Archive for the ‘Linux’ Category

Les meilleures distributions Linux pour les pros

Samedi, décembre 4th, 2021

La rédaction de ZDNet vous livre son top 5 des meilleures distributions Linux à destination d’un public professionnels. Programmeurs, administrateurs système ou ingénieur, cette sélection est faite pour vous !

Si vous lisez ces lignes sur un téléphone Android ou sur un Chromebook, félicitations ! Vous utilisez Linux, et il est fort possible que vous ne le sachiez même pas. En parallèle existent également les distributions Linux qui nécessitent une certaine expertise pour en tirer le meilleur parti.

Pourquoi voudriez-vous vous donner cette peine ? Parce que vous êtes un programmeur, un ingénieur ou un administrateur système qui veut tirer le meilleur parti de Linux. Ou bien, vous êtes un utilisateur expérimenté et vous voulez pousser votre ordinateur aussi loin que possible. Si c’est votre cas, alors ces distributions sont faites pour vous.

Fedora, le choix du programmeur

Fedora est un système d’exploitation gratuit et open Source basé sur un noyau Linux. Vous pouvez l’installer sur n’importe quel PC à la place de Windows ou en dual boot pour avoir les deux systèmes.

  • Téléchargements : 19
  • Date de sortie : 02/11/2021
  • Auteur : Fedora Project
  • Licence : Logiciel Libre
  • Catégories : Système d’exploitation
  • Système d’exploitation : Linux

 

Vous saviez que Fedora, la distribution Linux communautaire de Red Hat, serait la première sur ma liste. Il s’agit en effet de la distribution grand public qui repousse les limites de Linux. Elle est alimentée par le tout dernier noyau Linux et par les derniers logiciels libres. En particulier, Fedora est le Linux de choix pour les programmeurs. Une personnalité aussi importante que Linus Torvalds utilise Fedora pour ses travaux de développement. Faut-il en dire plus ?

Fedora est facile à installer et à configurer. Il n’est pas nécessaire d’être un expert en Linux pour l’utiliser. Pour les programmeurs, Fedora dispose également d’un excellent portail pour les développeurs. Il comprend des guides dédiés au développement d’applications en ligne de commande, de bureau, mobiles et Web.

Le portail des développeurs de Fedora comprend également un excellent guide pour le développement de périphériques matériels tels que Arduino et Raspberry Pi. Enfin, elle est fournie avec des outils de développement tels que l’environnement de développement intégré (IDE) Eclipse pour Java, C/C++ et PHP et Vagrant, un outil permettant de créer des environnements de développement reproductibles et portables basés sur des conteneurs ou des machines virtuelles (VM).

À moins que vous ne travailliez sur les programmes de la famille Debian/Ubuntu, Fedora devrait être votre premier choix pour un système d’exploitation de développement. Pour les développeurs de ce groupe, je recommande la version la plus récente d’Ubuntu.

Arch Linux/Manjaro Linux, pour un contrôle absolu de votre bureau

Vous voulez configurer un bureau Linux pour qu’il fonctionne et ait l’air exactement comme vous le souhaitez ? Si c’est votre cas, alors Arch Linux mérite votre attention. Avec Arch, tout est sous votre contrôle. C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Bien que le slogan d’Arch soit « Keep it simple », la simplicité est dans l’œil de l’utilisateur. Pour quelqu’un dont le premier « bureau » était le Bourne shell, ce n’est pas si difficile. Mais, pour ceux qui n’ont pas grandi avec une ligne de commande, c’est une autre affaire.

Arch n’est en effet livré qu’avec un shell de commande. C’est à vous de choisir l’environnement de bureau que vous utiliserez et la façon dont vous le personnaliserez. Avec de la sueur et du travail, vous pouvez l’adapter à vos exigences et besoins exacts. Ce n’est pas facile. Même avec l’aide de son excellent site de documentation ArchWiki, vous aurez beaucoup de travail… Mais, lorsque vous aurez terminé, vous disposerez d’un bureau unique qui vous appartiendra.

Si cela vous semble trop de travail, vous pouvez utiliser Manjaro Linux. Cette distribution prend en charge une grande partie du sang, de la sueur et des larmes de l’installation et du fonctionnement d’Arch. Elle se décline en trois éditions de bureau principales : GNOME, KDE Plasma et XFCE.

En même temps, si vous voulez changer de noyau Linux, Manjaro est l’une des rares distributions qui facilite le changement de système d’exploitation. Elle prend en charge plusieurs noyaux simultanément. Il vous suffit de redémarrer votre système, de faire votre choix dans le menu de démarrage, et vous êtes de retour sur votre bureau avec un nouveau noyau en dessous.  Est-ce quelque chose que la plupart des gens voudront faire ? Non. Mais si vous voulez sérieusement tester le noyau Linux, alors Manjaro est fait pour vous.

Gentoo Linux, explorez les entrailles de Linux

 

Une méta-distribution Linux

  • Téléchargements : 1
  • Date de sortie : 11/03/2016
  • Auteur : Gentoo Foundation, Inc.
  • Licence : Logiciel Libre
  • Catégories : Utilitaires
  • Système d’exploitation : Windows

 

Vous voulez vraiment, vraiment vous plonger dans les méandres de Linux ? Si oui, la distribution Gentoo, basée sur le code source, est faite pour vous. Pour commencer, il n’y a pas de programme d’installation pour Gentoo. Comme le disent ses développeurs, « Vous êtes l’installateur ».

Cela signifie que « vous pouvez appliquer toutes les personnalisations que vous désirez » – une fois que vous avez absorbé le manuel de Gentoo. À moins que vous ne soyez un utilisateur expert de Gentoo, je vous conseille vivement de conserver une copie du Manuel sur un autre ordinateur. Vous allez avoir besoin de toute l’aide possible pour mettre Gentoo en route.

Une fois que vous l’aurez fait, vous devrez également apprendre les tenants et aboutissants du système de paquets Portage. Contrairement à presque toutes les autres distributions Linux, qui utilisent des systèmes d’empaquetage de logiciels binaires tels que RPM de Red Hat et APT de Debian, Portage est basé sur le code source. Ainsi, par exemple, si vous voulez installer un programme dans Portage, vous compilez le code source de l’application sur votre machine. Vous pouvez également « éditer » la source en utilisant les personnalisations de USE flags.

Facile à faire ? Pas du tout ! Mais si vous voulez un contrôle absolu sur ce qui se trouve sur votre bureau, Gentoo est fait pour vous. Vous voulez beaucoup de puissance sans avoir à fournir autant d’efforts ? Alors, tout comme Arch et Manjaro, vous pouvez utiliser Sabayon Linux avec Gentoo. L’objectif des développeurs de cette distribution est d’offrir la meilleure expérience utilisateur possible en fournissant les dernières technologies open-source dans un format élégant. Dans Sabayon, tout doit fonctionner. Nous offrons un système d’exploitation à la pointe du progrès qui est à la fois stable et fiable. »

En fait, Sabayon prend la plupart des décisions de configuration de Gentoo à votre place. Vous gardez un grand contrôle, mais vous n’avez pas besoin de tourner chaque bouton et d’actionner chaque interrupteur pour obtenir un système fonctionnel.  À l’avenir, Sabayon va changer de nom pour devenir MocaccinoOS. La principale différence avec Gentoo est qu’il utilise le nouveau système d’empaquetage basé sur des conteneurs, Luet. Ce système est encore en version bêta, et je ne peux recommander cette version qu’aux développeurs et utilisateurs expérimentés.

Kali Linux, le Linux des pros de la sécurité… Et des hackers !

Maintenant, passons à quelque chose de différent. Kali Linux est une distribution Linux conçue pour les tests de pénétration ou le piratage. Grâce à la série Mr. Robot, Kali Linux est la plus connue des distributions de piratage. Kali Linux est le travail des développeurs de la société de sécurité Offensive Security. Elle est construite sur Debian. Historiquement, elle remonte à la distro BackTrack, une distribution de tests de pénétration et de criminalistique numérique basée sur Knoppix.

Si l’installation et la configuration de Kali sont aussi faciles que celles de n’importe quelle distribution Debian, les paquets logiciels par défaut prennent un cours différent. Par exemple, au lieu de LibreOffice pour votre suite bureautique par défaut ou Thunderbird pour votre client de messagerie, aucun n’est fourni par défaut. À la place, il est livré avec des programmes de sécurité tels que OWASP ZAP, pour battre les sites Web à la recherche de problèmes de sécurité ; SQLMAP, qui automatise la détection et l’exploitation des vulnérabilités par injection SQL ; et THC Hydra, un craqueur de mots de passe populaire.

Kali Linux ne peut toutefois pas vous transformer en hacker ou en expert en sécurité. Pour cela, vous devez vraiment savoir ce qu’il en est des ordinateurs, du codage et de la sécurité. Il vous fournit simplement les outils et les besoins d’expert pour commencer.  Si vous voulez juste faire semblant d’être un hacker, commencez par Hacker Typer. Profitez-en !

SystemRescue, pour ramener des PC à la vie

Le revers de la médaille de l’intrusion dans les systèmes, ou de la vérification de la possibilité d’y pénétrer, est la réparation des systèmes déjà endommagés. La meilleure de ces distros Linux de réparation est SystemRescue. Ce système d’exploitation, également connu sous le nom de SystemRescueCD, ce qui vous donne une idée de son âge, est conçu pour réparer les ordinateurs endommagés.

Cette distribution se révèle bien utile pour aider les utilisateurs de PC Windows lorsqu’ils rencontrent des problèmes d’installation de Windows et de disques durs corrompus. Elle n’est pas conçue comme un système d’exploitation permanent. Au lieu de cela, vous le démarrez à partir d’une clé USB, d’un lecteur de DVD ou même d’un lecteur de CD. Une fois lancé, vous pouvez l’utiliser pour explorer un ordinateur à moitié mort et tenter de le ramener à la vie.

SystemRescue n’est pas simple à utiliser. Comme Kali, il vous donne les outils dont vous avez besoin pour faire le travail. Dans ce cas, il est fourni avec des programmes tels que GNU Parted, pour manipuler les partitions de disque et les systèmes de fichiers ; ddrescue, qui est un outil de récupération de données qui fonctionne en copiant les données au niveau du bloc à partir de périphériques de stockage corrompus ; et rsync, un programme pour cloner les données d’un disque défaillant à travers votre réseau local vers un autre ordinateur stable.

Aucun de ces outils n’est facile à utiliser. Je ne saurais trop vous recommander de lire le manuel de SystemRescue avant d’essayer de sauver un système défaillant. Cela dit, une fois que vous saurez ce qu’il faut faire, vous pourrez vous attendre à recevoir des nouvelles de vos amis et de votre famille chaque fois que leur PC Windows sera sérieusement détraqué.

Source : zdnet.com

Les meilleures distributions de bureau Linux pour les débutants 2021

Samedi, novembre 20th, 2021

Vous en avez assez de Windows ? Vous en avez assez de payer cher pour des Macs ? Vous voulez un meilleur système d’exploitation de bureau, plus sûr ? Essayez Linux.

Certaines personnes insistent encore sur le fait qu’utiliser Linux est difficile. Bien sûr, c’était difficile — quand j’ai commencé dans les années 1990. Mais c’était il y a longtemps. Aujourd’hui, la distribution de bureau la plus simple de tous, Chrome OS, est simplement Linux avec le navigateur Web Chrome par-dessus. Les distributions de bureau Linux les plus complètes sont aussi faciles à utiliser en 2021 que Windows ou macOS.

Oui, vous pouvez obtenir beaucoup plus de Linux si vous savez comment faire de la programmation shell et autres. Mais c’est également vrai pour Windows et PowerShell. Avec ces deux systèmes d’exploitation, vous n’avez pas besoin de connaître les tenants et aboutissants de l’un ou l’autre pour accomplir votre travail.

Alors pourquoi changer de système ? Eh bien, pour commencer, Linux est beaucoup plus sûr que ses rivaux. À l’avenir, comme le souligne Ed Bott, beaucoup d’entre vous risquent d’être confrontés à un désastre en matière de sécurité si vous continuez à utiliser Windows 10.

De plus, Linux, comme Windows 11, fonctionnera sur pratiquement tous les PC que vous avez sous la main. Linux n’a pas besoin de beaucoup de puissance pour fonctionner correctement. Par exemple, j’ai un PC HP Pavilion Media Center TV m7360n datant de 2007 avec un processeur Pentium D 920 à double cœur de 2,8 GHz, 2 Go de RAM et un disque SATA de 300 Go qui fonctionne toujours sous Linux à ce jour. Bonne chance pour faire tourner une version moderne de Windows là-dessus.

Il était autrefois difficile d’installer des programmes sur Linux, mais ce n’est plus le cas. Sous le capot, certaines choses peuvent encore être complexes, mais maintenant presque toutes les distributions ont des magasins d’applications.

Si vous avez encore besoin de certains programmes Windows, vous pouvez toujours essayer Crossover Linux pour les exécuter sous Linux. Il n’exécute pas toutes les applications Windows, mais la plupart d’entre elles fonctionnent étonnamment bien.

En tout état de cause, étant donné que la plupart de ces programmes sont désormais disponibles sous forme de Software as a Service (SaaS), les programmes natifs pour Windows sont moins nécessaires que jamais. En effet, nous évoluons vers un monde professionnel où tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un navigateur Web pour pouvoir utiliser une plateforme Desktop-as-a-Service (DaaS).

L’avenir du poste de travail mis à part, contrairement à Windows, où les seuls choix réels aujourd’hui sont Windows 10 ou 11, il existe des centaines de distributions de bureau basées sur Linux. À cela s’ajoutent de nombreuses interfaces de bureau Linux, chacune ayant son propre aspect et son propre ressenti, comme KDE, GNOME, Cinnamon, Lxde, Xfce, et bien d’autres encore. La plupart des distributions ont une interface utilisateur principale, comme Fedora et GNOME et OpenSUSE et KDE, mais vous permettent également d’en choisir une à trois autres. Si vous débutez avec Linux, je vous recommande de vous en tenir à l’interface principale de la distribution.

Alors que choisir ? Heureusement pour vous, vous n’avez pas besoin de tout essayer pour trouver votre bonheur.

La question clé est la suivante : « Dans quel but voulez-vous utiliser Linux ? » Pour les débutants, je propose ce qui est la plus facile à prendre en main, la meilleur distribution bureau Linux global, la distribution la plus facile à apprendre, la plus simple pour les utilisateurs de Windows et la plus facile pour les utilisateurs de machines plus anciennes.

Pour ceux d’entre vous qui ne me connaissent pas encore, j’utilise Linux comme système d’exploitation de bureau depuis 1993, soit deux ans après la création de Linux. Et, bien avant cela, j’utilisais Unix comme système d’exploitation de bureau. Depuis, j’ai utilisé des dizaines de distributions Linux différentes, et j’ai dirigé le site Desktop Linux pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, bien que j’utilise également Windows et macOS, Linux est mon bureau principal. En bref, je connais les distribution Linux pour le bureau.

Donc, avec tout cela, voici mes suggestions pour les meilleurs ordinateurs de bureau pour les débutants.

Chrome OS

Vous utilisez le Web pour tout ? Vous écrivez avec Google Docs, utilisez Mint pour vos finances personnelles et Gmail pour votre courrier électronique ? Si c’est votre cas, alors ce qu’il vous faut, c’est un Chromebook.

Chrome OS, le système d’exploitation des Chromebooks, est basé sur Gentoo Linux. Gentoo est un système Linux réservé aux experts, mais vous n’avez pas besoin d’y connaître grand-chose ici. Bien que vous puissiez accéder à Linux à partir de Chrome OS, vous n’aurez jamais besoin de regarder sous le capot.

Tout le monde peut utiliser Chrome OS. Si vous lisez cet article via un navigateur Web, ce qui est très certainement le cas, vous savez déjà suffisamment utiliser « Linux » pour travailler avec un Chromebook.

Vous n’avez pas non plus besoin d’acheter un Chromebook pour utiliser Chrome OS. Neverware, ancienne société indépendante et désormais filiale de Google, propose CloudReady. Avec cette variante gratuite de Chrome OS, vous pouvez convertir pratiquement tous les PC ou Mac construits depuis 2007 en clone de Chromebook beaucoup plus sûr et utilisable. Rien de compliqué et beaucoup plus utile que ce que vous exécutez actuellement sur un vieux PC.

Linux Mint

Que conseiller à un utilisateur de Windows 10 ? De se tourner vers Linux Mint, en particulier la version utilisant l’interface Cinnamon.

Contrairement à Chrome OS, Mint avec Cinnamon ressemble beaucoup à XP ou Windows 7. Il utilise une interface WIMP (Windows Icon, Menu, and Pointer) semblable à celle que vous connaissez et aimez probablement déjà. Il ne s’agit pas d’une correspondance parfaite avec XP ou Windows 7, mais la plupart des utilisateurs de Windows trouveront que Cinnamon leur convient parfaitement.

Les utilisateurs de Linux qui ont grandi avec l’interface de style GNOME 2.x aimeront également Cinnamon. Une autre alternative intéressante pour les personnes qui aiment GNOME 2.x, et qui est également intégrée à Mint, est MATE. Cinnamon repose sur les fondations du bureau GNOME 3.x, tandis que MATE est un fork GNOME 2.x pur et simple. MATE est également disponible sur Mint.

Quoi qu’il en soit, mon système d’exploitation de bureau préféré est actuellement Linux Mint 20.2. Je le recommande vivement à tout le monde.

Ubuntu

Ubuntu et Unity sont-ils faciles à utiliser ? J’ai réussi à faire passer ma belle-mère de 82 ans à Ubuntu, et nous ne parlions même pas la même langue !

Ubuntu est simple, direct et bénéficie d’un grand soutien de la part de la communauté. Si vous avez une question, il y a certainement quelqu’un qui a eu le même problème et qui a trouvé une réponse.

Par défaut, Ubuntu utilise l’interface GNOME 3.x. Cela demande un peu d’apprentissage si vous n’avez connu que Windows auparavant, mais ce n’est pas si difficile.

Zorin OS

Donc, vous n’aimez vraiment, vraiment pas l’idée d’apprendre ne serait-ce qu’un peu de GNOME. OK, dans ce cas, essayez Zorin OS. Il est basé sur Ubuntu, tout comme Mint. Mais vous pouvez utiliser son application Zorin Appearance pour donner au bureau une apparence Windows.

La raison d’être de Zorin est de vous aider à passer de Windows, ou macOS, à Linux. Il existe en quatre versions différentes : Les éditions Core, Lite et Education sont gratuites, tandis que l’édition Ultimate, qui peut reproduire l’apparence de macOS, coûte 39 dollars. L’édition Core vous offre vraiment tout ce dont vous avez besoin, tandis que la version Lite donne un nouveau souffle aux machines plus anciennes. L’édition Education fait ce que son nom indique : elle est livrée avec des programmes éducatifs préinstallés.

Ce système d’exploitation est également accompagné d’une documentation conçue pour vous aider à passer de Windows à Linux.

MX Linux

Il y a quelques années, l’une de mes distribution de bureau Linux préférés était MEPIS Linux. Cette distribution basée sur Debian Linux fonctionnait bien. Cependant, son fondateur et mainteneur, Warren Woodford, a dû se tourner vers d’autres activités. Les fans de MEPIS ont uni leurs forces à celles de la communauté antiX Linux et ont relancé le projet sous le nom de MX Linux.

Aujourd’hui, c’est un bon bureau léger et solide qui utilise Xfce comme interface. Il fonctionne bien et est très populaire. Il est facile à prendre en main pour les débutants et vous pouvez l’exécuter même sur un ancien Pentium II. En bref, c’est l’outil idéal si vous souhaitez vous familiariser avec Linux sur un PC qui, sinon, prendrait la poussière dans votre placard.

Alors, prêt à essayer Linux ? Cela a bien fonctionné pour moi pendant presque 30 ans, et il peut bien fonctionner pour vous pendant les 30 prochaines années. Alors que la plupart des ordinateurs de bureau semblent se diriger vers un modèle DaaS – y compris Windows, je peux vous garantir que Linux sera toujours disponible pour votre PC dans plusieurs décennies.

Est ce que je peux utiliser des programmes Windows sous Linux?

Si vous avez encore besoin de certains programmes Windows, vous pouvez toujours essayer Crossover Linux pour les exécuter sous Linux. Il n’exécute pas toutes les applications Windows, mais la plupart d’entre elles fonctionnent étonnamment bien. Certains programmes Microsoft sont désormais disponibles en mode natif sur Linux. Il s’agit notamment du navigateur Edge et de Teams.

Vous pouvez également exécuter Windows 365 Cloud PC, un bureau complet Windows 10 ou 11 basé sur le cloud, à partir de Linux. Ce service d’abonnement coûte très cher. Ou, gratuitement, vous pouvez exécuter Microsoft 365 for the web (anciennement Office 365), qui vous donne accès à un sous-ensemble des fonctionnalités de Word, Excel, PowerPoint, Outlook et OneNote.

Ai-je besoin de logiciels de sécurité sur Linux?

Non, pas vraiment. Certes, si Linux est beaucoup plus sûr que Windows, il n’est pas totalement à l’abri des attaques. Mais ces attaques ont tendance à être beaucoup plus rares que celles qui visent Windows ou macOS. Cela étant dit, vous devez toujours utiliser un pare-feu, que Linux intègre, et pour arrêter les logiciels malveillants, vous pouvez envisager d’installer ESET Endpoint AntiVirus for Linux ou ClamAV.

Mentions honorables

Comme je l’ai mentionné précédemment, il existe des centaines de distributions Linux. Beaucoup d’entre elles sont également adaptées aux débutants. Parmi celles-ci, vous pouvez également vous intéresser à elementary OS, qui, de par sa conception, ressemble beaucoup à macOS ; à Pop!_OS, qui est une distribution Ubuntu légère de System76, une entreprise de PC Linux de premier plan ; et à Peppermint OS. Cette dernière est une autre distribution Linux basée sur Ubuntu. Elle a la particularité d’intégrer au bureau des applications cloud et des applications Web compatibles avec Chrome grâce à Ice.

Source : zdnet.com

Quelle part de marché pour Linux et Android ? Les derniers chiffres

Lundi, octobre 4th, 2021

Linux occupe aujourd’hui 2,35% du marché des systèmes d’exploitation de bureau. Android continue de dominer le mobile, mais pas les tablettes.

Nous savons, grâce à Statcounter, quels sont les systèmes d’exploitation les plus répandus, à la fois sur les ordinateurs, les mobiles et les tablettes. Voici les derniers chiffres (septembre 2021).

Sur ordinateur

Windows continue de dominer le marché mondial avec 74,39% des ordinateurs de bureau ou portables. C’est un nouveau recul annuel : en 2020, le système d’exploitation de Microsoft était crédité de 77,12%. Son plus proche concurrent s’appelle macOS et 15,93% de parts de marché. C’est là aussi moins bien que les 17,57% de l’an dernier.

Quelle est la part de marché de Linux ?

Linux occupe la 4e place avec 2,35 %, une petite progression par rapport au même mois en 2020, où Linux était crédité de 1,73%.

Et ChromeOS ?

ChromeOS occupe aujourd’hui 2,57% du gâteau, contre 1,52% l’an dernier. La progression est beaucoup plus importante !

Quelles versions des OS ?

Windows 10 est le système d’exploitation le plus utilisé (79,79%)) devant Windows 7 (14,8%) pour Microsoft. Chez Apple, macOS Catalina culmine à 78,23%, loin devant Mojave 7,23% et High Sierra (7,07%).

Pour Linux, le détail des distributions n’est pas fourni par StatsCounter.

Sur le mobile

Android est le premier système d’exploitation mobile sur mobile : il est crédité de 72,45% des terminaux en circulation, devant iOS à 26,74%. KaiOS compte pour 0,17%. Les chiffres sont très stables d’une année à l’autre.

Quant aux versions d’Android, elles avancent toujours en ordre très dispersé : 30,08% pour Android 11, 30,04% pour Android 10, 14,77% pour Android 9 et encore 8,03% pour Android 8.1. Android 6 compte encore pour 3,81% et 7.0 Nougat pour 3,45%, preuve que les efforts de Google auprès des constructeurs semblent vains. Android 12 pourrait changer la donne.

Sur tablette

Pour les tablettes, Android occupe toujours la 2e place, avec un score moins élevé que sur smartphone : 45,37%. iOS et iPadOS cumulés font 54,52% du marché. Sur ce segment, Windows occupe 0,05% et Linux 0,05% (0,01% en 2020). On remarque toujours la présence de BlackBerry OS (dont la seule tablette aura été le Playbook) à 0,01%, même score qu’en 2020 ! Des irréductibles ?

Source toolinux.com

Ce qu’il faut savoir sur la distribution Linux Lite 5.6

Lundi, septembre 6th, 2021

Depuis 8 ans, Linux Lite offre un système d’exploitation GNU/Linux à la fois compact, léger et rapide. La version 5.6 vient de sortir le 1er septembre. Voici les nouveautés.

C’est quoi Linux Lite

Linux Lite est un système d’exploitation GNU/Linux léger et basé sur Ubuntu LTS (LTS). Cette distribution propose un environnement de bureau Xfce personnalisé avec une interface minimaliste et simplifiée.

Contrairement à de nombreuses autres distributions GNU/Linux, Linux Lite offre une sélection limitée d’applications (une par domaine). Destinée aux nouveaux utilisateurs, la distribution basée en Nouvelle-Zélande dispose d’outils comme Lite Welcome, Lite Users, Lite Software ou encore Lite Notification.

Linux Lite 5.6 : quoi de neuf

La version 5.6 de Linux Lite OS comprend une série importante de nouveautés, avec pour base Ubuntu 20.04.3 LTS :

La possibilité d’installer Linux Lite directement à partir du module Lite Welcome
Une mise à niveau esthétique : Adapta pour le bureau, Papirus comme thème d’icônes, 7 nouveaux fonds d’écran et Roboto Regular comme caractère par défaut
Lite Tweaks permet de nettoyer le cache et supporte nativement le navigateur Brave
Le passage à Python 3

Télécharger et installer Linux Lite

Il est possible de télécharger Linux Lite OS 5.6 depuis le site officiel et gratuitement, à cette adresse. La version 64 bits livrée le 1er septembre fait 1,4 GB (ISO).

Il est possible de soutenir le projet Linux Lite OS via Patreon.

Source toolinux.com

Pour les 30 ans de Linux, Linus Torvalds se focalise sur la version 5.14 du kernel

Mardi, août 31st, 2021

Le père de Linux a sa manière bien à lui de fêter les 30 ans des débuts de l’OS open source. Loin des festivités, Linus Torvalds préfère se focaliser sur la publication de la dernière version du kernel, 5.14.

Linus Torvalds préfére que la communauté travaille sur le kernel 5.14 de Linux plutôt que de fêter les 30 ans de Linux. (Crédit Photo: DR)

 

Résolument s’occuper de Linux n’est plus un simple « hobby » pour Linus Torvalds. Il y a 30 ans, c’était pourtant le qualificatif de son message relatif à la création d’un OS libre. Trois décennies plus tard, le papa de Linux vient de rappeler que malgré les festivités, le travail sur le kernel ne s’arrête jamais. Dans un message, il a indiqué « quand vous aurez fini de fêter les 30 ans de Linux, essayez le nouveau Linux 5.14 ».

Fidèle à lui-même, il n’hésite pas à tacler cette abondance de célébrations, « je me rends compte que vous êtes tous occupés avec les galas, les bals et tous les autres événements du 30e anniversaire, mais à un moment donné, vous devez être fatigués des paillettes, des feux d’artifice et du champagne ». Et de rappeler à la communauté : « La version 5.14 est là, elle n’attend plus que vous pour la tester et vous rappeler le sens de toutes ces festivités ».

Les apports de Linux 5.14

Quels sont les apports de la dernière itération de Linux ? Les plus importantes sont sans doute memfd_secret et core scheduling, qui sont une réponse aux failles Spectre et Meldown touchant les puces Intel. Ainsi, memfd_secret permet aux applications de créer une zone de mémoire à laquelle seule cette application peut accéder, pas même le noyau. Par ailleurs, Linux peut maintenant autoriser l’hyperthreading de manière plus efficace (un moyen d’atténue Spectre et Meltdown était de le désactiver) et s’assurer que les workloads fiables ou non partagent un même kernel.

Toujours sur Intel, la version 5.14 offre plus de support pour la plateforme Alder Lake. Elle cible aussi l’architecture RISC-V en lui donnant un meilleur accès à certaines fonctions essentielles du noyau., comme la fonction de cartographie de la mémoire « transparente hugepages ». Par ailleurs, l’inclusion de SimpleDRM (Direct Rendering Manager) améliore la gestion des GPU. Parmi les autres fonctions, on peut également citer le réglage du contrôle de la bande passante CFS, l’optimisation des limitations des ressources dans les spacenames des utilisateurs. Il y a aussi un contrôleur pour la priorisation des I/O, ainsi qu’une prise en charge du pilote PCI-over-virtio.

Source lemondeinformatique.fr

Linux a 30 ans : la folle histoire d’un logiciel qui a changé le monde

Mercredi, août 25th, 2021

Il y a tout juste 30 ans, Linus Torvalds révélait travailler à la première mouture du noyau Linux. Son « hobby » de jeunesse est devenu un logiciel incontournable pour l’informatique moderne.

Joyeux anniversaire Linux ! Il y a 30 ans jour pour jour, Linus Benedict Torvalds publie un message historique sur un newsgroup consacré à l’OS Minix. « Je crée un système d’exploitation libre (c’est juste un hobby, ce ne sera pas gros et professionnel comme GNU). J’y travaille depuis le mois d’avril, et il commence à être prêt ».

Quelle modestie : Torvalds ne se doutait pas à l’époque que Linux, cet OS qu’il développait par passion pour les processeurs x86, deviendrait en quelques années une brique essentielle de l’informatique moderne. Car aujourd’hui, Linux est partout. Il est au cœur de l’ensemble des smartphones Android. Il anime une bonne partie des serveurs, la quasi-intégralité des supercalculateurs… On le trouve aussi dans d’innombrables appareils électroniques ou des ordinateurs embarqués. Il n’y a guère que sur le poste de travail –nos bons vieux ordinateurs personnels- qu’il n’a jamais vraiment décollé : malgré d’excellentes distributions gratuites (Mint, Ubuntu…), GNU/Linux reste un système prisé des geeks et des développeurs, mais peu du grand public.

Le hobby d’un étudiant solitaire

Son succès incroyable, Linux le doit avant tout à la personnalité de celui qui l’a conçu. Torvalds, brillant nerd finlandais qui le 2 janvier 1991, à 21 ans, acheta un PC flambant neuf (33 Mhz, 4 Mo de Ram…) à crédit grâce à ses menues économies. Le PC était livré avec DOS, l’OS de Microsoft. Mais Torvalds le remplaça illico par Minix, une variante d’Unix. Comme il le raconte dans son excellente autobiographie, Il rencontra toutefois des problèmes avec une application de Minix, son émulateur de terminal, qu’il utilisait pour se connecter via un modem au serveur de l’université d’Helsinki.

Lui prit alors l’idée qui allait le conduire à la création de Linux : plutôt que de créer un autre émulateur de terminal pour l’OS Minix, Torvalds décida de le développer au niveau du matériel. Une tâche dantesque, puisqu’il devait du coup apprendre comment le processeur de son ordinateur fonctionnait. « C’était l’hiver à Helsinki, j’avais un ordinateur incroyable. Le plus important dans mon projet, c’était de comprendre comment marchait cette machine et de m’amuser avec ».

Il parvint ainsi en quelques semaines à créer son émulateur de terminal en assembleur, après avoir pénétré les arcanes de l’architecture x86. Mais il eut rapidement envie d’étendre les fonctions de son programme. « Je voulais pouvoir enregistrer des choses sur le disque. Pour cela, mon émulateur de terminal nécessitait un pilote pour le lecteur de disquettes. Il avait aussi besoin d’un pilote pour système de fichiers » écrit-il. Un travail de titan. « A un moment, j’ai réalisé que mon programme accumulait tant de fonctions qu’il s’était métamorphosé en un nouveau système d’exploitation en devenir ».

Ce sera Linux : programme par programme, Torvalds crée au fil des mois un système de toutes pièces… qui était cependant loin de tourner parfaitement. « Il fonctionnait comme un Unix estropié » avoue-t-il dans son livre. Un fois Bash porté sous Linux, il prend alors une mesure radicale : il décide de distribuer gratuitement son programme sur un serveur FTP. Cette version 0.01 a été livrée le 17 septembre 1991. « Je l’ai fait principalement pour montrer que ce n’était pas bidon, que j’avais vraiment créé quelque chose ».

Du projet solo au plus important des logiciels

Malgré ses énormes bugs de jeunesse, Linux a très rapidement rencontré le succès. Dès janvier 1992, de nombreux utilisateurs de Minix switchaient déjà vers l’OS gratuit de Torvalds, passionnés par ce projet qui faisait souffler un vent d’air frais sur l’informatique. D’autant que Linus décida rapidement d’opter, à partir de la version 0.12, pour la licence GNU GPL. Linux était devenu officiellement un logiciel libre. Dès 1993, plus d’une centaine de développeurs de par le monde aidaient déjà Torvalds à développer son kernel (ils sont aujourd’hui des milliers). Les premières « distributions » intégrant le noyau Linux, les programmes GNU, une interface graphique et de nouveaux outils virent le jour à la même époque, comme Slackware, puis Debian.

Dans la seconde moitié des années 90, Linux est également adoubé par la plupart des géants de l’informatique avec l’émergence du mouvement open source : partager du code ouvert, profiter de la gratuité de Linux, participer à son amélioration est pour les entreprises un excellent moyen d’innover plus vite… et de gagner de l’argent.

Le témoin le plus spectaculaire de cette stratégie, c’est sans conteste IBM, qui, en 2000, choisit d’embrasser Linux pour l’ensemble de ses serveurs et logiciels, avant d’y investir pas moins d’un milliard de dollars. D’innombrables entreprises suivront son exemple pour intégrer Linux, un logiciel fiable, sécurisé et gratuit dans leurs produits, du serveur au lecteur MP3 en passant par les ordinateurs embarqués dans les voitures…

Aujourd’hui, la Linux Foundation compte dans ses rangs (presque) toutes les entreprises les plus innovantes du monde, de Google à Facebook en passant par Samsung ou Huawei. Même Microsoft, l’ennemi juré du logiciel libre dans les années 90, a changé son fusil d’épaule pour embrasser Linux !

30 ans après son lancement, ce projet fou d’un seul homme est devenu le plus important logiciel au monde. Et ce n’est qu’un début, comme le rappelait en 2016 Jane Silber, ancienne patronne de Canonical : « avec les progrès exponentiels du machine learning, les sociétés du futur s’appuieront demain encore plus sur les logiciels pour leurs besoins quotidiens. Et je suis heureuse que cela se fasse grâce à des programmes partagés, gratuits pour tous, et qui peuvent être examinés et améliorés par quiconque. L’intérêt public dépend de l’innovation privée et le fait que Linux existe permet de voir l’innovation arriver de partout. » Merci, monsieur Torvalds !

Source 01net.com

Quelle est la part de marché de Linux en 2021 ?

Mardi, août 3rd, 2021

Linux occupe aujourd’hui 2,38% du marché des systèmes d’exploitation de bureau. Android continue de dominer le mobile, mais pas les tablettes.

Nous savons, grâce à Statcounter, quels sont les systèmes d’exploitation les plus répandus, à la fois sur les ordinateurs, les mobiles et les tablettes. Voici les derniers chiffres (juillet 2021).

Sur ordinateur

Windows continue de dominer le marché mondial avec 72,97% des ordinateurs de bureau ou portables. C’est un net recul annuel : en 2019, le système d’exploitation de Microsoft était crédité de 77,68%. Son plus proche concurrent s’appelle macOS et 15,4% de parts de marché. C’est là aussi moins bien que les 17,76% de 2019.

Quelle est la part de marché de Linux ?

Linux occupe la 3e place avec 2,38 %, une belle progression par rapport au même mois en 2019, où Linux était crédité de 1,69%.

Et ChromeOS ?

ChromeOS occupe aujourd’hui 1,21% du gâteau, contre 0,8% l’an dernier.

Quelles versions des OS ?

Windows 10 est le système d’exploitation le plus utilisé (78,43%)) devant Windows 7 (16,03%) pour Microsoft. Chez Apple, macOS Catalina culmine à 77,21%, loin devant Mojave 7,85% et High Sierra (2,71%).

Pour Linux, le détail des distributions n’est pas fourni par StatsCounter.

Sur le mobile

Android est le premier système d’exploitation mobile sur mobile : il est crédité de 72,18% des terminaux en circulation, devant iOS à 26,96%. KaiOS compte pour 0,19%.

Quant aux versions d’Android, elles avancent toujours en ordre très dispersé : 20,94% pour Android 11, 34,17% pour Android 10, 16,48% pour Android 9 et encore 8,79% pour Android 8.1. Android 6 compte encore pour 4,39% et 7.0 Nougat pour 4,1%, preuve que les efforts de Google auprès des constructeurs ne sont pas vraiment suivis : près de 35% des terminaux Android tournent en effet sur une version datée du système d’exploitation mobile.

Sur tablette

Pour les tablettes, Android a rejoint la 2e place, avec un score moins élevé que sur smartphone : 44,74%. iOS et iPadOS cumulés font 55,18% du marché. Sur ce segment, Windows occupe 0,05% et Linux 0,02%. On remarque la présence de BlackBerry OS (dont la seule tablette aura été le Playbook) à 0,01%.

Source toolinux.com

Comment essayer Linux sans toucher à votre installation Windows

Lundi, juillet 5th, 2021

Si vous êtes curieux de savoir à quoi ressemble Linux, mais que vous n’avez jamais osé tester de peur de casser votre PC, n’ayez crainte. Il est possible de tester Linux avec une clé USB et un peu d’huile de coude numérique.

La fin programmée de Windows 10 et les conditions trop strictes de compatibilité de Windows 11 vous inquiètent quant à l’avenir de votre PC ? Vous voudriez essayer Linux pour voir si ça vous convient, mais vous avez peur de sauter le pas ?

Bonne nouvelle, il est possible d’installer Linux sur une clé USB pour vous créer un petit OS alternatif à vous. Le tout sans rien casser sur votre ordinateur. Suivez le guide !

Précaution d’usage

Avant de se lancer, il est utile de rappeler une évidence : Linux n’est pas Windows. Vous retrouverez sans trop de problèmes vos applications favorites ou des équivalents, mais il faudra accepter de changer un peu ses habitudes et avoir la patience de réapprendre le fonctionnement de votre ordinateur.

Linux est aujourd’hui très loin de l’image clichée qu’on s’en faisait il y a quelques années. Bon nombre de systèmes embarquent une interface soignée et efficace, et des logiciels complets pour résoudre les petits tracas du quotidien. Si vous avez un usage assez basique de votre système (web, traitement de texte, vidéo), alors Linux vous conviendra probablement bien. Si vous utilisez des logiciels plus poussés, vérifiez leur disponibilité sous Linux.

Créez une clé USB de test

Pour tester Linux sur votre ordinateur sans effacer Windows, il faut créer une « live USB », soit une clé USB sur laquelle sera installé votre système d’exploitation. Cette dernière agira alors comme un disque dur, exactement comme celui dans votre ordinateur.

 

 

Pour créer cette clé de démarrage, il vous faudra donc une clé USB (d’au moins 4 Go et dont vous pouvez effacer les données sans vergogne) et un petit logiciel du nom de Rufus. L’application est entièrement gratuite et téléchargeable sur le site de l’éditeur.

Une fois le logiciel installé, vous vous retrouverez ensuite face à une fenêtre qui regorge de différentes options et de menus déroulants dans tous les sens. Pas de panique cela dit, on ne va pas toucher à tout.

Sur la toute première ligne, vous devriez voir le nom de votre clé USB listé. Sur la ligne d’en dessous, cliquez sur Sélection et utilisez l’explorateur pour retrouver le fichier ISO que vous avez téléchargé. Sélectionnez-le et cliquez ensuite sur Ouvrir. Le reste des champs dans Rufus devrait alors se remplir tout seul. Cliquez alors sur Démarrer.

Si une fenêtre vous informe qu’il est nécessaire de télécharger des fichiers complémentaires, cliquez sur Oui puis cliquez sur OK sur la fenêtre vous annonçant que votre système sera entièrement formaté. L’installation prendra quelques secondes ou minutes selon la vélocité de votre clé USB. Une fois la barre de progression entièrement remplie, vous pouvez quitter Rufus, votre clé USB devrait désormais porter le nom de Linux Mint.

Gardez-la bien insérée dans le port USB de votre ordinateur puisque la prochaine étape consistera à démarrer directement sur le système qui est installé dessus.

Basculer dans le BIOS

On rentre ici dans la partie la plus technique de l’expérience. Pour forcer votre ordinateur à démarrer sur votre clé USB et non pas sur son disque dur interne, il va falloir pénétrer dans le BIOS. Pour faire simple, le BIOS est un programme très léger installé sur votre carte mère qui gère les tâches système de base (alimentation des ports USB, rétroéclairage du clavier, etc.).

Windows offre une manière pratique de se rendre dans le BIOS. Lancez l’application Paramètres, allez dans la section Mise à jour et sécurité puis dans l’onglet Récupération. Dans la section Démarrage avancé, un bouton vous propose de Redémarrer maintenant. Cliquez dessus.

Après un rapide redémarrage, vous devriez vous retrouver devant un écran vous demandant de « Choisir une option ». Cliquez sur Dépannage, puis Options avancées, Changer les paramètres du microprogramme UEFI, puis Redémarrer.

Une fois dans le BIOS, cherchez une section nommée « Boot Option » ou « Boot Configuration ». Son emplacement varie en fonction des ordinateurs et il peut parfois être niché au sein d’un onglet « System Configuration » ou autre vocabulaire du genre.

Une fois que vous l’avez trouvé, glissez à l’aide de votre clavier (ou de votre souris si c’est possible) la clé USB en première position dans l’ordre affiché à l’écran. Cette dernière peut porter le nom de son fabricant ou plus génériquement le nom « USB Disk ». Une fois les modifications faites, appuyez sur la touche vous proposant de quitter en sauvegardant les changements. Sur notre appareil de test, cette option est assignée à la touche F10. Cela peut changer, mais généralement c’est indiqué quelque part sur l’écran.

Source numerama.com

Noyau 5.13 de Linux

Lundi, juin 28th, 2021

Après la sortie de la version 5.10 LTS en décembre, place à une nouvelle mise à niveau du noyau Linux. Le kernel 5.13 a été officialisé ce dimanche 27 juin.

Après plus de deux mois de travail, Linus Torvalds a confirmé ce 28 juin la sortie de la version 5.13 du noyau Linux (kernel) :

« C’est un mélange assez aléatoire, un mélange de correctifs si petit que je suggère simplement que les gens parcourent le document contenant les changements pour savoir ce qui s’est passé. »

Les différentes distributions Linux vont donc pouvoir s’y adapter dès maintenant.

Quoi de neuf dans Linux 5.13 ?

Parmi les points forts du nouveau noyau Linux 5.13, citons quelques éléments :

Prise en charge initiale du processeur M1 d’Apple ;
Support du module de sécurité Landlock et de la série GPU AMD Radeon « Aldebaran » ;
Support de FreeSync HDMI pour les GPU AMD ;
Compatibilité ACPI 6.4
Améliorations pour le système de fichiers exFAT et ext4.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel.

Source toolinux.com

Rocky Linux 8.4 est disponible : alternative à CentOS

Vendredi, juin 25th, 2021

Cette fois, c’est du concret. La première version stable de Rocky Linux est arrivée. La riposte communautaire initiée par Gregory Kurtzer (fondateur de CentOS) a porté ses fruits. L’édition 8.4 est disponible au téléchargement.

CentOS Stream : ce qu’il s’est passé

Petit retour en arrière. Nous sommes en décembre 2020. Red Hat décide de modifier CentOS et d’en faire une branche de développement. Jusqu’ici, la distribution communautaire était en effet réputée pour sa stabilité. Conséquence : les entreprises qui utilisaient CentOS en production comme alternative gratuite à RedHat doivent alors revoir leurs plans avant fin 2021, moment de la transition vers la nouvelle édition de CentOS Stream.

L’idée de Gregory Kurtzer

Comme nous l’expliquait Pascal Vilarem, directeur de l’agence Grand Sud-Est de Linagora le 11 décembre dernier, plusieurs choix s’offrent aux DSI. Parmi eux, le projet de Gregory Kurtzer (créateur de CentOS). Ce dernier est d’ailleurs à l’origine d’un nouveau dépôt Github nommé Rocky OS. Un site web est lancé dans la foulée.

Kurtzer invite alors développeurs et organisations à rejoindre ce qu’il appelle un « effort communautaire pour vous apporter une distribution Linux de qualité professionnelle, prêt pour la production« .

C’est quoi Rocky Linux ?

Rocky Linux est une distribution Linux communautaire initiée après l’annonce de l’abandon prématuré de CentOS 8 fin 2021, soit 8 ans avant la date prévue initialement. Ce nouveau projet est totalement indépendant de Red Hat et d’IBM.

Quelle vision ?

La vision de la distribution Rocky Linux : construire une « alternative solide, stable et transparente (Ndlr : à CentOS 8) pour les environnements de production , entièrement créée par la communauté pour la communauté« .

Quel logo pour Rocky Linux ?

Le logo officiel de Rocky Linux est celui-ci.

Quel intérêt ?

Rocky Linux se veut une « construction en aval comme CentOS l’était auparavant« . Traduction : une distribution Linux plus stable et éprouvée, pour l’entreprise.

Quand sort Rocky Linux ?

Rocky Linux est sorti le 21 juin 2021, selon le blog officiel. Nom de code de la distribution : Green Obsidian. Les notes de sortie se trouvent à cette adresse.

Que devient Rocky Linux 8.3 ?

En mai 2021, l’équipe de développement déployait une version RC de Rocky Linux 8.3. Il n’y aura pas de version finale, mais la première version stable de Rocky Linux sera la version 8.4. Raison invoquée : la sortie, entretemps, de Red Hat Linux 8.4 (dont nous vous parlions ici).

Rocky Linux 8.4 : les nouveautés

Rocky Linux 8.4 comprend un grand nombre de nouveautés,détaillées sur cette page, dont quelques éléments importants :

Python 3.9
SWIG 4.0
Subversion 1.14
Redis 6
PostgreSQL 13
MariaDB 10.5

Télécharger Rocky Linux

Rocky Linux 8.4 peut être téléchargé depuis cette page pour les architectures x86_64 et ARM64 (aarch64), mais aussi pour Docker Hub et Quay.io.

Peut-on contribuer à Rocky Linux ?

Oui. L’appel aux bonnes volontés est officiel : contributeurs, traducteurs, graphistes, développeurs, tous les profils sont recherchés. Vous pouvez rejoindre le projet en écrivant à l’adresse hello@rockylinux.org.

Quelle licence ?

Rocky Linux est publié sous licence BSD.

Source toolinux.com