les deux tiers du rc1, même s’ils proviennent d’un seul commit qui apporte simplement des définitions de registre, explique-t-il. Cela mis à part, ce sont les mises à jour de drivers qui dominent et autre correctifs habituels. Van Gogh est le nom de code de la prochaine génération d’unité de traitement accéléré (APU) des puces AMD mobiles qui doit arriver cette année et qui devrait intégrer le moteur graphique Navi du fabricant de processeurs.

Parmi les apports de Linux 5.11 figure par ailleurs le support de la fonctionnalité matérielle des enclaves SGX d’Intel qui, une fois activée, protège l’accès au code de ces enclaves. Cette version prend également en charge les cartes SD Express et comporte divers correctifs pour Xen.

Source lemondeinformatique.fr

Quels développeurs et entreprises ont le plus contribué au noyau Linux 5.10 ?

Vendredi 8 janvier 2021

Intel n’est plus le plus gros employeur contributeur aux modifications du noyau Linux, selon les dernières statistiques publiées par LWN. Huawei a pris la tête. Les développeurs les plus actifs sont Krzysztof Kozlowski et Sudeep Dutt, mais un Français a rejoint le top 3, Corentin Labbe. Voici les détails.

Cela faisait plusieurs années qu’Intel dominait le classement des plus grands contributeurs aux changements opérés dans le code du noyau Linux. Le dernier rapport publié par LWN le 14 décembre indique que Huawei mène désormais le bal, avec 1.434 modifications (« changesets ») au code (8,9%) contre 1.297 (8%) pour Intel. Les suivants sont « Inconnu » (1.075), puis Red Hat (915), Google (848), AMD (698), Linaro (670), Samsung (570) et IBM (521).

L’affiche est légèrement différente si on observe le nombre de lignes modifiées dans le noyau Linux (« line changes ») : Intel conserve la première place avec 96.976 lignes, soit 12,6%, loin devant Huawei et 41.049 lignes modifiées. Le 3e plus gros contributeur reste « Inconnu », 40.948, devant Google (39.160), NXP, Red Hat, Code Aurora Forum, Linaro et, cette fois, Facebook.

Au-delà des entreprises, il y a des hommes et des femmes. Les trois plus gros développeurs contributeurs sont Krzysztof Kozlowski (491 soit 3.0%), Mauro Carvalho Chehab (378 soit 2.3%) et Christoph Hellwig (265 soit 1.6%). Au niveau des lignes modifiées, Sudeep Dutt affiche rien moins que 26.779 contributions, devant (une nouvelle fois) Mauro Carvalho Chehab avec 22.741 apports et le Français Corentin Labbe (19.091, tout de même).

Sans entrer dans tous les détails, Krzysztof Kozlowski a effectué des nettoyages et des petites améliorations dans tous les sous-systèmes ARM, à un rythme de près de huit par jour. Sudeep Dutt a lui contribué à un seul correctif à 5.10, mais ce correctif a supprimé les pilotes pour les périphériques Intel MIC.

Source toolinux.com

Mozilla travaille sur Proton, une nouvelle interface pour Firefox

Vendredi 8 janvier 2021

Mozilla n’entend pas baisser les bras sur son navigateur Firefox, et après une vaste restructuration des effectifs cette année, la fondation planche sur un tout nouveau design.

En 2017, Mozilla avait pris le parti de retirer la barre de recherche et de calquer le modèle de l’omnibox introduit par Google en 2008 avec Chrome. Le navigateur Firefox devait ainsi arborer un nouveau design baptisé Photon en interne. Cette fois, la prochaine évolution est connue sous l’appellation Proton.

Proton : des évolutions en profondeur

L’information provient du blog autrichien Soeren Hentzschel (via Debuggpoint), lequel rapporte avoir obtenu de premières précisions sur l’ampleur de ces travaux. Puisque le développement de Firefox est open source, un wiki détaille les différents composants de ce refresh graphique.

Dans le cadre de Proton, les designers de Mozilla retravailleront les barres d’outils, la barre d’adresse mais également les onglets ainsi que les menus. L’objectif est d’alléger l’interface, par exemple en réduisant le nombre d’icônes au sein des menus ou en n’affichant d’emblée que les options fréquemment utilisées.

Proton introduit par ailleurs une expérience simplifiée, notamment au premier démarrage pour l’importation des favoris ainsi que pour les pages d’erreur.

L’interface de Proton devrait être officiellement lancée pour Firefox 89. Si le calendrier de la fondation est bien respecté, cette mouture devrait voir le jour dans le courant du mois de mai.

Comment activer Proton ?

Comme bien souvent pour bénéficier des nouveautés qui n’ont pas encore été implémentées en version stable, il est nécessaire de se rendre dans les paramètres avancés. Au sein de Firefox, il suffit simplement de saisir about:config dans la barre d’adresse.

Après avoir accepté l’avertissement, il faut effectuer une requête sur le terme proton puis activer la valeur sur true et redémarrer l’application. Lorsque les premiers éléments de Proton seront déployés, ils seront d’emblée disponibles.

Face à la progression de Google Chrome mais également des autres concurrents, le navigateur Firefox a perdu des parts de marché et vu son adoption chuter de 85 % ces dix dernières années. Pour faire face à la situation, en 2020, Mozilla a licencié un quart de ses effectifs, soit 250 personnes. Reste à savoir si les travaux portés sur Firefox cette année sauront convaincre les internautes.

Source clubic.com

Vous utilisez Firefox ? La prise en charge de Flash s’arrête le 26 janvier

Vendredi 8 janvier 2021

Ce 26 janvier 2021, le navigateur Firefox annoncera fin de la prise en charge d’Adobe Flash. Tout comme pour Safari, Chrome, Edge, Opera, Brave, la transition aura duré près de 4 ans.

La version 84 de Firefox, publiée le 15 décembre dernier, aura donc été la dernière version à prendre en charge le greffon. Le 26 janvier 2021, la version 85 de Firefox sera livrée sans prise en charge de Flash. Tout est allé un peu plus vite sur les canaux bêta et nightly, puisque la prise en charge de Flash a pris fin « respectivement le 17 novembre 2020 et le 14 décembre 2020 ».

Impossible de revenir en arrière : il n’y aura pas de réglage pour réactiver le support Flash. D’ailleurs, le plugin Adobe Flash cessera de charger du contenu Flash après le 12 janvier 2021. C’est tout proche.

Pour en savoir plus sur la transition, rendez-vous dans le documentation de Mozilla.

Source toolinux.com