Archive pour le mot-clef ‘Wordpress’

WordPress propose de bloquer le nouvel outil de suivi publicitaire de Google

Lundi 19 avril 2021

WordPress se joint aux détracteurs du nouvel outil de suivi publicitaire de Google, et propose de le bloquer sur ses sites en le traitant comme un problème de sécurité.

Le tollé contre le nouvel outil publicitaire de Google, nommé « FLoC » (Federated Learning of Cohorts), se poursuit avec WordPress, qui propose de bloquer par défaut l’alternative controversée aux cookies tiers.

WordPress aurait pour ambition d’utiliser le poids de son système de blogs pour contrebalancer l’outil FLoC. « WordPress alimente environ 41 % du web – et cette communauté peut aider à combattre le racisme, le sexisme, les discriminations anti-LGBTQ+ ainsi qu’à l’encontre des personnes atteintes de maladies mentales avec quatre lignes de code », peut-on lire.

Si des utilisateurs souhaitent utiliser l’outil FLoC, WordPress précise qu’il leur sera possible de l’activer eux-mêmes, un peu plus de code permettant de l’activer et de de désactiver dans les paramètres du blog.

WordPress propose de bloquer l’outil par défaut

« Si on mesure les intérêts des parties prenantes, avec d’un côté les administrateurs des sites qui ne sont même pas conscients qu’il s’agit d’un problème qu’ils doivent atténuer, et de l’autre les intérêts des utilisateurs et des visiteurs de ces sites, la proposition est tout simplement plus convaincante », explique WordPress dans sa proposition.

Pour que le blocage fonctionne pour les utilisateurs actuels, WordPress propose que l’outil FLoC soit ainsi traité comme un problème de sécurité qui sera rétroporté, plutôt que d’attendre la prochaine mise à jour majeure, en juillet.

« La version 5.8. est pour l’instant prévue pour juillet 2021. L’outil FLoC, quant à lui, sera probablement déployé ce mois-ci », peut-on lire. « En outre, un nombre important de sites WordPress ne se mettent à jour qu’avec des versions mineures. En effectuant un rétroportage, nous pouvons protéger plus de sites et plus de visiteurs de ces sites – et amplifier l’impact. »

FLoC face aux critiques

La technologie FLoC a fait l’objet de critiques virulentes, notamment de la part des navigateurs Vivaldi et Brave, principalement en raison de la façon dont il partagerait un résumé de l’historique récent du navigateur avec les annonceurs – ce que les cookies tiers pouvaient potentiellement essayer de faire, mais sans garantie de réussite.

« Sa conception de base implique le partage de nouvelles informations avec les annonceurs », affirmait la semaine dernière Vivaldi, un navigateur basé sur Chromium. « Avec ce système, si vous visitez un site web sur un thème qui vous est très personnel, qu’il utilise ou non des publicités FLoC, tous les autres sites que vous visitez auront connaissance de votre identifiant FLoC, et seront donc au courant que vous avez visité ce type de site. » Vivaldi ajoute que cet outil pourrait avoir de sérieuses conséquences dans des environnements où des individus sont persécutés pour leur sexualité, leurs opinions politiques ou leur religion. « Tous ces éléments peuvent se retrouver dans votre identifiant FLoC. Cela va bien au-delà la vie privée, ça touche même à la sécurité personnelle. »

L’Electronic Frontiers Foundation affirme que l’ère des cookies tiers est révolue, et qu’il faut maintenant décider si les utilisateurs doivent décider des informations qu’ils veulent partager, ou si l’on doit créer une étiquette de prévention. « L’historique récent [des utilisateurs], divisé en plusieurs bits, est « démocratisé » et partagé avec des dizaines d’acteurs anonymes qui prennent part aux services de chaque page web », explique la fondation. « C’est un peu comme si les utilisateurs commençaient chaque interaction par une confession : voici ce que j’ai fait cette semaine, veuillez me traiter en conséquence ».

Source :zdnet.com

WordPress, le roi des CMS

Mercredi 17 février 2021

Selon les données publiées par W3Techs, 40% des sites web utilisent WordPress. Le CMS a enregistré sa plus forte croissance au cours de l’année passée.

Passant de 35.4% en 2019 à 40% aujourd’hui, WordPress s’impose toujours plus sur la Toile. D’après le dernier rapport publié par la société W3Techs, le célèbre CMS est la plateforme la plus populaire en matière de sites web. Avec des milliers de thèmes et des dizaines de milliers de plug-ins, c’est un incontournable ; même des géants tels que Microsoft ou Zoom.us l’utilisent.

Géographiquement parlant, c’est en Afrique du Sud que WordPress est le plus utilisé. On trouve ensuite l’Iran, Israël et l’Espagne. À l’inverse, le CMS est beaucoup moins exploité dans des pays comme la Chine, la Corée du Sud et la Russie.

Mais, d’où vient ce succès quasi planétaire ?

Une partie de la réponse est facile à trouver : la sécurité ! En effet, WordPress propose une solution qui est régulièrement mise à jour et qui est donc moins exposée aux attaques. Les utilisateurs en ont bien conscience puisque 86% d’entre eux utilisent WordPress 5.0 et ses versions supérieures ; contre 13.2% sur WordPress 4.

En termes d’utilisation, le e-commerce joue un rôle moteur dans le succès de WordPress, puisque le plug-in le plus utilisé est WooCommerce. Cette solution permettant de créer et de gérer sa boutique en ligne est présente sur 19% des sites WordPress. Enfin, sur le marché des CMS, la plateforme est largement leader (64.3%), contre 5.3% pour Shopify, 3.4% pour Joomla et 2.5% pour Squarespace.

Mais, il ne faut pas se leurrer ! La forte croissance enregistrée au cours des douze derniers mois est surtout fortement due à la crise sanitaire et à la digitalisation de nombreuses PME. Grâce à sa notoriété, WordPress a attiré les entreprises qui ont eu besoin de se lancer rapidement sur le web. Tout simplement !

Source zdnet.fr

Ce qui change avec l’arrivée de WordPress 5.2 cette semaine

Mercredi 8 mai 2019

La mise à jour sécuritaire est accessible à tous les utilisateurs (et ils sont nombreux) du CMS open source. Cette mise à niveau est centrée sur l’administration.

WordPress 5.2 va permettre de mieux identifier et corriger les problèmes de configuration et les erreurs fatales. Cette nouvelle version ajoute deux nouveaux écrans pour résoudre les problèmes de configuration courants. Elle ajoute également un espace où les développeurs peuvent inclure des informations de débogage.

Niveau PHP, la version de PHP minimale est maintenant 5.6.20. WordPress 5.2, les thèmes et les extensions peuvent maintenant utiliser les espaces de nommage et les fonctions anonymes.

Cette mise à jour doit permettre de corriger ou gérer sans risque les erreurs fatales sans vous demander de temps de développement. Une meilleure prise en charge des fameux « écrans blancs de la mort » vous est proposée, ainsi qu’une manière de passer en « mode de récupération », ce qui permet de mettre en pause les extensions ou thèmes qui sont en erreur.

Liens

WordPress (en français)
Les nouveautés de la version 5.2

Source toolinux.com