Archive for avril, 2022

Déclaration pour un internet libre, démocratique et ouvert

Vendredi, avril 29th, 2022

Ce jeudi, l’Union européenne, les États-Unis et des dizaines de pays ont proposé une déclaration pour le futur de l’internet. Il doit être libre, ouvert et fondé sur l’interopérabilité.

L’Union européenne a collaboré avec les États-Unis afin d’élaborer une vision commune pour le futur de l’internet mondial. La déclaration pour le futur de l’internet entend représenter les valeurs de l’UE telles qu’elles sont inscrites dans la Charte des droits fondamentaux. L’internet doit être ouvert, libre, mondial, interopérable, fiable et sécurisé. Les signataires marquent leur engagement à protéger et à respecter les droits de l’homme en ligne et dans le monde numérique.

« Les partenaires de la déclaration affirment que l’internet doit renforcer les principes démocratiques fondamentaux, les libertés fondamentales et les droits de l’homme tels qu’ils figurent dans la déclaration universelle des droits de l’homme. Ils partagent la conviction que l’internet doit fonctionner comme un réseau unique et décentralisé de réseaux, où les technologies numériques sont utilisées de manière fiable, en évitant toute discrimination injuste entre les individus et en permettant la contestabilité des plateformes en ligne, ainsi qu’une concurrence loyale entre les entreprises. »

Outre les pays de l’Union Européenne, on compte 32 signataires. On y retrouve l’Ukraine, la Moldavie, Taiwan, la Serbie, Israël, le Japon, la Grande-Bretagne, mais quelques grands absents notables, dont la Chine… et la Russie. D’autres, pays, entreprises et institutions sont invitées à rejoindre le mouvement, qui se traduira par des événements et manifestations cet été, d’ordre purement politique.

Principes de base

Vous pouvez télécharger la déclaration en PDF sur le site de la Commission Européenne.

Source toolinux.com

Vulnérabilités dans le noyau Linux de RedHat, SUSE et Ubuntu

Vendredi, avril 29th, 2022

CERT-FR publie cette semaine une série d’avertissements relatifs au noyau Linux des distributions suivantes : RedHat, Ubuntu et SUSE. Voici les détails et ce qu’il faut faire.

Le Centre gouvernemental de veille, d’alerte et de réponse aux attaques informatiques publie régulièrement des avis de sécurité. Cette fois, ce sont 3 distributions Linux majeures qui sont concernées par des avis publiés coup sur coup ce 27 avril.

Plusieurs vulnérabilités ont été découvertes dans le noyau Linux de SUSE : « Certaines d’entre elles permettent à un attaquant de provoquer un problème de sécurité non spécifié par l’éditeur, un déni de service à distance et un contournement de la politique de sécurité« . Celles qui ont été découvertes dans le noyau Linux de Red Hat permettent « à un attaquant de provoquer un déni de service à distance et une élévation de privilèges« . De nombreuses versions de SUSE et RedHat sont concernées par ce problème.

Enfin, idem dans le noyau Linux d’Ubuntu 22.04 LTS, dont nous vous parlions dans cet article : les vulnérabilités permettent à un attaquant de « provoquer une exécution de code arbitraire à distance, un déni de service à distance et une atteinte à la confidentialité des données« .

Les avis sont assortis de solutions pratiques, qui consistent bien souvent en une simple mise à jour.

Nous vous conseillons de vous abonner aux bulletins de sécurité, disponibles via des flux RSS (alertes, menaces, avis, bulletins). Un flux RSS complet est également proposé par le CERT-FR à cette adresse.

Source toolinux.com

Linux : Comment créer rapidement une machine virtuelle avec Boxes ?

Jeudi, avril 28th, 2022

Boxes est un excellent moyen de créer des machines virtuelles sous Linux. La rédaction de ZDNet vous propose de suivre le guide pour apprendre à utiliser cet outil.

Imaginez : vous utilisez une distribution Linux et vous souhaitez déployer rapidement une machine virtuelle d’une autre distribution Linux à des fins de test, ou pour disposer d’un système d’exploitation secondaire à utiliser pour développer, faire de la formation ou simplement pour vous amuser à essayer différentes distributions.

Une des façons les plus faciles de procéder est de passer par Boxes, qui fait partie de l’écosystème du bureau GNOME et peut être utilisé pour faire tourner des machines virtuelles. Vous pouvez créer autant de machines virtuelles que vous le souhaitez (à condition que votre espace de stockage local soit suffisant).

Ces machines virtuelles se comportent comme des systèmes d’exploitation invités sur votre hôte, vous pouvez donc les utiliser pour vous connecter, installer des applications et faire à peu près tout ce que vous faites avec votre système d’exploitation hôte. L’avantage de ces machines virtuelles est qu’elles peuvent être créées et détruites facilement.

Savez-vous virtualiser ?

Si quelque chose ne va pas, vous pouvez supprimer la machine virtuelle sur laquelle vous travaillez et en démarrer une autre. Supposons, par exemple, que vous souhaitiez installer une application mais que vous ne soyez pas sûr à 100 % de la manière dont elle interagira avec votre système d’exploitation hôte (ou si elle est suffisamment sûre pour être installée sur l’hôte, où résident vos données personnelles) ; créez une machine virtuelle, testez l’application et détruisez la machine virtuelle sans endommager votre système d’exploitation par défaut.

Laissez-nous vous montrer comment faire. Nous allons créer une instance de Endless OS en tant qu’invité sur Pop!_OS fonctionnant comme hôte. Avant de commencer, vous devez d’abord vous assurer que votre matériel est capable de virtualiser. Pour ce faire, connectez-vous à votre bureau Linux, ouvrez une fenêtre de terminal, et lancez la commande « lscpu ».

Dans la sortie de cette commande, vous devriez voir quelque chose comme ceci : Virtualisation : VT-x. Si cette ligne apparaît, c’est que vous êtes prêt.

Installation de Boxes

Boxes n’étant pas installé par défaut, vous devrez peut-être commencer par l’installer. Vous pouvez le faire de deux façons. La manière la plus simple d’installer Boxes est d’ouvrir le centre de logiciels (tel que GNOME Software sur GNOME ou Discover sur KDE) et de rechercher Boxes. Une fois l’entrée localisée, cliquez dessus, puis cliquez sur Installer. Si vous préférez l’approche en ligne de commande, ouvrez une fenêtre de terminal et exécutez l’une des commandes suivantes.

  • Pour les distributions basées sur Ubuntu : sudo apt-get install gnome-boxes -y
  • Pour les distributions basées sur Red Hat : sudo dnf install gnome-boxes -y

Une fois le logiciel installé, vous êtes prêt à lancer votre première machine virtuelle.

Création d’une machine virtuelle avec Boxes

Ouvrez Boxes à partir du menu de votre bureau. Dans la fenêtre qui en résulte, cliquez sur « + » dans le coin supérieur gauche. Dans la fenêtre pop-up qui en résulte, faites défiler vers le bas et localisez le système d’exploitation Linux que vous voulez utiliser pour la machine virtuelle.

Dans notre cas, nous allons utiliser Endless OS Basic x86_64. Faites votre choix et Boxes créera automatiquement la machine virtuelle (cela peut prendre un certain temps, en fonction de la vitesse de votre connexion internet). Lorsque le téléchargement de l’ISO nécessaire est terminé (ce que Boxes fait automatiquement), configurez les options de limite de mémoire et de stockage en fonction de vos besoins et cliquez sur Créer pour terminer.

Boxes démarrera automatiquement le nouveau système d’exploitation invité, où vous pourrez ensuite suivre le processus d’installation. Le déroulement du processus d’installation dépend du système d’exploitation Linux que vous avez choisi pour l’invité. Une fois l’installation terminée, vous devrez redémarrer et vous pourrez vous connecter à votre invité.

Lorsque vous avez fini d’utiliser la machine virtuelle, vous pouvez cliquer sur la flèche pointant vers la gauche pour mettre l’invité en pause, puis fermer les boîtes. Vous pouvez ensuite cliquer sur le lanceur de votre machine virtuelle pour la démarrer à tout moment. Voilà à quel point il est facile de faire tourner une machine virtuelle Linux avec Boxes. Si vous en avez besoin un jour et que votre système d’exploitation hôte est Linux, Boxes est une excellente option qui nécessite beaucoup moins de configuration et de gestion que certains de ses concurrents (comme VirtualBox).

Source : zdnet.com

Europe: 38 organisations et entreprises demandent le droit d’installer tout logiciel sur tout appareil

Jeudi, avril 28th, 2022

La Free Software Foundation Europe (FSFE) et 37 organisations et entreprises demandent aux législateurs de l’UE, au nom de l’éco-conception, de permettre «une économie numérique plus durable».

La Free Software Foundation Europe (FSFE) publie une lettre ouverte, cosignée par 37 organisations et entreprises*, pour demander aux législateurs de l’Union européenne «le droit d’installer tout logiciel sur tout appareil, incluant le plein accès au matériel. Ces droits viennent au soutien de la réutilisabilité et la longévité de nos appareils.»

Le droit de choisir

Les signataires demandent aux législateurs européens «une économie numérique plus durable en donnant aux utilisateurs le droit de choisir librement les systèmes d’exploitation, les appareils et les services». Ils indiquent que «l’Union européenne est sur le point de redéfinir le critère d’éco-conception pour les produits dans plusieurs propositions législatives, incluant l’Initiative pour des Produits Durables, l’Initiative pour l’Électronique Circulaire, et le Droit de Réparer.

Ces propositions ont pour objectif d’étendre la durée d’utilisation des matériels et de faciliter l’utilisation circulaire des appareils électroniques.

Les régulations actuelles datent de 2009 et n’incluent aucun critère visant la conception et les licences des logiciels comme facteur important pour la durabilité des produits électroniques. Les logiciels influencent directement pendant combien de temps les consommateurs peuvent continuer d’utiliser leurs appareils.»

Contre les « restrictions artificielles »

Dénonçant des «restrictions artificielles sur l’utilisation et la réutilisation des matériels» «finalement imposées par les logiciels», la FSFE et ses cosignataires soulignent par leur lettre que «utiliser des licences de Logiciels Libres résout un grand nombre de ces problèmes et de cette façon devient crucial pour une conception écologique et pour la durabilité des matériels», note la FSFE.

La lettre ouverte distingue:

– «le droit universel d’installer tout logiciel sur tout appareil»: «Les utilisateurs douvent avoir le droit universel d’installer et développer tout système d’exploitation et logiciel qu’ils veulent pour tout appareil.»

– Le choix libre des fournisseurs de services en ligne: «Utiliser un certain matériel ne doit pas dicter quels services en ligne utiliser. L’obligation de se connecter aux services en ligne via les Standards Ouverts doit donner aux utilisateurs le pouvoir de choisir des services de divers fabricants, incluant les services auto-hébergés ou ceux hébergés par des tiers.»

– «Appareils interopérables et compatibles»: «Utiliser un certain matériel ne doit pas dicter quels autres matériels acheter afin de conserver ces appareils connectés. Les fabricants doivent fournir toutes les données nécessaires pour utiliser un appareil dans le format des Standards Ouverts, permettant l’interopérabilité des appareils. L’incompatibilité artificielle des appareils doit être
interdite.»

– «Publication du code source des pilotes, outils et interfaces»: «Les fabricants doivent permettre aux utilisateurs de remanier, remplacer ou réparer toute partie des appareils. Cela n’est possible que si les utilisateurs peuvent accéder à et réutiliser le code source de tous les pilotes, outils et interfaces nécessaires pour utiliser l’appareil et ses composants. Cela signifie que le code source des outils, pilotes et interfaces de chaque élément matériel dans un appareil doit être publié sous une licence de Logiciel Libre.»

* Parmi les signataires initiaux se trouvent la Campagne européenne Droit de Réparer (European Right to Repair Campaign – repair.eu), la Round Table Repair, et l’Initiative Netzwerk Reparatur — «représentant ensemble des centaines d’initiatives et d’associations du secteur de la réparation européen -, ainsi que iFixit, Fairphone, Germanwatch, Open Source Business Alliance, Wikimedia DE, Digitalcourage, European Digital Rights Initiative, et 28 autres organisations». Dont aussi, côté libristes, l’Associação Nacional para o Software Livre (ANSOL, Portugal), l’European Open Source Business Association (APELL), la Document Foundation…

Source zdnet.fr

Linux Mint : prise en main de l’outil graphique de mise à jour

Mardi, avril 26th, 2022

L’équipe de Linux Mint propose depuis peu un outil dédié aux mises à jour de ses systèmes. Bien qu’il ne soit pas encore finalisé, il permet de se faire une très bonne idée de ce qu’il a dans le ventre. Que les utilisateurs se rassurent, mintupgrade remplit très bien sa mission.

Linux Mint a de nombreux fans. Ce système, basé sur les versions LTS d’Ubuntu, a séduit de nombreuses personnes par son interface léchée et ses outils intégrés. La distribution ne fait pas la course aux nouveautés et n’utilise presque jamais les versions flambant neuves des paquets, en dehors de certaines applications comme Firefox.

Il existe également une autre version, baptisée Linux Mint Debian Edition, ou LMDE. Comme son nom l’indique, elle se base sur Debian en lieu et place d’Ubuntu. Cette distribution gagne en visibilité depuis environ un an, car les choix de Canonical pour son Ubuntu sont en partie contestés, en particulier la grande invasion des snap.

Linux Mint a cependant, et depuis toujours, un problème avec les mises à jour majeures. Lorsque l’on souhaite migrer vers la nouvelle édition, il vaut mieux attendre que l’équipe publie une procédure. Le constat est valable pour les deux éditions, classique et Debian.

Un outil a cependant été présenté : mintupgrade. Disposant d’une interface graphique, il doit s’occuper comme un grand de la procédure.

Source nextinpact.com

Canonical Ubuntu 22.04 LTS : tous les détails

Lundi, avril 25th, 2022

Nous vous l’annoncions mercredi dernier. La dernière version LTS du système d’exploitation Ubuntu 22.04 est disponible depuis quelques jours. Voici toutes les nouveautés apportées par cette mise à jour importante.

Dans son communiqué officiel, Canonical vante les mérite de son système d’exploitation pour les entreprises et les institutions, parlant de « bonds en avant significatifs en matière de confidentialité dans le cloud, de noyau en temps réel pour les applications industrielles et de conformité à Active Directory, PCI-DSS, HIPAA, FIPS et FedRAMP pour les entreprises« . Ubuntu est d’ailleurs la seule distribution Linux prenant en charge les VM Azure Confidential.

« Notre mission est d’être une plateforme open-source sécurisée, fiable et cohérente – partout« , déclarait lors de la présentation officielle Mark Shuttleworth, le PDG de Canonical. « Ubuntu 22.04 LTS stimule l’innovation pour les industries ayant des besoins de sécurité d’infrastructure exigeants, tels que les télécommunications et l’automatisation industrielle dans leur transformation numérique. »

Ubuntu 22.04 : quoi de neuf ?

Ubuntu Desktop opte automatiquement pour le noyau Linux 5.17 sur les dernières générations de périphériques certifiés, avec d’autres nouveautés à tous les étages :

BlueZ 5.63 57
CUPS 2.4 22
NetworkManager 1.36 68
Mesa 22 44
GNOME 42
Poppler 22.02 29
PulseAudio 16 81
xdg-desktop-portal 1.14 28
LibreOffice 7.3
Firefox 99
Thunderbird 91

Ubuntu Desktop 22.04 LTS bénéficie d’améliorations significatives en termes de convivialité, de batterie et de performances avec l’arrivée officielle de GNOME 42, notamment grâce aux profils d’alimentation GNOME.

L’ergonomie n’est pas oubliée : Ubuntu 22.04 LTS propose dix couleurs d’accentuation différentes, appliquées aux variantes sombres et claires du thème Yaru, ainsi que la plus vaste sélection de fonds d’écran communautaires à ce jour dans la distribution.

L’OS apporte de nombreuses optimisations au niveau des pilotes graphiques Intel et Raspberry Pi.

Enfin, Ubuntu 22.04 LTS ajoute Rust et passeà OpenSSL v3, avec de nouveaux algorithmes pour une sécurité accrue.

ARM et Rapsberry Pi

Ubuntu 22.04 LTS est la première version LTS avec le support d’Ubuntu Desktop sur le Raspberry Pi 4. La prise en charge va désormais du Raspberry Pi Zero 2W au Raspberry Pi 4 avec 2 Go, ce qui en fait un ’environnement de bureau de développement beaucoup plus abordable encore.

Pour garantir de bonnes performances sur Arm, Canonical a également optimisé les images Ubuntu 22.04 LTS pour AWS Graviton. Sur AWS, Ubuntu est disponible à partir d’EC2.

Windows Subsystem for Linux

Les utilisateurs d’Ubuntu WSL peuvent passer directement à la version 22.04 LTS. Ubuntu WSL offre une meilleure intégration avec les environnements de développement natifs de Windows, comme Visual Studio Code et Docker Desktop. Les utilisateurs peuvent désormais mélanger les commandes Windows et Linux.

Télécharger Ubuntu 22.04

Vous pouvez télécharger gratuitement la dernière version LTS d’Ubuntu, pour les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables. Plusieurs versions sont déjà disponibles :

Ubuntu Desktop et Server
Ubuntu Cloud
Lubuntu
Kubuntu
Ubuntu Budgie
Ubuntu Kylin
Ubuntu MATE
Ubuntu Studio
Xubuntu

L’image de base Ubuntu 22.04 LTS est également disponible sur Docker Hub.

Support LTS

LTS signifie support à long terme, c’est-à-dire cinq ans, jusqu’en avril 2027. Ubuntu 22.04 bénéficiera ainsi de mises à jour de sécurité et de maintenance gratuites, garanties.

Configuration recommandée

La configuration minimale recommandée pour Ubuntu 22.04 :

Processeur double cœur de 2 GHz
4 Go de mémoire système
25 Go d’espace libre sur le disque dur
Accès à internet
Un lecteur de DVD ou un port USB pour le support d’installation.

Source toolinux.com

L’April présente aux JRES du 17 au 20 mai 2022 à Marseille

Dimanche, avril 24th, 2022

La 14e édition des JRES (Journées RÉSeaux de l’enseignement et de la recherche), qui devait initialement se tenir en 2021, a été reportée pour cause de Covid et aura finalement lieu du 17 au 20 mai 2022 à Marseille. On pourra y découvrir plusieurs dizaines de présentations issues d’auteur⋅e⋅s de la communauté enseignement/recherche. Le programme complet est disponible sur le site de la manifestation.

À cette occasion, l’April tiendra un stand dans le village associatif.

Eda Nano, administratrice de l’April, interviendra avec Olivier Langella et Filippo Rusconi dans la conférence « Logiciels libres : à la recherche du bien commun », mercredi 18 mai de 15 h 10 à 15 h 30, salle 3.

Source april.org

bouton_web_soutien_88x31

Évaluez ceci :

Tout ce qui change avec la mise à jour LXQt 1.1.0

Mardi, avril 19th, 2022

Un peu plus de 5 mois après la sortie symbolique de la version 1.0, LXQt 1.1.0 vient peaufiner l’environnement de bureau léger basé sur Qt pour les distributions GNU/Linux et FreeBSD.

La mise à jour LXQt 1.1.0 a été livrée vendredi dernier. Elle est basée sur Qt 5.15, la dernière version LTS de Qt 5. Le portage vers Qt6 a bien commencé, mais une version stable de KF6 est attendue pour que le portage soit complet.

Le gestionnaire de fichiers de LXQt supporte maintenant l’interface DBus du gestionnaire de fichiers, qui est utilisée par certaines applications (comme Firefox et Chromium) qui font appel au gestionnaire de fichiers par défaut pour, par exemple, afficher les fichiers dans les dossiers.

Les thèmes LXQt reçoivent également une série d’améliorations bienvenues. Un nouveau thème et plusieurs fonds d’écran ont été ajoutés. Les traductions ont reçu de nombreuses mises à jour.

La liste complète des changements est disponible sur cette page.

Pour télécharger la nouvelle version, rendez-vous sur le wiki officiel, où vous trouverez les paquetages correspondant à votre distribution (Debian, Fedora, Gentoo, Mageia, etc.) et pour FreeBSD.

Source toolinux.com

Ubuntu 22.04 va sortir, avec son nouveau logo

Vendredi, avril 15th, 2022

Ubuntu 22.04 LTS, actuellement en version bêta, sortira le 21 avril prochain. L’occasion de revenir sur les changements subtils, mais surtout symboliques, du fameux logo que Canonical a revu pour l’occasion. Qu’est-ce qui change exactement ?

À l’approche de la sortie d’Ubuntu 22.04 LTS, qui va notamment inaugurer le nouvel installateur basé sur Flutter, c’est le logo d’Ubuntu qui s’offre un nettoyage de printemps. Les explications se trouvent sur le blog officiel.

D’où vient le logo d’Ubuntu ?

Le logo représente en réalité ce que Canonical appelle le « Circle of Friends », à savoir le Cercle des amis.

Quoi de neuf dans la nouvelle version du logo ?

Dans cette nouvelle version, ce qui n’a pas changé, c’est la combinaison classique de couleurs blanc sur orange, mais « la nouvelle version arbore des lignes épurées qui lient encore plus étroitement le Cercle des amis« . « Il est également un peu plus logique que les têtes soient maintenant à l’intérieur du cercle, se faisant face et se connectant plus directement« , explique Canonical.

Pourquoi le logo a été revu

Marcus Haslam, le designer à l’origine, en dit plus sur le processus de refonte : « Il y a treize ans, tout comme aujourd’hui, le processus a été long et minutieux pour parvenir à la version finale. Avec notre PDG, Mark Shuttleworth, nous avons eu carte blanche dans notre réflexion à chaque fois. Nos valeurs n’avaient pas changé à l’époque et elles n’ont pas changé aujourd’hui. Au bout du compte, rien n’avait plus de sens qu’actualiser le Cercle des amis pour lui donner un aspect plus contemporain. Le fait de boucler la boucle et d’y revenir a été une puissante affirmation de nos valeurs.«

Quand sort Ubuntu 22.04 ?

Ubuntu 22.04 sortira le 21 avril 2022. Nous vous informerons de la sortie et des nouveautés.

Vidéo

Quelle part de marché pour Linux dans le monde ? Les derniers chiffres

Lundi, avril 11th, 2022

Linux occupe aujourd’hui 2,36% du marché des systèmes d’exploitation de bureau. Android continue de dominer le mobile, mais pas les tablettes.

Nous savons, grâce à Statcounter, quels sont les systèmes d’exploitation les plus répandus, à la fois sur les ordinateurs, les mobiles et les tablettes. Voici les derniers chiffres (mars 2022).

Sur ordinateur

Pour le marché des ordinateurs, Windows continue de dominer le marché mondial avec 75,7% des ordinateurs de bureau ou portables. C’est un léger bon en avant : en mars 2021, le système d’exploitation de Microsoft était crédité de 75,56%. Son plus proche concurrent s’appelle macOS et 15,32% de parts de marché. C’est un peu moins bien que les 16,48% de l’an dernier.

Quelle est la part de marché de Linux ?

Linux occupe la 4e place avec 2,19 %, une petite progression par rapport au même mois en 2021, où Linux était crédité de 1,91%.

Et ChromeOS ?

ChromeOS occupe aujourd’hui 2,36% du gâteau, contre 1,97% l’an dernier. La progression est notable.

Quelles versions des OS ?

Windows 10 est le système d’exploitation le plus utilisé (74,82%)) devant Windows 7 (12,11%) pour Microsoft.

Windows 11 occupe déjà 8,45% du parc installé. Le système était à 2,6% en janvier 2022.

Pour Linux, le détail des distributions n’est pas fourni par StatsCounter.

Sur le mobile

Android est le premier système d’exploitation sur mobile : il est crédité de 71,7% des terminaux en circulation, devant iOS à 27,57%. KaiOS compte pour 0,14%. Les chiffres sont très stables d’une année à l’autre.

Quant aux versions d’Android, elles avancent toujours en ordre très dispersé : 35,62 pour Android 11, 23,81% pour Android 10, 11,77% pour Android 9 et encore 6,28% pour Android 8.1. Android 12 progresse bien à 9,47%.

Sur tablette

Pour les tablettes, Android occupe toujours la 2e place, avec un score moins élevé que sur smartphone : 45,99%. iPadOS dispose d’une avance confortable, avec 53,92% du marché.

Sur ce segment, Windows occupe 0,03% et Linux également 0,03%. Le Playbook de BlackBerry continue de faire de la figuration ou de la résistance à 0,01%.

Source toolinux.com